dimanche 26 mai 2013




Trempez votre liste et buvez son jus 

Il y a quelques jours, la presse a annoncé que la France et l’Allemagne envisageaient de mettre « la branche armée » du Hezbollah sur la liste des organisations soi-disant terroristes. Bien que cela ne soit pas nouveau, la décision des deux pays européens, qui devrait être confirmée par tous les Etats membres de l’UE avant d’être adoptée, est d’un ridicule flagrant et montre une méconnaissance totale et du Hezbollah, et du public du Hezbollah, et de la résistance en général et de son public, tout comme elle témoigne de l’emprise de l’idéologie impérialo-sioniste sur ces pays.

Par leur déclaration, ces deux pays européens essaient d’abord de se faire passer pour des pays « équitables », en distinguant le « civil » du « militaire », mais en réalité, comme l’a affirmé sheikh Naïm Qassim, le vice-secrétaire général du Hezbollah, à la chaîne al-Mayadeen, cette distinction vient surtout parce que ces pays ont souvent besoin de s’entretenir avec des responsables du parti. Or, mettre le Hezbollah dans son ensemble dans cette liste signifie qu’ils ne pourront plus le faire. Or, pour eux, il y a toujours nécessité et parfois « urgence ». Ils ont trouvé alors la solution en distinguant « le civil » du militaire ».

Ensuite, la réponse à cette soi-disant menace est venue de la bouche même du secrétaire général du Hezbollah, sayyid Hassan Nasrullah, qui leur a explicitement dit : « trempez votre liste et buvez son jus », ce qui signifie en clair que votre liste est sans aucun intérêt et qu’elle n’a aucun effet, au contraire. Etre taxé de « terroriste » par des Etats impérialistes, qui mènent les guerres, qui arment les colons sionistes, qui laissent courir les racistes et les islamophobes dans leur pays et qui, depuis 65 ans, empêchent les Palestiniens de vivre libres dans leur patrie, est plutôt un honneur et une médaille accrochée à la poitrine des courageux de notre nationIl n’y a pas si longtemps, les responsables sécuritaires de l’entité coloniale en Palestine occupée ont taxé un des sites internet du mouvement du Jihad islamique de « terrorisme ». Cette nouvelle a été affichée par le site comme un trophée, la médaille de l’excellence.

Il reste cependant une question à poser à ces Etats qui se considèrent juges, alors qu’ils sont en réalité des bourreaux et les principaux défenseurs des bourreaux criminels de l’Etat sioniste : s’imaginent-ils vraiment qu’une telle décision a de l’effet sur le moral ou l’état psychologique de la résistance et de son public ? Pensent-ils réellement qu’une telle décision suscitera des frictions entre le public de la résistance et la résistance elle-même ? S’imaginent-ils réellement que le public de la résistance croit en leurs valeurs ou leurs critères, leurs systèmes de pensée ou de pouvoir, et qu’ils parviennent à déstabiliser quelque chose ?

En réalité, de telles décisions venant de leur part n’ont de conséquences directes ou indirectes que si elles visent leurs amis, le Qatar, l’Arabie saoudite, l’Autorité palestinienne, Saad Hariri et ses alliés, et de nombreux partis et personnalités politiques et financières arabes, qui ont joui ou qui jouissent de leurs « largesses », mais elles n’ont aucun effet sur les résistants, qui défendent d’autres valeurs et d’autres critères, et qui ont déclaré la guerre à l’Etat sioniste et ses alliés dans la région. Ce sont leurs amis qui craignent les avoirs gelés dans leurs banques et les interdits relatifs aux relations commerciales, et leurs amis n’ont rien à voir avec la résistance et son public.

L’Union européenne a mis sur sa fameuse liste les mouvements de la résistance palestinienne, le Hamas, le mouvement du Jihad islamique, le Front populaire de libération de la Palestine, entre autres. Qu’est-ce que cela a changé ? La résistance visée n’a cessé pas de s’armer et à envoyer ses fusées jusqu’au cœur de Tel Aviv, la colonie installée sur les terres palestiniennes. Quant à la liste établie par les Etats-Unis, le Hezbollah y figure incontestablement. Figurer dans toute liste de ce genre ne fait ni rougir, ni balbutier. Elle reste une marque d’excellence, délivrée par les ennemis de la nation, qui s’enragent de colère à cause de leur impuissance.

Car si la résistance islamique, au Liban et en Palestine, avait eu foi dans leurs critères et leurs valeurs, et même dans les résolutions de l’ONU, pour ne citer que les plus « neutres » des organismes internationaux, elle n’aurait pas pris la décision de chasser l’occupant par elle-même. Si la résistance islamique avait eu le moindre doute sur la possibilité de libérer la Palestine à partir des négociations, des pourparlers ou des gesticulations européennes creuses et hypocrites, elle aurait pris le temps pour essayer de comprendre leurs paroles. Si la résistance islamique, du moins au Liban, s’entretient parfois avec ces pays, qui se jugent supérieurs, c’est juste pour calmer la situation, diminuer les tensions, mais aucunement parce que ces pays auraient eu une quelconque influence bénéfique sur la nation arabo-musulmane dans son ensemble. Il n’y a aucune illusion sur leur rôle dans le soutien inconditionnel aux colons de l’entité sioniste, et leurs gesticulations de temps à autre ne sont en réalité que des moyens de faire avorter tout soulèvement palestinien, lorsqu’ils le sentent prêt à éclater.

Parce que nous n’avons aucune filiation idéologique ou intellectuelle avec les cercles impérialistes qu’ils représentent, leurs décisions ou leurs pseudo-menaces ne sont que du vent.

« Qu’ils trempent leur liste et qu’ils ingurgitent son jus » !



Fadwa Nassar
26 mai 2013

Aucun commentaire: