vendredi 3 mai 2013



Dis-moi petite, à quoi penses-tu ?

Penses-tu à ce papa à l’usine cumulant les profits par son salaire de misère ou cet autre peinant vingt cinq heures sur vingt quatre pour le pain quotidien aux siens ?

Penses-tu à cette jeune maman privée de lait de nourrisson et s’efforçant à allaiter malgré un corps rongé par l’extrême pauvreté ?

Penses-tu à ce pauvre paysan du Sud labourant sa terre avec un seul espoir de ne pas tomber sur des BASM ?

Penses-tu à ton petit ami, pieds nus sur le chemin de l’école, le cartable d’une telle misère qu’il ne contient qu’un crayon, un livre et un cahier, car on lui a confisqué le minimum nécessaire pour sa réussite ?

Penses-tu à ta petite amie violemment giflée pour avoir exprimé une innocente sottise universelle ?

Penses-tu à tes semblables de Qana déchiquetés par le missile de toutes les haines ?


 Petite, apprends-moi à dire non à cette philosophie de toutes les misères et de l’abandon de la terre qui nous appartient ; apprends-moi à t’aimer encore plus fort jusqu’à aimer mon pays…

Aucun commentaire: