mercredi 29 mai 2013

Extraits du dernier discours
de Sayed Hassan Nasrallah



Sur la question de l’État

Depuis le retrait des forces syriennes du Liban en 2005, le gouvernement libanais n’a pas réussi à renforcer son armée face aux menaces israéliennes. Si l’armée libanaise avait les moyens et les armes nécessaires, elle aurait combattu Israël avec la même férocité que le mouvement de Résistance.

Le problème essentiel est que, depuis la création de l’État libanais, les responsables libanais n’ont jamais considéré Israël comme un pays ennemi qu’il faut combattre…
L’État est incapable, sans la Résistance, de défendre le pays face aux menaces israéliennes. Nous vivons dans un État confessionnel, incapable d’adopter une nouvelle loi électorale. Comment alors peut-on attendre de cet État de résister face à l’armée israélienne ?

Cependant, évitons le vide politique ou le chaos ; la présence d’un État, même faible, est mieux que le vide politique ou le chaos.


Tripoli et la paix civile

À Tripoli, il faut mettre fin aux violences insensées. Nous appelons de nouveau à laisser le Liban en dehors de toute confrontation armée…


Acharnement à détruire un pays et hypocrisie

Une guerre mondiale a été lancée contre la Syrie. Tout le monde intervient en Syrie, mais la communauté internationale n’accuse que le Hezbollah pour son implication dans le conflit…

Cette même communauté veut le départ de ce régime même si cela implique la destruction de la Syrie…

Certes une partie de l’opposition syrienne souhaite le dialogue, mais une autre travaille pour le compte des renseignements US et israéliens…

Ajoutons à cela les groupes armés sur le terrain, dominés principalement pas les mouvements takfiris. Ils sont venus de l’étranger pour combattre les forces syriennes nationales. Certains pays arabes financent et arment ces mouvements.

Tout cela et ils osent encore critiquer le Hezbollah dans son combat pour protéger la Résistance Libanaise.


Un danger pour tous, indépendamment de leurs confessions religieuses ou croyances

La montée de ces mouvements radicaux ne constitue pas uniquement une menace pour les chiites au Liban, mais pour tous les Libanais, qu’ils soient musulmans ou chrétiens.


La Syrie, à la fois le dos protecteur de notre Résistance et son soutien
 
La Syrie représente un soutien essentiel à la Résistance. La Syrie est la protection arrière et le support de la Résistance. La Résistance ne peut rester les bras croisés quand sa protection arrière est exposée et quand son support se brise. Il faut admettre que nous sommes naïfs et idiots si nous n’agissons pas…

Disons-le clairement et en toute franchise, si le régime de Bachar el-Assad tombe, la Résistance sera affaiblie, ce qui permettra à Israël de contrôler le Liban et ce qui signera la fin des mouvements de résistance en Palestine.


Décréter le jihad ? Pas besoin et nous sortirons, encore une fois, vainqueurs

Nous n’avons pas besoin de décréter le Jihad. A peine il suffit de deux mots pour que des dizaines de milliers de combattants se rendent au front…
Nous faisons face à une nouvelle étape qui a commencé il y a quelques semaines. Nous combattons pour protéger la Résistance et le Liban. Nous sortirons victorieux de cette bataille, comme toujours. Nous poursuivrons notre chemin et nous sacrifierons tout pour parvenir à cette victoire. Je vous le promets.
 

Réseau Voltaire





Trois pages de « Réseau Voltaire » à lire

Qatar, champion de la liberté d’expression

Syrie : Mensonges de l’État et des médias français

Chrétiens de Syrie : Mensonges des médias français

Aucun commentaire: