mercredi 26 juin 2013


Nous ne savons que trop bien que
notre liberté demeurera incomplète
sans la liberté des palestiniens.
Nelson Mandela, 1997



MANDELA…OBAMA

Le premier est l’ami des peuples en résistance et en lutte pour leur liberté et leur dignité et l’ennemi des apartheids quelles que soient leurs couleurs.

Le second est l’ami fidèle d’un apartheid : l’entité sioniste, le soutien de la barbarie qui sévit en Syrie, en Iraq et au Liban et l’ennemi juré des peuples en résistance et en lutte pour leur liberté et leur dignité.







EXÉCUTION DE L’ORDRE DU PRÉSIDENT OBAMA…A SAVOIR, FOURNIR DES ARMES AUX COMBATTANTS TERRORISTES EN SYRIE, MAIS AUSSI…


21 juin 2013 - Océan Indien

Un porte-conteneurs transportant 4500 conteneurs chargés d’armes destinées à Jabhat Al Nosra s’était désintégré en deux suite aux conditions météorologiques sur l’Océan Indien.
Ces armes fournies par l’armée américaine basée à Singapour devaient être livrées au port maritime jordanien Al Aqaba, après passage du porte-conteneurs en Mer Rouge puis au port maritime de Jadda en Arabie Saoudite.


video

La barbarie signée «  Jabhat Al Nosra » qui s’abat sur la Syrie – Cette vidéo est fortement déconseillée aux moins de 18 ans et aux personnes sensibles.




21 juin 2013 - Le Yemen

Selon le journal yéménite « La Rue » ayant recueilli les informations auprès d’une source militaire yéménite souhaitant garder l’anonymat, l’armée américaine a procédé ces deux derniers mois à l’entraînement de 1000 soldats de l’armée yéménite. Ainsi ces soldats sont prêts à être embarqués à destination de la Jordanie puis à s’infiltrer dans le territoire syrien en vue de combattre l’Armée arabe syrienne.






LIBAN RÉSISTANCE

Obama ne se contente pas de fournir des armes ; il trouve plus efficace encore, compte tenu à la fois de la crise économique qui procède à des coupes budgétaires et de la lourde perte subie par ses troupes en Iraq et en Afghanistan, d’envoyer des troupes arabes combattre l’armée nationale d’un pays arabe souverain.


ENCORE UNE AUBAINE DE PLUS…
 DE LA CHAIR A CANON, ARABE, PLUTÔT QUE SES TROUPES…

PAR CONSÉQUENT UNE ECONOMIE NON NÉGLIGEABLE EN RESSOURCES HUMAINES ET PAS LA MOINDRE PERTE PARMI SES TROUPES.

PUIS LE COMBLE…

DURANT SA TOURNÉE EN AFRIQUE, IL RISQUE DE FAIRE HALTE EN AFRIQUE DU SUD POUR ALLER AU CHEVET DE NELSON MANDELA.
AH CAMARADE, TE REPOSERAS-TU EN PAIX AVANT QU’IL ARRIVE, CET INDIVIDU DONT LA GOUVERNANCE  REJETTE AU TRAVERS DE SES ACTES, LES TERMES DE TA SOLIDARITÉ AVEC LA PALESTINE ?




Liban Résistance profite de cette page pour soumettre à vos yeux ces mots et phrases amis rédigés par un des géants de la liberté des peuples, en ce moment souffrant et mourant.






Lettre de l’ancien Président d’Afrique du Sud, à Thomas L. Friedman, éditorialiste au New York Times.


Cher Thomas,

Je sais que vous et moi sommes impatients de voir la paix au Moyen Orient, mais avant que vous continuiez à parler des conditions nécessaires d’un point de vue israélien, vous devez savoir ce que j’en pense. Par où commencer ? Disons 1964.

Permettez-moi de citer mes propres paroles lors de mon procès. Elles sont aussi justes aujourd’hui qu’elles l’étaient à l’époque : « J’ai combattu la domination blanche et j’ai combattu la domination noire. J’ai chéri l’idéal d’une société démocratique et libre au sein de laquelle tous vivraient ensemble, en harmonie, et avec des chances égales
C’est un idéal pour lequel j’espère vivre et que j’espère atteindre. Mais s’il le faut, c’est un idéal pour lequel je suis prêt à mourir. »

Aujourd’hui, le monde, noir et blanc, reconnaît que l’Apartheid n’a pas d’avenir. En Afrique du Sud, il s’est terminé grâce à notre propre action de masse décisive, pour bâtir la paix et la sécurité. Cette campagne massive de défi et autres actions ne pouvait qu’aboutir à l’établissement de la Démocratie.

Il est peut-être étrange pour vous d’observer la situation en Palestine ou, plus spécifiquement, la structure des relations politiques et culturelles entre les Palestiniens et les Israéliens, comme un système d’Apartheid. Votre article récent « Bush’s First Memo », dans le New York Times du 27 mars 2001, le démontre.

Vous semblez surpris d’entendre qu’il y a toujours des problèmes de 1948 à résoudre, dont le plus important est le droit au retour des réfugiés palestiniens. Le conflit palestino-israélien n’est pas qu’un problème d’occupation militaire et Israël n’est pas un pays qui a été créé « normalement » et qui s’est mis à occuper un autre pays en 1967. Les Palestiniens ne luttent pas pour un « État » mais pour la liberté, la libération et l’égalité, exactement comme nous avons lutté pour la liberté en Afrique du Sud.

Au cours de ces dernières années, et en particulier lorsque le Parti Travailliste était au gouvernement, Israël a montré qu’il n’avait même pas l’intention de rendre ce qu’il avait occupé en 1967, que les colonies resteraient, que Jérusalem serait sous souveraineté exclusivement israélienne et que les Palestiniens n’auraient pas d’État indépendant mais qu’ils seraient placés sous domination économique israélienne, avec un contrôle israélien des frontières, de la terre, de l’air, de l’eau et de la mer.

Israël ne pensait pas à un « État » mais à une « séparation ». La valeur de la séparation se mesure en terme de la capacité d’Israël à garder juif l’État juif, et pas d’avoir une minorité palestinienne qui pourrait devenir une majorité, dans l’avenir. Si cela arrivait, cela forcerait Israël à devenir soit un État laïque ou bi-national, soit à devenir un État d’Apartheid, non seulement de fait, mais aussi de droit.

Thomas, si vous suivez les sondages israéliens au cours des 30-40 dernières années, vous verrez clairement un racisme grossier, avec un tiers de la population qui se déclare ouvertement raciste. Ce racisme est de la nature de « Je hais les Arabes », et « Je souhaite que les Arabes meurent ». Si vous suivez également le système judiciaire en Israël, vous verrez qu’il y a discrimination contre les Palestiniens, et si vous considérez plus particulièrement les territoires occupés en 1967, vous verrez qu’il y a déjà deux systèmes judiciaires à l’œuvre, qui représentent deux approches différentes de la vie humaine : une pour la vie palestinienne et l’autre pour la vie juive.

De plus, il y a deux approches différentes pour la propriété et pour la terre. La propriété palestinienne n’est pas reconnue comme propriété privée puisqu’elle peut être confisquée.

Pour l’occupation israélienne de la Cisjordanie et de Gaza, il y a un facteur supplémentaire à prendre en compte. Les soi-disant « Zones autonomes palestiniennes » sont des Bantoustans. Ce sont des entités restreintes au sein de la structure de pouvoir du système israélien d’Apartheid.

L’État palestinien ne peut pas être un sous-produit de l’État juif, juste pour garder la pureté juive d’Israël. La discrimination raciale d’Israël est la vie quotidienne de la plupart des Palestiniens. Parce qu’Israël est un État juif, les Juifs israéliens ont des droits particuliers dont les non Juifs ne bénéficient pas. Les Arabes palestiniens n’ont aucune place dans un État « juif ».
L’Apartheid est un crime contre l’humanité. Israël a privé des millions de Palestiniens de leur liberté et de leur propriété. Il perpétue un système de discrimination raciale et d’inégalité. Il a systématiquement incarcéré et torturé des milliers de Palestiniens, en violation du droit international. Il a déclenché une guerre contre une population civile et en particulier contre des enfants. Les réponses de l’Afrique du Sud en matière de violation des droits humains provenant des politiques de déportation et des politiques d’apartheid ont mis en lumière ce que la société israélienne doit nécessairement accomplir avant que l’on puisse parler d’une paix juste et durable au Moyen Orient et de la fin de la politique d’apartheid. Thomas, je n’abandonne pas la diplomatie du Moyen Orient, mais je ne serai pas complaisant avec vous comme le sont vos supporters. Si vous voulez la paix et la démocratie, je vous soutiendrai. Si vous voulez formaliser l’apartheid, nous ne vous soutiendrons pas. Si vous voulez soutenir la discrimination raciale et le nettoyage ethnique, nous nous opposerons à vous. Quand vous aurez pris votre décision, passez moi un coup de fil.

Nelson Mandela,
28 mars 2001
Traduit par Mireille RUMEAU


Pour conclure, LIBAN RÉSISTANCE vous invite à lire ce document :






samedi 22 juin 2013

Page dédiée à Hollande, Fabius et Obama...


IMPUISSANTS FACE A NOTRE HÉROÏQUE RÉSISTANCE, ILS S’ACHARNENT SUR NOS ENFANTS



Ils l’ont ligotée puis, sous ses yeux ils ont exécuté ses parents…
C’était en Syrie, à Deïr el Zor…
Les assassins : des « révolutionnaires » appartenant aux groupuscules de Jabhat Al Nosra…

Ici, en Syrie, c’est leur méthode de torturer nos enfants….
et plus loin, vers le Sud, Qana pleure encore les siens…
Et encore plus loin, des milliers d’enfants de Palestine torturés dans les geôles de l’occupation …

video






jeudi 20 juin 2013




Ce n’est pas la première fois que la demeure de notre camarade Souleimane Ramadane soit la cible de leurs missiles. Déjà en 2006, lors de l’agression sioniste contre son peuple et sa résistance, puis les trois dernières fois, tout récemment.

Aujourd’hui, l’auteur, quel qu’il soit, n’a fait que signer sa traîtrise et son objectif est bien plus grand et plus dangereux que ses minables missiles détruisant la demeure d’un communiste résistant  et de ses enfants ; par l’assassinat d’une famille, il voulait faire pulvériser la paix civile qui règne à Baalbek et dans sa région.
Rien n’est laissé au hasard lorsqu’il s’agit d’un communiste ; en 1985, Souleimane blessé, et pendant sa détention par le traître collaborateur Antoine Lahd, sous la torture, on lui avait sectionné son pieds droit…, puis furent 15 ans de détention dans le camp de la mort de Khiam.
On a voulu qu’il avoue, qu'il dénonce et qu’il renonce à résister ; en vain, la victoire, celle de son peuple et de sa résistance  était au rendez-vous.

Et voilà que l’on revienne aujourd’hui voulant absolument commettre le crime, souhaitant ainsi transformer le roc et les hommes en bandes toujours en conflits tribaux et confessionnels contre lesquels Souleimane et ses camarades se battent depuis les années soixante dix à nos jours.

Nous le disons haut et fort, ceux qui avaient assassiné Georges Haoui sont les mêmes qui, aujourd’hui, visent nos camarades garants de l’unité de notre peuple. 

Nos camarades et nos résistants, vivants ou tués, torturés ou blessés, resteront cette limpide lumière qui éclaire les chemins, tous les chemins de la liberté, notre dignité et notre salut : la Paix Civile.

Le combat n’a pas commencé hier et ne se terminera pas demain.

Soyez rassurés, notre Résistance vaincra le confessionnalisme et la collaboration…

Ci-dessous les quelques photos qui témoignent de cette haine inouïe s’abattant sur une de ces demeures dans lesquelles naissent et grandissent les consciences de la nécessité de l’acte à la fois révolutionnaire, résistant et fermement attaché à la Paix Civile…





















  

jeudi 13 juin 2013




La France, otage des contradictions…et




Mardi, 6 juin 2013, à partir de 12h (heure locale)

Lyon 7ème, Gerland, Square Galtier / avenue Tony Garnier


Monsieur Valls, ministre de l’Intérieur, se vante d’avoir organisé sur ces lieux avec la participation de ses homologues européens d’un exercice européen de sécurité civile, avec pour scénario un attentat perpétré par des groupuscules terroristes dans le métro lyonnais.

Simultanément, Monsieur Fabius appelait à renverser le rapport des forces en Syrie qui n’était plus en faveur des groupuscules terroristes ; sans doute pense-t-il aux mêmes méthodes militaires pratiquées en Libye, à savoir lancer des frappes aériennes ciblant cette fois-ci l’Armée Arabe Syrienne dans son avancée pour la libération des dernières villes encore sous l’emprise du terrorisme quasi internationale.

La France, comme si les politiques économique et anti sociale très néfastes du Parti Socialiste au pouvoir ne lui suffisaient pas, se trouve également otage de politiques intérieure et étrangère contradictoires.





Viendra ce jour où le peuple français, particulièrement les gerlandais, fils des Canuts, prendront conscience que le seul et unique terrorisme qui sévit en France est celui d’un pouvoir qui jette la jeunesse dans le chômage et la précarité de l’emploi, qui interdit aux familles pauvres le droit au logement, qui contribue à l’augmentation exponentielle du profit capitaliste au détriment du travail, qui favorise les privilèges et la corruption au plus haut niveau de l’État, qui n’hésite plus à compromettre les acquis sociaux, qui génère des Merah tueurs d’enfants et de militants antifascistes, et les expédier par la suite en Syrie et qui foule à ses pieds les valeurs de justice et les droits de l’Homme au point de garder dans ses geôles plus d’un quart de siècle durant un de nos résistants.



En attendant, nous sommes prêts et restons vigilants pour  accueillir comme il se doit les frappes et les missiles de Fabius et de sa clique au pouvoir.




A LIRE ET A FAIRE PARTAGER :













vendredi 7 juin 2013


CLÉMENT N'EST PAS MORT...
SA RÉSISTANCE VIT EN CHACUN DE NOUS...