mardi 22 octobre 2013


Le 24 octobre 2013 Georges Abdallah aura été détenu dans les geôles françaises depuis plus de 30 ans

Sans aucune preuve et avec un dossier vide selon son avocat Jacques Verges, si ce n’est les quelques documents tous falsifiés, notre camarade est accusé d’avoir :

1-         le 3 avril 1982, assassiné le second secrétaire de l’ambassade israélienne en France

2-         le 18 janvier 1982, assassiné l’attaché militaire américain à Paris

3-         en 1984, avoir tenté d’assassiner le consul américain à Strasbourg

En se référant à ce dossier la justice avait prononcé contre Georges la perpétuité.

Depuis 1999, notre camarade remplissait déjà les conditions de sa libération conditionnelle et la justice n’a fait que réexaminer le dossier à plusieurs reprises, avec à chaque fois l’intervention du pouvoir politique refusant cette libération.

Georges fait face aujourd’hui à un acharnement du pouvoir politique jamais vécu par la justice française depuis l’affaire Dreyfus.

Il faut savoir que le seul crime pour lequel Georges est détenu depuis plus d’un quart de siècle fut et reste à la fois sa détermination à résister face aux agressions répétées de l’entité sioniste contre son pays et à l’occupation, son attachement à la grande cause du peuple frère palestinien et son combat anti impérialiste.
Il faut savoir également qu’à chaque échéance fixée par la justice, l’administration américaine et l’entité sioniste exerçaient leur pression en imposant leur diktat qui consiste à le maintenir en détention ; le principe de séparation des trois pouvoirs en France ainsi que la souveraineté nationale furent à  plusieurs reprises  bafoués.

Aux yeux des pro-sionistes français, Georges fut et reste un sujet dangereux et devra mourir en prison d’une mort lente.



Georges, communiste et résistant libanais, avec les trente années d’injustice flagrante et d’acharnement du pouvoir politique, devient le Mandela de son peuple qui persiste à exiger sa libération immédiate.

Le temps est venu pour que la France de Guy Mocquet et de Jean Moulin exige sa libération immédiate et son retour dans sa patrie sain et sauf.





La Ligue des Droits de l’Homme demande la libération de Georges Ibrahim Abdallah, après trente ans d’emprisonnement

Condamné en 1984 pour détention de faux papiers, Georges Ibrahim Abdallah a été renvoyé devant les tribunaux spéciaux en 1987 pour complicité dans les attentats des Farl, et condamné à la prison à perpétuité.

Derrière les barreaux depuis plus de trente ans, bien que libérable depuis 1999, il continue d’être soumis à un régime d’exception.

En 2003 la cour d’appel de Pau avait déjà ordonné une libération conditionnelle, infirmée sur appel du Parquet le 16 janvier 2004.

En janvier 2013, après huit demandes de libération successives, la chambre de l’application des peines donnait à nouveau un avis favorable sous réserve d’expulsion du territoire, que le ministre de l’Intérieur n’a jamais signé.

Le maintien en détention de Georges Ibrahim Abdallah peut être considéré comme un acte arbitraire. Il doit être libéré.

La LDH appelle au rassemblement à Lannemezan, le samedi 26 octobre 2013, où il est incarcéré.

Paris, le 16 octobre 2013



26 OCTOBRE 2013

MANIFESTATION
LANNEMEZAN
A 14H - DE LA GARE A LA PRISON




  

Aucun commentaire: