vendredi 29 mars 2013


LIBAN

SOLIDARITÉ
GEORGES IBRAHIM ABDALLAH
LES MOTS QUI VISENT JUSTE ET DISENT VRAI
 DE CHEIKH IBRAHIM EL-SALEH

video



Signez et faites signer la pétition.

"La libération de Gorges Ibrahim Abdallah n'est que justice.

Monsieur le Ministre de l'Intérieur,
la France se doit de lui rendre sa liberté et démontrer ainsi son indépendance judiciaire face aux Etats-Unis et à Israël." 




************************

SYRIE

LIBAN RÉSISTANCE DÉNONCE L'ATTAQUE TERRORISTE CONTRE LA FACULTÉ D'ARCHITECTURE DE DAMAS, AINSI QUE L'APPUI AMÉRICAIN ACCRU AUX TERRORISTES.

PENDANT QUE LES TRAÎTRES SAVOURENT ILLÉGALEMENT LE SIÈGE DE LA SYRIE A LA LIGUE ARABE, LEURS COMBATTANTS METTENT LA PATRIE SYRIENNE A FEU ET A SANG, JUSQU’À MASSACRER NOS ETUDIANTS...    

C'EST DE NOTRE DEVOIR PATRIOTIQUE ET RÉVOLUTIONNAIRE DE METTRE UN TERME DÉFINITIF AUX INGÉRENCES DE L'OCCIDENT IMPÉRIALISTE ET DE SES MARIONNETTES ARABES...

GLOIRE A L’ARMÉE ARABE SYRIENNE ET A LA RÉSISTANCE NATIONALE SYRIENNE

lundi 25 mars 2013

Ardogan, Chef-Organisateur du jeu « Je suis le Sultan »,

réussira-t-il à modifier la Constitution en sa faveur ?



(Marie Nassif-Debs, membre du Parti Communiste Libanais)
à l'adresse:

dimanche 24 mars 2013



APPEL DE LIBAN RÉSISTANCE
DÉDIE A SA JEUNESSE



Tripoli agressée, blessée et meurtrie… ;

Le sort de Saïda se prépare à coup de quelques millions de dollars, en ce moment au Qatar, à l’initiative d’un certain Cheikh nommé Al Assir… ;

Le Premier Ministre, sous la pression du yankee et de ses fidèles marionnettes, démissionne… ;

Nos responsables politiques incapables de peser pour libérer un des nôtres qui oublie ses vingt huit ans d’emprisonnement pour avoir simplement résisté, qui oublie en prononçant les mots : PRIORITÉ A LA DIGNITÉ DU LIBAN… ;

Le ciel occupé en permanence par leur aviation bafouant notre souveraineté et nos fragments de territoire, toujours occupés, témoignant jusqu’à nos jours de leurs manœuvres de consolidation et de provocation… ;

Débats autour des lois électorales tantôt « 60 », tantôt « orthodoxe » et pourquoi pas demain, « sunnite »,
« chiite » ou « maronite », mais jamais autour d’une loi qui les nie car elle ne reconnaît en chacun de nous que son identité libanaise et son droit à l’expression et à l’acte, indépendamment de ses croyances, pour la construction d’un Etat Démocratique, Laïc et Résistant… ;

Nos frontières avec la Syrie, perméables aux forces des ténèbres entrant et sortant dans les deux sens, niant notre identité et notre attachement à la Paix Civile, ces forces ayant le fort appui généreusement offert de la part de ceux à qui nous avons offert jadis l’Alphabet et les Sciences



Notre Jeunesse, toutes croyances confondues, de l’extrême nord de notre Liban à son extrême sud, de ses rocs baignant dans la Méditerranée à ses sommets semés de nos fiers cèdres, est appelée à crier haut et fort et par l'acte : 

ça suffit,...stop




BOYCOTT

GUNS N’ ROSES


Comment pouvons-nous accueillir sur le sol de Beyrouth un groupe tonnant l’hymne d’une entité coloniale qui, depuis 1948, ne cesse de massacrer, détruire et brûler… ?

Comment pourrons-nous supporter quelques heures de divertissement que nous offrira ce groupe glorifiant l’entité sioniste si chère à ses criminels comme Shimon Peres ?

Hier, en Allemagne, l’art, la musique, le sport glorifiaient la grandeur du nazisme….
Et comme si l’Histoire se répète, Beyrouth, aujourd’hui, s’apprête à accueillir l’art qui glorifie la grandeur du sionisme…


Oh Beyrouth,
Qana pleure encore ses enfants déchiquetés par leurs missiles intelligents ;
Qana te supplie et te crie au visage : BOYCOTT


 http://www.al-akhbar.com/node/179943

vendredi 22 mars 2013


DE TOULOUSE, LA VILLE ROSE,
ANGELA DAVIS RÉAFFIRME SON SOUTIEN A NOTRE CAMARADE GEORGES IBRAHIM ABDALLAH


jeudi 21 mars 2013


LIBAN RESISTANCE





Nous ne sommes pas des voyous qui ne respectent pas les décisions de justice de leur pays et qui foulent à leurs pieds l’un des principes fondateurs de la République : la séparation des pouvoirs judiciaire et exécutif.



Nous ne sommes de ceux qui traquent et emprisonnent les résistants d'un pays envahi par une armée d’occupation.


 

Pour la dignité de notre Liban, si le 4 avril 2013, la requête de notre camarade Georges est définitivement rejetée, alors nous crierons haut et fort :
« Patrice Paoli, fais tes valises et dégage »




Georges, au directeur du ministère de la Justice Libanaise qui a pu s'entretenir avec lui :
Veillez en priorité à la dignité du Liban



La cour d’appel s’est réunie ce mercredi 20 mars, devançant sa réunion initialement prévue le 21 mars.

Elle a décidé de reporter sa décision concernant la demande de remise en liberté conditionnelle de Georges Abdallah au jeudi 4 avril 2013.

Le directeur du ministère libanais de la justice, présent à Paris pour coordonner les contacts entre le gouvernement libanais et les autorités françaises, a pu s’entretenir avec Georges Abdallah qui l’a remercié pour ses efforts et lui a demandé de veiller en priorité à la dignité du Liban.

(20-03-2013 - Avec Mohammad Ballout, correspondant d’Assafir à Paris)


Plus que jamais, il faut signer et faire signer la pétition adressée au ministre français de l’intérieur M.Manuel Valls



mardi 19 mars 2013


Le Figaro du 12/03/2013

Le flot des arrivées se nourrit de l'ambiguïté du combat : terroriste ou légitime face à un dictateur ?

Certains, comme Djamel, sont venus de Marseille sans vraiment savoir où ils allaient, si ce n'est pour combattre l'«infâme» régime de Bachar el-Assad.

D'autres, mieux organisés, comme le franco-syrien Abdel Rahman Ayachi, ont retrouvé la terre de leurs ancêtres pour la ré islamiser en attendant la chute du pouvoir. Au total, les Français sont «plusieurs dizaines», selon le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, à être allés faire le djihad en Syrie.

Selon
nos informations, ils seraient entre 50 et 80 à avoir quitté l'Hexagone depuis un an que le conflit s'est militarisé entre l'armée régulière et les rebelles. Leur nombre dépasse de loin «la poignée» d'autres Français, selon Manuel Valls, partis mener «la guerre sainte» contre leur propre armée au Mali.


Jamais, sur un laps de temps aussi réduit, un pays n'a autant attiré de djihadistes français. «En Afghanistan et en Bosnie, ils n'étaient pas aussi nombreux», rappelle le juge antiterroriste Marc Trévidic. Et le phénomène ne touche pas seulement la France. Des centaines de jeunes Européens se battent en Syrie aux côtés des musulmans radicaux, a récemment mis en garde la présidente de l'agence européenne Eurojust, Michèle Coninsx.



Un pays facile d'accès

Mais, contrairement aux précédents djihads, le «combat sacré» en Syrie est très particulier. S'y rendre est tout d'abord beaucoup plus aisé qu'atteindre l'Irak, le Yémen ou le lointain Afghanistan. Nul besoin de visa pour atterrir en Turquie ; d'Istanbul, la route est facile pour rejoindre un camp près de la frontière syrienne, où des contacts peuvent être pris avec l'intérieur.

«Et
personne ne les empêche de franchir la frontière», ajoute Marc Trévidic, qui parle d'un «djihad autorisé» face au «massacreur en chef» (Bachar el-Assad, NDLR), selon l'expression de Laurent Fabius, le chef de la diplomatie française.


En deux ans de répression, l'armée syrienne et ses milices ont en effet multiplié les massacres contre leurs opposants. Difficile dans ces conditions de demander aux autorités turques, en pointe elles aussi pour faire tomber Assad, de freiner les djihadistes?

«Nous sommes dans une ambiguïté totale», reconnaît un expert antiterroriste. Et cette ambiguïté est renforcée par le caractère inorganisé des démarches djihadistes. En Bosnie, les jeunes Français du réseau de Roubaix, par exemple, ralliaient le «bataillon des moudjahidins» de Zenica, point de passage obligé des apprentis djihadistes. En Irak également,
la branche locale d'al-Qaida les prenait souvent en charge à leur entrée sur le territoire. «En Syrie, rien n'est clair», souligne le juge Trévidic.



Dangereux à leur retour

À l'image du salafiste marseillais Djamel Amer al-Khedoud, aujourd'hui dans une geôle damascène, la plupart des djihadistes français ne savent pas avec quel groupe ils vont combattre en arrivant sur place. D'autres, avant de partir, sont arrêtés par la police, ignorant également tout de leurs «frères d'armes» sur place.
D'autres encore ont été appréhendés à leur retour en France,
avant d'être relâchés. «C'est très compliqué de qualifier leur aventure de terroriste», reconnaît le juge Trévidic.


Leur amateurisme ne doit pas masquer le fait, cependant, que tous seront potentiellement dangereux quand ils rentreront en France, après s'être aguerris au combat face à une armée régulière. «Ne nous trompons pas, renchérit l'expert antiterroriste, une bonne partie de ces candidats au djihad vont en Syrie dans l'espoir d'établir un État islamique radical.» Et même si certains d'entre eux combattent aujourd'hui au sein de groupes salafistes syriens non liés à al-Qaida,

 «
le terrorisme commencera quand le régime tombera», prévient Marc Trévidic. Les combats fratricides se multiplieront entre djihadistes et ceux qui voudront éviter un basculement dans l'obscurantisme.


«On se bat pour faire tomber Bachar, mais aussi pour établir ensuite un vrai État islamiste, insiste le franco-belge Abdel Rahman Ayachi. Mais rassurez-vous, je ne rentrerai plus en France ou en Belgique», nous disait-il récemment depuis son repaire d'Idlib, au nord-ouest de la Syrie.

Pour accéder à la page du Figaro :




LIBAN RÉSISTANCE

On découvre des responsables comme Manuel Valls, Laurent Fabius, le juge antiterroriste Marc Trévidic et la présidente de l'agence européenne Eurojust, Michèle Coninsx, détenir des informations au sujet de l’amateurisme de djihadistes européens, particulièrement français, des Melah en puissance,…

Pendant que Monsieur Hollande nous rabâche à Toulouse sa détermination de combattre le terrorisme et de lever toutes les ombres qui planent sur le dossier Melah, ses ministres des Affaires Étrangères et de l’Intérieur détiennent des informations importantes sur ces djihadistes, au point que des noms sont cités, sans aucune initiative de leur part pour poursuivre et arrêter ces potentiels Melah…

De tels agissements prouvent encore une fois:

1- La complaisance de la France vis-à-vis du terrorisme lorsqu’il s’agit d’agresser un pays et de fouler aux pieds sa souveraineté, alors qu’elle combat ailleurs le même terrorisme pour des raisons purement économiques et géopolitiques ;

2- La légèreté de traitement des dossiers de même nature que celui de Melah, compromettant encore une fois la sécurité du peuple.


Un double objectif bien caché et jamais révélé à l'opinion publique 

Le double objectif recherché par la France , l’Angleterre et les États-Unis, à savoir :

a- Utiliser le territoire de la Syrie comme exutoire, espérant ainsi en finir avec leurs Melah ;

b- Faire de la Syrie une base à partir de laquelle partiront les groupuscules terroristes pour liquider les forces révolutionnaires et résistantes arabes, une fois le pouvoir sous leurs bottes, sinon faire pulvériser ce pays en plusieurs entités géographiques selon des critères ethniques et confessionnels qui s’entretueront en permanence, anéantissant ainsi tout soutien à la Résistance face aux agressions, à l’expansionnisme et à l’hégémonie sionistes.  




ALEP – Khan el Assal
19 mars 2013

Pour la première fois, Les groupuscules terroristes utilisent l’arme chimique introduite dans des missiles sol / sol.

Bilan : 16 soldats de l’Armée Arabe Syrienne et 86 civils tués :

video


Comme le crie une des mamans dans cette vidéo, quoiqu’ils fassent (le Qatar, l'Arabie Saoudite, la Turquie, la France, l'Angleterre et les Etats-Unis), la Syrie vaincra...


lundi 18 mars 2013


Georges Ibrahim Abdallah,
résistant communiste libanais, emprisonné depuis 28 ans,


Signez et faites signer la pétition
"La libération de Georges Ibrahim Abdallah n'est que justice. Monsieur le Ministre de l'Intérieur,
la France se doit de lui rendre sa liberté et démontrer ainsi son indépendance judiciaire face à aux Etats-Unis et à Israël."


video

MERCI SAMAR

dimanche 17 mars 2013


Désormais, il n'est plus question pour les occidentaux du départ du Président de la République Syrienne...
Ils confisquent au peuple son droit au changement démocratique  et leur objectif est de transformer la Syrie en une base de plus d'où seront lancées les opérations de liquidation des forces révolutionnaires et résistantes palestiniennes et libanaises, sinon, tout au moins faire pulvériser la Syrie en plusieurs entités géographiques, en conflit ethnique et confessionnel permanent, mettant ainsi un terme au soutien syrien à la Résistance Arabe...

Eux à l'oeuvre, leurs arrières médiatiques amplifient leurs actions pour préparer l'opinion publique internationale; la preuve est dans ces quelques captures prises sur les pages de "Souria Houria":

(pour zoomer sur chaque capture, il suffit d'utiliser la souris)











Et le comble est ceci....
Une photo introduisant un appel du Mouvement de la Paix, une photo d'une manifestation populaire en soutien à son armée nationale, avec en avant-plan le visage d'un enfant portant sur son front, non pas le drapeau imposé par le mandat français et repris aujourd'hui par les "rebelles', mais celui de son pays, la Syrie!!!!!...

INADÉQUATION DIRONS-NOUS,...???














LIBAN

11-03-2013

Pour la paix civile, pour une loi électorale démocratique non confessionnelle et pour un État démocratique, laïc et résistant


A l’appel lancé, les 21 et 27 février, par le Parti Communiste libanais, repris par « L’initiative pour le changement » et « Le mouvement du peuple », sous les slogans rendant le gouvernement responsable du chaos et de la conspiration contre le secteur public et appelant à s’opposer à tous les projets confessionnels, sans aucune distinction et concernant la nouvelle loi électorale, plusieurs milliers de personnes sont descendues dans les rues de Beyrouth, le dimanche 10 mars 2013.

Ils étaient à la mesure de la patrie.

Ils se sont rassemblés pour défendre la paix civile, mais aussi pour le changement démocratique.

Leurs slogans ont rempli l’espace face aux cris des confessionnalismes.

Ils étaient la voix des pauvres, des ouvriers, des employés et des fonctionnaires contre les représentants de l’oligarchie financière, contre l’alliance de la bourgeoisie au pouvoir… Ils ont haussé le ton contre les lois électorales qui se font à la mesure des leaders des taifas et qui visent à renforcer les divisions entre les citoyens.

Ils étaient la volonté du changement visant à la construction d’un É
tat Démocratique, Laïc et Résistant.

Ils étaient des milliers à la manifestation, clamant leur refus aux lois électorales sectaires, leur droit à une loi électorale basée sur la proportionnelle et la circonscription unique.

Ils ont aussi marqué leur appui à la grève de l’Association de coordination syndicale visant à engager des reformes dans le secteur public.

Ils ont, enfin, crié leur opposition à la guerre confessionnelle.

A la tète de la manifestation marchaient les dirigeants du Parti Communiste, d’anciens ministres et députés, mais aussi des dirigeants syndicalistes…



Hadadah : Ensemble pour le changement

Le secrétaire général du PCL, Khaled Hadadah, a appelé, dans son intervention à la fin de la manifestation, à finir avec le régime de la bourgeoisie qui, par ses politiques confessionnelles, met en danger l’unité du pays et du peuple.

Il a affirmé que le PCL poursuivra sa lutte jusqu’à la création d’un nouveau régime civil, démocratique et laïc.

De plus, et tout en stigmatisant le rôle de la direction de la Confédération Générale des Travailleurs du Liban (CGTL), Hadadah a proclamé l’appui inconditionnel du mouvement populaire à la grève des enseignants et de ceux qui font partie de la fonction publique, appelant les lycéens et tous les étudiants à une plus grande participation à ce mouvement.



LIBAN RÉSISTANCE

La moindre gestion, la moindre politique qui touchent le moindre fragment de mon pays dans ses 10.452 kilomètres carrés me concernent, que j’habite le nord, le sud, l’est ou l’ouest, que je sois chiite, maronite, sunnite, grec orthodoxe ou catholique,… ; j’ai le droit et le devoir de voter en toute conscience pour amener au Parlement des représentants de mon peuple, d’où qu’ils viennent et quels que soient leurs croyances…

Je suis ouvrier avec un salaire de misère, gonflant la plus-value du grand capital ;

je suis paysan remuant la terre maintes fois polluée par les agressions sionistes répétées,
je la remue pour subvenir aux besoins de ma famille et de mon peuple ;

je suis fonctionnaire voué au service de mon peuple, à la merci des politiques d’austérité imposées par le FMI ou toute autre animalité du capitalisme mondialisé ;

je suis père de famille n’arrivant plus à joindre les deux bouts en fin de mois pour nourrir ma famille ;

je suis maman soucieuse de l’avenir de mes enfants, dont tous les droits sont ignorés ou bafoués par le modèle de société où règne la jungle du néo libéralisme ;

je suis cadre ou technicien aimant concevoir et construire pour mon pays alors que le système m’ignore au point de m’imposer résignation et découragement ;

je suis étudiant dont l’avenir m’est rendu incertain par le système ;

je suis prof d’université ou enseignant flanqué d’un salaire de misère, se souciant pour ses sujets : l’avenir de mon Liban, et qui, la nuit tombée se métamorphose en chauffeur de taxi pour arrondir ses fins de mois ;

je suis poète ou intellectuel ou encore écrivain et mes créations ne sont pas reconnues car non rentables pour eux ;

je suis chômeur jeté sur leur marché de l’emploi sans la moindre issue si ce n’est la précarité qui me ronge, dépourvu de la moindre sécurité sociale ;

je suis le grand parent dont les souffrances pèsent déjà avec l’âge, ne pouvant plus accueillir mes petits enfants pour seulement une journée de joie et de bonheur ;…


Je suis tout ce monde là, celui de la Philosophie de la Misère qui, chaque fois que le Liban est agressé, n’hésite pas à lui offrir la chair, l’âme et ses êtres les plus chers.

 
Donc, je lutterai pour une loi électorale basée sur la proportionnelle et la circonscription unique, une loi qui me permet enfin d’amener mes représentants au Parlement, peu importe pour moi leurs croyances et d’où qu’ils viennent, des représentants portant l’espoir de mon peuple et œuvrant pour la prospérité, la justice et la paix civile, des représentants œuvrant pour l’épanouissement de mon Liban, dans un 
État
 Démocratique, Laïc et Résistant…

vendredi 15 mars 2013



LA SAINTE ALLIANCE




Ce ne sont pas les médias de la Syrie, ni les alliés du Président qui s’expriment ci-dessous.

L’Occident Impérial et nostalgique des périodes coloniales ne manque pas de relais pour nous livrer ses fragments de « vérités », espérant ainsi conditionner et préparer l’opinion publique préalablement à son prochain épisode de son agression

Mais aussi, ces mêmes relais reconnaissent quelques faits que la télé et la presse occidentales n’ont jusqu’à nos jours pas relatés (voir en caractères bleus).

 

Fahad al-Masri, porte-parole du commandement conjoint de l’Armée syrienne libre de l’intérieur, qui déclare, nous citons : 

«Pendant que la communauté internationale laisse les Syriens à l’abandon, le Front al-Nosra, lui, soutient le peuple ;…

On ne comprend pas pourquoi la communauté internationale se focalise tellement sur eux (les djihadistes), alors que le Front al-Nosra n’a jamais proféré la moindre menace contre l’Occident »

Rami Abdul Rahmane, directeur de l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), ONG basée à Londres qui déclare, nous citons :

« Personne ne peut stopper le Front al-Nosra aujourd’hui ;…

Outre l’efficacité de leurs combats, les djihadistes impressionnent par l’aide humanitaire qu’ils apportent aux populations locales, dans un territoire riche en puits gaziers et pétroliers ;…

Loin de se livrer au pillage, ils font bénéficier les Syriens de leurs conquêtes, en leur redistribuant des bonbonnes de gaz ou du pain à un prix coûtant ;…

Ils effectuent un travail impressionnant sur le terrain et tuent un grand nombre de soldats syriens ;…

Ils auraient même escorté des véhicules de la Croix-Rouge dans la ville meurtrie d’Idleb. Quoi de plus normal, dès lors, que ces combattants soient accueillis à bras ouverts par les populations "libérées" ? »

Mathieu Guidère, professeur d’islamologie à l’université de Toulouse Le Mirail, qui déclare, nous citons :

 « On estime aujourd’hui le nombre de djihadistes à
4 000 combattants, dont
deux tiers d’étrangers ;…

Ce sont avant tout des Tunisiens, des Saoudiens, des Jordaniens et des Irakiens, auxquels viennent s’ajouter une minorité d’Occidentaux ;…

Ils agissent en groupe de 300 à 400 hommes, regroupés selon leur nationalité, avec un mode d’action rappelant l’organisation médiévale des armées musulmanes ;…

Ils demeurent sous la coupe d’un émir - un commandant militaire -, mais surtout celle d’un chef théologien, chargé de décider de la validité religieuse de leurs actes ;…

Surtout, ils possèdent une expérience de la guérilla glanée en Afghanistan, en Irak ou au Yémen,…Leur visée n’est pas syrienne, mais transnationaliste et dirigée vers la Oumma [la communauté des musulmans] ;…

S’ils n’étaient pas là, les populations seraient soit bombardées, soit massacrées par les miliciens du régime ;…

Ils ne commettent aucune exaction sur les civils, ne demandent rien aux populations et n’essaient même pas de profiter de l’économie de la guerre »


Extraits de la Rédaction d’ « Assawra »
12-03-2013 - Armin Arefi

 

 

Conditionner et préparer l’opinion publique préalablement à son prochain épisode de son agression,…

L’offensive imparialo-sioniste est lancée :
ci-dessous l’appel de « Souria Houria », suivi de son bouquet d’actions qu'elle nous offre.

 


Nous ne comptons plus les morts, les réfugiés et les déplacés en Syrie.
Bachar Al-assad enferme et torture en masse, bombarde maisons, boulangeries, hôpitaux, universités et lieux de travail, et refuse d’envisager une solution politique.
Aujourd’hui, les Syriens ont de toute urgence besoin d’une aide logistique et financière, ainsi que de la reconnaissance de leur capacité à se créer un avenir de paix, de démocratie, de justice et de liberté.
Pour y parvenir, ils réclament et espèrent un appui rapide et efficace, en Syrie même ainsi que dans les camps de réfugiés.
Comme l’Europe lors des grands moments de résistance à l’oppression, le peuple syrien a le droit de vivre, de résister, et d’être activement soutenu par les autres populations.
Pendant une semaine, nous organisons des événements culturels, artistiques, sociaux et politiques, pour célébrer le 2ème anniversaire de la révolution syrienne et mobiliser et sensibiliser la société française pour la cause syrienne et la défense des droits humains en Syrie. Pour que le clan Al-assad soit renversé, le combat contre la barbarie doit nous mobiliser tous.
Ne laissons pas les Syriens seuls dans leur combat.
Agissons pour briser le silence et arrêter le massacre.
Soyons tous aux côtés du peuple syrien qui paie si cher sa liberté et sa dignité.
Vie et liberté pour le peuple
Nous sommes tous des syriens


1.       A  partir du 15 Mars jusqu'au 22 Paris, 15 au 22 Mars 2013 : semaine du 2 ème anniversaire du début de la révolution syrienne

2.       Vendredi 15 Mars à 19h00  dans plus de 50 villes en France et à l'international

Rassemblement internationale à l’occasion des deux ans du début de la  révolution syrienne

Adresse : Place du Panthéon - Vague Blanche 
Samedi 16 Mars à 14h30

Manifestation unitaire: Deux ans déjà sous les bombes de Bachar Al Assad

Trajet : de la place République jusqu’à la place de l’Opéra
Mardi 19 Mars à 19h00 

Metting de solidarité 

Thèmes : Animation Thomas Le Grand (Journaliste de France Inter)
Le système Assad : Farouk Mardam Bey,
Les massacres du régime Assad 1982/2013 : Jean Pierre Perrin
Droits de l’homme en Syrie: Seve Aydine
L’Islamisme et la révolution syrienne : Launrent Van Der Stockt
La communauté international face à la révolution syrienne: Wladimir Glasman
Adresse : L’hémicycle du Conseil régional d’Île-de-France situé au 57 rue de Babylone, Paris 7e
Entré Gratuite
Inscription obligatoire: par courriel au info@souriahouria.com
Mercredi 20 Mars à 19h30

Cinéma syrien

Adresse : Centre d'animation Place des Fêtes, 2/4 rue des Lilas, 75019 PARIS
                Jeudi 21 Mars à 19h00

Le Newroz Syrien - Soirée de solidarité avec le peuple syriens

- Projection film: la vie des Kurdes syriens
- Témoignages des syriens
- Soirée music kurde
- Buffet orientale
Adresse : Mairie du 20e, Salle des fêtes - Métro Gambetta
 De Mercredi 20 Mars à Vendredi 22

Exposition photos

Mercredi le 20 Mars de 14h à 18h
Jeudi le 21 Mars de 17h à 20h
Vendredi le 22 Mars de 17h à 20h
3.       17 03 2013 Lyon: concert 17/03/2013 Lyon : Concert de soutien à la Syrie chez l’habitant

4.       19 Mars 2013 Paris: meeting de solidarité, la révolution syrienne des faits et des horizons

5.       25 Mars 2013 Paris: les questions qui gênent de la révolution syrienne: 25 Mars 2013 Paris: Table ronde, La révolution syrienne deux ans après

6.        30/03/2013 Paris : Exposition “La Légende” hommage aux ratissants d'Alep
Merci pour votre soutien

SouriaHouria



jeudi 14 mars 2013




La contradiction et le fiasco français

Pendant que Hollande est en croisade contre les djihadistes au Mali, Laurent Fabius s’attèle, avec Londres,  à imposer la levée de l’embargo des armes aux djihadistes semant la mort et la destruction en Syrie.

Le comble de l’hypocrisie est la manœuvre de Fabius qui appelle à fournir les armes aux « résistants » ; il n’est plus question de « rebelles », mais de « résistants » ; alors que la réalité sur le terrain est autre : La Résistance Nationale Syrienne vient en appui à son armée nationale.

Fabius a-t-i ainsi réussi à semer confusion dans l’opinion publique ?


L’organisation « Save the Children » basée à Londres, « au secours » des enfants de Syrie

Dans son rapport de ce mercredi 13 mars 2013, elle relate la souffrance de deux millions d’enfants aux maladies et à la malnutrition.

Elle ignore ou fait semblant d’ignorer que cette situation est générée par l’embargo économique de l’Occident qui frappe le pays.

Dans son rapport, elle relate quelques témoignages d’enfants sans pour autant indiquer les tortionnaires (enfants tués ou ayant subi les brûlures avec des mégots de cigarettes,…etc.)
Justin Forsyth, un des responsables de cette ONG poursuit en relatant le viol  devenu un instrument de punition collective.

Avec hypocrisie, il déplore que ces violences sexuelles soient souvent passées sous silence, alors que les médias locaux et indépendants de la Syrie avait antérieurement et à maintes reprises alerté de kidnapping et de transfert dans les pays arabes impliqués (Qatar, Arabie Saoudite) de jeunes filles syriennes, perpétrés par les groupuscules terroristes étrangers.

Il poursuit en déclarant, nous citons : « Dans la plupart des conflits, plus de 50% des victimes de viols sont des enfants. Je suis certain que c’est aussi le cas dans ce conflit. »


« La vague blanche pour la Syrie », une action initiée par les pro-sionistes français

Les initiateurs appellent à une manifestation internationale :

Vendredi 15 mars 2013
Manifestation internationale
à l’occasion des 2 ans du début de la révolution syrienne

Rassemblement à Paris, Place du Panthéon,
15 mars 2013 à 19h précises.

Ci-dessous leur déclaration :

En 2 ans, selon les Nations unies, plus de 70 000 personnes ont été tuées des dizaines de milliers d’autres sont blessées, disparues ou emprisonnées des milliers de Syriens sont victimes d’actes de torture, de mauvais traitements, de violences sexuelles, de pillages, des millions ont été déplacés à l’intérieur et des centaines de milliers sont réfugiés à l’extérieur.
Pour dire « STOP » aux crimes contre les civils, pour réclamer que justice soit rendue en faveur des victimes, et faire savoir au peuple syrien qu’il n’est pas seul, nous lançons un appel à une manifestation internationale, en solidarité avec le peuple syrien se tiendra le 15 mars 2013.

“UNE VAGUE BLANCHE POUR LA SYRIE”

Le principe en est simple : demander aux peuples du monde entier de s’unir au peuple syrien en manifestant à la même heure locale, de 19h à 19h30, un papier ou un tissu blanc à la main, le mot « STOP » écrit dessus. Se déclenchera ainsi au fil des fuseaux horaires et à travers le monde, une «ola» mondiale de protestation, une immense vague blanche, reprise au fil de la journée par les médias.
Pour la visibilité de la manifestation, le rendez-vous sera donné prioritairement devant les mairies ou au plus près des mairies. Et tout rassemblement sera laissé à l’initiative de chacun sur les lieux de travail ou de loisirs.
Plus de 200 personnalités ont déjà répondu à l’appel de la « Vague blanche » le 17 Avril dernier (jour anniversaire de l’Indépendance de la Syrie), lors du lancement de ce mouvement au Trocadéro à Paris, et dans plusieurs villes de France.
Aujourd’hui, des relais sont nécessaires aux quatre coins de la planète afin de faire le lien entre toutes les ONG dédiées aux droits de l’homme, et toucher le plus grand nombre : mairies, villes jumelées, monde médical, monde des affaires, monde du spectacle et de l’audiovisuel, réseaux sociaux, personnalités de renom international, etc.
Nous faisons appel aux initiatives individuelles, à la société civile, à l’imagination de chacun, pour que de la petite à la plus grande manifestation, les tissus blancs se lèvent partout dans le monde, en une action solidaire libre de toute influence politique, étatique ou partisane.



"Vague Blanche pour la Syrie", déclarant son action solidaire libre de toute influence politique, étatique ou partisane, dénonce sans doute les tortures, les massacres et les destructions jusqu’à voler les vestiges historiques du berceau d’une civilisation, sans pour autant nommer explicitement qui les perpètre et quelles sont les gouvernances occidentales qui soutiennent les exécutants.



Pour conclure, LIBAN RÉSISTANCE dédie, non pas à Hollande, ni à Fabius, ni à leurs alliés anglais, non plus à leurs amis parisiens et à leurs relais, mais aux ONG et aux plus de deux cent personnalités ayant répondu à l’appel de « Vague Blanche pour la Syrie », cette partie qui suit et qui relate un nouveau massacre perpétré par le terrorisme, contre les enfants d’une maternelle de la banlieue de Damas


11 mars 2013
Banlieue de Damas – Harasta
Un bus de transport scolaire,
attaqué aux mortiers lancés par les djihadistes :
un mort parmi les enfants et plusieurs blessés graves…