samedi 28 janvier 2012

La présidence de la Ligue Arabe cherche à étouffer le rapport de ses experts





"Depuis le début des événements qui endeuillent la Syrie, deux versions des faits s’opposent : pour les Occidentaux et leurs alliés du Golfe, le régime réprime dans le sang une révolution populaire, tandis que pour la Syrie et ses alliés du BRICS, le pays est attaqué par des groupes armés venus de l’extérieur [...]

Le Qatar exerce actuellement la présidence de la Ligue ; non pas que son tour soit venu pour cela, mais parce qu’il a acheté à l’Autorité palestinienne son propre tour de présidence. La présidence de la Ligue a donc décidé de ne pas diffuser le rapport de la Mission d’observation, de ne pas le traduire, et même de ne pas placer la version originale arabe sur son site internet.

Le risque pour l’Émirat wahhabite est énorme. Si par malheur le public occidental avait accès au rapport, c’est bien au Qatar et à ses relais qu’il risquerait de demander des comptes en matière de démocratie et d’implication dans le massacre de populations.

Voir article intégral sur :

http://www.voltairenet.org/La-presidence-de-la-Ligue-Arabe

Voir aussi :

La presse occidentale ignore le contenu du rapport des observateurs de la Ligue arabe

http://www.voltairenet.org/La-presse-occidentale-ignore-le











SYRIE : Lettre ouverte au président de la Ligue des droits de l'homme

par Michel Dakar

Lettre ouverte au président de la Ligue des droits de l'homme, M. Pierre Tartakowsky, au sujet de sa collaboration à la destruction en cours de la Syrie et au sujet de l’association Souriahouria (Liberté Syrie) qui légitime cette destruction, et qu'il protège.



Villequier, le 27 janvier 2012,

Monsieur le président de la Ligue,



Je constate que votre organisation, ainsi qu’Amnesty International France et l’ACAT (Association des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture), protègent une association nommée Souriahouria (Syrie Liberté), qui est le fer de lance en France de la propagande de l’OTAN légitimant les futures invasion et destruction de la Syrie.

Cela bien sûr, sous couvert de propager la démocratie, les droits de l’homme, de combattre les dictatures et l’usage de la torture.

Mais cela ne trompe plus personne.

Texte intégral sur :
http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=28906













VENDREDI 27 JANVIER

UN RAZ DE MAREE HUMAIN, PAR MILLIONS,
POUR EXPRIMER SA COLERE, CONTRE L'INGERENCE IMPERIALISTE ET LES MANOEUVRES DE LA REACTION ARABE, CONTRE LE TERRORISME QUI SEVIT,
POUR EXIGER LE CHANGEMENT DEMOCRATIQUE ET EXPRIMER SON ATTACHEMENT A L'UNITE ET A LA PAIX CIVILE






mercredi 25 janvier 2012









En ce moment, au Moyen Orient, le Soleil, relatant les évènements qui secouent nos consciences, brille de plus en plus fort, et ce n’est qu’un début…



Les valets du Sionisme, des Saoudiens aux Qataris, en passant par les faussaires et profiteurs de nos printemps, les atlantistes turcs et des libanais hautement spécialisés dans l’import-export en armes et en terrorisme, affichent dorénavant et à grand jour leur affinité à l’impérialisme et à son chien de garde, l’entité sioniste, ainsi que leur farouche attachement à leur solution finale concernant notre Palestine.



Quoi qu’ils fassent, sous ce Soleil, à la fois brillant encore plus fort et brûlant, notre révolution secouera leurs trônes ; elle y parviendra, car elle est permanente grâce à sa résistance








Merci ma Julia,…





video

















vendredi 13 janvier 2012

DEVENUS HYSTERIQUES, ILS PERSISTENT…

La présidence française soupçonne "une manipulation" des autorités syriennes qui les impliquerait dans la mort du journaliste de la chaîne de télévision France 2 Gilles Jacquier, tué mercredi par un obus à Homs, affirme vendredi 13 janvier Le Figaro.

Citant "une source proche du président français" Nicolas Sarkozy, le quotidien conservateur indique que cette source a déclaré : "Nous penchons pour une manipulation", tout en soulignant qu'il n'existait pas de "preuve" à ce stade. "Les responsables syriens étaient seuls à savoir qu'un groupe de journalistes occidentaux visitait Homs ce jour-là, et dans quel quartier il se trouvait, explique cette source dans le quotidien, ajoutant : On peut croire à un malheureux accident. Mais il tombe plutôt bien pour un régime qui cherche à décourager les journalistes étrangers et à diaboliser la rébellion."

Les autorités syriennes ont annoncé jeudi la création d'une commission d'enquête sur les circonstances de la mort du journaliste français. Dès mercredi, le président Sarkozy leur avait demandé "qu'elles fassent toute la lumière sur la mort d'un homme qui ne faisait que son métier : informer".

Gilles Jacquier est le premier journaliste occidental tué en Syrie depuis le début de la révolte populaire contre le régime du président Bachar Al-Assad il y a dix mois. Il a péri à Homs, épicentre de la contestation dans le centre de la Syrie, lors de la chute d'un obus sur un groupe de reporters, en voyage autorisé par les autorités, qui restreignent drastiquement les mouvements des journalistes dans le pays. Son corps a été rapatrié de Damas par avion dans la nuit de jeudi à vendredi. La communauté internationale a appelé les autorités à assurer la protection des journalistes sur son territoire.




Le pouvoir français continue à entretenir la confusion au sujet du massacre perpétré par un groupe terroriste à Homs qui a coûté la vie au journaliste Gilles Jacquier et à huit citoyens syriens faisant partie d’une manifestation en faveur du Président de la République de Syrie.

Le Figaro, un média bien connu pour ses propagandes anti-arabes, ne nous surprend pas avec ses lignes dans leurs tentatives de désinformation ciblant les opinions publiques française et internationale.

Mais le plus cynique chez Monsieur Figaro est lorsqu’il se permet de dépasser toutes les limites en en indiquant dans ses pages dédiées que la communauté internationale a appelé les autorités syriennes à assurer la protection des journalistes sur son territoire.

De quelle communauté internationale s’agit-il, Monsieur Figaro ?

Est-ce le trio franco-anglo-américain impliqué dans la propagation du chaos en Syrie ?

Est-ce cette classe politique française connue pour son absolu silence lors des massacres perpétrés par l’armée sioniste contre les populations palestiniennes à Gaza et en Cisjordanie ou contre les populations du Sud Liban, cette classe qui ne connaît que les coulisses lorsqu’elle souhaite aborder le Moyen Orient, cette classe qui, par son soutien à la politique actuelle de l’Élysée dans cette région, se rend entièrement responsable du « chaos constructif » qui sévit en Syrie ?


Puis encore une fois l’Élysée persiste dans ses incohérences en demandant aujourd’hui aux autorités syriennes de faire la lumière sur la mort d’un homme qui ne faisait que son métier et en déclarant hier que le Président Assad n’était plus crédible et devrait partir.

Monsieur Figaro évoque également sur ses pages un « malheureux accident », donc il admet une fausse manoeuvre, irréfléchie, des groupuscules terroristes.

L'Elysée est ainsi averti (merci Monsieur Figaro) de l'urgence de prendre vite contact avec l'Arabie Saoudite, le Qatar et la Turquie afin qu'ils passent le message à la terreur de bien viser et manoeuvrer la prochaine fois.





Dorénavant, ni l’Élysée, ni cette classe politique qui soutient sa politique impérialiste et ni leurs médias ne pourront modifier le cours de l’Histoire que trace le peuple de Syrie ; ils doivent savoir que ce peuple est plus que déterminé aujourd’hui à exiger à la fois le changement démocratique dans la paix civile, un ferme combat contre la terreur et une fidélité absolue aux résistances des peuples palestinien, iraqien et libanais.







LIBAN RESISTANCE :

J’ACCUSE LE POUVOIR FRANÇAIS AINSI QUE LA CLASSE POLITIQUE QUI APPROUVE ET SOUTIENT SA POLITIQUE IMPERIALISTE AU MOYEN ORIENT



Je me permets d’abord de reprendre les vives réactions des plus grandes figures de cet impérialisme soucieux des ses ambitions et de ses intérêts à faire plonger tout un pays dans le chaos constructif, comme ils l’ont toujours appelé.

D’abord la réaction de leur chef de diplomatie Alain Juppé qui a déclaré, je cite : « La France demande que toute la lumière soit faite sur les circonstances de la mort en Syrie du journaliste…Nous condamnons vigoureusement cet acte odieux… », pour terminer avec cynisme et hypocrisie en demandant aux autorités syriennes d'assurer la sécurité des journalistes internationaux sur leur territoire et de protéger cette liberté fondamentale qu'est la liberté d'information.

Quant à leur Président de la République, il a fait part de ses sentiments émus, de sa peine et son émotion après la mort du journaliste de France 2 Gilles Jacquier en Syrie et a souligné l’importance d'avoir des hommes courageux pour dire la vérité de ce qui se passe dans les pays en conflit….

Dans un communiqué, il a dit avoir ressenti beaucoup de peine et d'émotion et a ajouté que la France attend des autorités syriennes qu'elles fassent toute la lumière sur la mort d'un homme…

Et enfin, sans fin, François Hollande, candidat socialiste à la présidentielle, faisant part de son très immense émotion après la mort du journaliste.

« C'est avec une immense émotion que j'apprends la mort de notre compatriote Gilles Jacquier, tué dans l'exercice de son métier de journaliste dans les rues de Homs en Syrie. », a-t-il dit dans un communiqué.

Puis rajoute, je cite : « Gilles Jacquier a été tué alors qu'il cherchait à informer sur les terribles massacres qui se poursuivent en Syrie malgré les insupportables dénégations du régime. » et d’ajouter encore, d’un air hypocrite : « Les autorités syriennes, responsables des massacres commis entre les populations civiles, viennent de faillir à une autre de leurs obligations fondamentales : garantir la sécurité des journalistes et la liberté de l'information. ».



Revenons aux faits. Homs était ce jour là témoin d’une manifestation de plusieurs centaines de jeunes pro-Assad, lorsqu’un groupe de journalistes s’en était approché pour interviewer quelques uns de ces manifestants.

C’est à cet instant que des obus tirés par des groupuscules terroristes se sont abattus sur cette foule, tuant neuf personnes dont le journaliste Gilles Jacquier et blessant plusieurs autres dont un journaliste belge.

Le même jour fut également sanglant dans le quartier d’Al Sabil de Homs qui fut également arrosé d’obus tirés par ces groupuscules, tuant une personne et blessant seize autres dont sept enfants.

Toujours ce même jour, quatre soldats de l’Armée Nationale furent tués et huit autres blessés dans la région de Yaafour, suite à l’explosion du car qui les transportait, à son passage sur une mine posée et minutée pour ce passage.

Ce ne sont là que quelques faits résultant des actes perpétrés par le terrorisme fortement soutenu, ravitaillé et entraîné par le trio franco-anglo-américain, ce dernier étant évidemment rejoint par l’Internationale Socialiste.



Pourquoi j’accuse…

Le complot en cours d’exécution contre le peuple de Syrie fut décidé le lendemain de la défaite de l’Armée Sioniste au Liban, face à une résistance soutenue par la Syrie et la farouche détermination d’un peuple à venir au secours de milliers de familles réfugiées du Sud libanais fuyant leur machines de guerre volantes n’hésitant pas à prendre pour cibles les civils.

Le trio impérialiste et son allié l’Internationale Socialiste, ne pouvant pas digérer la défaite de leur fer de lance sioniste dans la région, et surtout ne pouvant pas admettre leur échec d’imposer dans cette région leur modèle connu sous le nom de Nouveau Moyen Orient, avaient, ce jour là, décidé de tracer les grandes lignes de leur complot contre un pays et son peuple fidèlement attachés à la Cause et à la Résistance des peuples palestinien, libanais et iraquien.

Leur Nouveau Moyen Orient était et reste le modèle le plus pertinent pour s’emparer non seulement de la main d’œuvre la moins chère du monde, mais surtout des richesses dans cette région.



Mais alors pourquoi, de plus, la Syrie est concernée et visée ?



Pour deux raisons :

1- Ses infrastructures facilitant l’acheminement au moindre coût du pétrole jusqu’à la Mer Méditerranée ;

2- Sa position géographique présentant un atout formidable pour compléter l’encerclement de pays comme l’Iraq et l’Iran, prélude à l’encerclement de la Russie et à terme, le lancement des opérations terroristes en vue de la propagation de leur chaos constructif permettant la main mise sur la totalité des richesses de tous ces pays, pendant que les peuples s’entretuent.

Depuis le 15 août 2006, ils tramaient dans les coulisses les moindres détails des phases de leur agression, tout en scrutant la moindre opportunité pour lancer leurs premières opérations.



Mais également, compte tenu de leurs échecs en Afghanistan et en Iraq, ainsi que des crises profondes et répétées de leur modèle capitaliste, ils ne pouvaient plus mener directement des guerres en jetant sur les fronts leurs propres soldats ; il était donc temps pour eux d’aller puiser les forces de frappe pour leur politique agressive dans les groupuscules terroristes, voir même dans les bras du plus meurtrier parmi eux : Al Qaïda.

Ainsi, tous les moyens sont mis en œuvre et leurs valets dans la région sont mis à contribution : l’Arabie Saoudite d’abord avec ses dollars à flots pour financer, entraîner et armer la terreur, puis récemment le Qatar et la Turquie.

La grande opportunité qu’a présentée pour eux le Printemps Arabe était la bienvenue ; il fallait donc avant tout faire avorter les espoirs véhiculés par ce printemps, avant de le contenir en le déviant de sa finalité et en le mettant à son tour à contribution dans le but d’atteindre leur objectif qu’ils se sont fixés pour la région.

Mars 2011, le peuple syrien exprima sa revendication pour les réformes et le changement démocratique ; face aux réticences du régime et aux erreurs commises tout au début du mouvement revendicatif, le Président de la République de Syrie se rallia aux aspirations de son peuple en lançant le processus de large concertation pour le changement.

Le trio franco-anglo-américain et son complice l’Internationale Socialiste avaient compris l’urgence de la situation : il fallait faire avorter ce processus par :

1- La mise à contribution et le financement d’une opposition entièrement soumise et manipulée ;

2- Le financement par les régimes arabes qui leurs sont fidèles, de la mise en place de plates formes d’entraînement des groupuscules terroristes, ainsi que le financement de l’armement de ces groupuscules ;

3- L’impérialisme devra offrir son expertise et son assistance technique à ces groupuscules ;

4- La Turquie devra par son attachement à l’O.T.A.N. être également, et au fil du temps, mise à contribution par l’infiltration à partir de ses frontières des groupuscules armés prêts à l’exécution des opérations ;

5- Le clan libanais fidèle à l’impérialisme devra à son tour entrer dans le jeu, d’abord en essayant de provoquer la rupture avec la Syrie ensuite en finançant la terreur et en encourageant ses infiltrations à partir des frontières libano-syriennes ;

6- Les medias arabes soumises devront procéder à la désinformation, la manipulation et à la pratique des techniques de trucage de fichiers multimédia ;

7- La floraison sur Internet un nombre important de blogs, de sites dédiés, de forums, de pages sur Facebook, tous spécialisés dans la désinformation et les techniques de trucage et financés par des lobbies impérialistes et sionistes.





Le pouvoir français bien impliqué et engagé dans le processus de déstabilisation de la Syrie ainsi que toute la classe politique qui le soutient dans sa politique impérialiste au Moyen Orient sont responsables de l’assassinat de Gilles Jacquier.

Ils soutiennent et financent les bras qui font plonger la Syrie dans le feu et le dans le sang, ces mêmes bras qui, pour affronter une manifestation pacifique, n’hésitent pas à répondre par des tirs d’obus.

Pour l’anecdote du jour, leur hystérie les pousse à devenir incohérents dans leurs messages et discours : ils ont toujours déclaré sur leurs ondes que le Président de la République de Syrie n’était plus crédible et qu’il devra quitter le pouvoir ; et voilà qu’aujourd’hui ils lui demandent de faire toute la lumière sur cet assassinat et de mener une enquête.

mercredi 11 janvier 2012





"Les questions retentissent,

claquements dans les tympans officiels.

S’éveillent les noms harcelés,

les écartelés sans sépulture,

occultés sous la fange impunie.

Les noms se raniment dans les voix ;

les murs des prisons peuvent s’effondrer,

les trônes peuvent être pris,

les frontières se diluent,

si on invoque ces noms.

Aucune arme, aucun affront, rien,

ne devra répliquer à ces noms calcinants."



Angye Gaona

Extrait du poème Le volcan parle

Traduction française de Pedro Vianna











LIBAN RESISTANCE,

SOLIDAIRE D’ANGYE GAONA





Nous ne sommes pas un Curriculum (C.V.)


Si nous sommes ce que nous faisons, la manière dont nous nous comportons et agissons se révèle essentielle pour qu’il n’y ai pas l’espace d’un cheveu entre ce que nous sommes et ce que nous faisons.


Nous sommes ce que nous vivons, sentons, disons, regardons, aimons, pensons, écrivons.


Nous sommes ce que nous donnons.


Nous sommes l’intensité de notre engagement pour la vie.


Nous sommes ce que nous rêvons.


Angye Gaona n’est pas non plus un curriculum. C’est une poète vibrante de vie.


C’est un éclair d’innocence. Une force vitale, qui essaie d’aider à changer la vie, depuis la poésie qui l’habite.


Cependant vous trouverez ci-dessous son curriculum qui vous éclairera un peu sur sa personne, en attendant d’autres communications à suivre.


( Cristina Castello )






***










Biographie abrégée de Angye Gaona






Angye Gaona (Bucaramanga, Colombie, 1980) poète colombien, membre de Prométhée et de l’équipe organisatrice du Festival International de Poésie de Medellín pendant cinq ans.


Elle a créé en 2001, le premier Salon international de la poésie expérimentale. Elle est également sculptrice. Elle a produit des nombreuses émissions culturelles à la radio. Elle exerce des activités visant à promouvoir la poésie dans sa ville natale.


Ses poèmes ont été inclus dans des anthologies et des publications imprimées ou électroniques en Colombie et dans de nombreux pays. Plus récemment, un choix de ses écrits a été inclus dans une anthologie de nouvelles voix de la poésie colombienne publiée par l’Université de Monterrey (Mexique).


En 2009, elle publie son premier livre : « Naissance volatile » (Natalia Rendón illustrations), et participe à la Rencontre internationale du surréalisme, intitulée : « Le seuil secret » (Santiago, Chili), la plus grande exposition jamais organisée du mouvement surréaliste en Amérique latine.


En 2010, elle réalise le poème expérimental « Les fils du vent" » disponible sur le site : http://www.wix.com/viento/viento . Son travail a été partiellement traduit en français, catalan, portugais et anglais.


En 2011, elle a remporté le Prix du Salon métropolitain des arts avec une performance intitulée « Regarde ».


En 2012, elle devrait participer à l’Exposition internationale « Surréalisme 2012 » (Pennsylvanie, États-Unis), et au XXII Festival Internationale de Poésie de Medellín, si elle n’est pas incarcérée d’ici-là.


Un Cahier Spécial bilingue lui sera consacré dans le prochain numéro de la revue poétique française « La voix de autres », à paraître en mars 2012






Défense d’Angye Gaona, poète colombienne


A partir de maintenant, il est primordial que chacun d’entre nous veuille bien prendre une part active pour soutenir Angye Gaona avant le procès inique dont elle est l’objet.


La situation d’Angye est gravissime comme vous pourrez le constater.


En Janvier 2011, de retour du Venezuela où elle s’était rendue pour faire provision de livres, elle avait été interpellée puis incarcérée sans qu’aucune charge tangible ne soit retenue contre sa personne.


Après une intense campagne de pétitions d’ampleur internationale, elle avait été libérée. Peu de temps après sa sortie de prison, le 20 mai 2011, le couperet est tombé et elle a été accusée de trafic de drogue.






La vérité probante de cette histoire c’est qu’auparavant elle n’avait jamais cessé de dénoncer les assassinats et disparitions des opposants à l’état colombien perpétrés par les militaires, la police, les services secrets et autres escadrons de la mort.


Bien qu’elle vive très pauvrement, ayant tout juste de quoi nourrir sa petite fille avec laquelle elle partage une pièce unique dans un quartier de Bucaramanga, la ville où elle habite à cinquante kilomètres de la frontière Vénézuélienne, une assignation à résidence lui a été ordonnée par la justice.


Maintenant elle doit défendre son innocence dans un procès truqué depuis le début. Elle a un besoin urgent de notre aide. Elle encourt jusqu’à vingt ans de prison, voire pire. Que chacun diffuse rapidement ces informations, ainsi que les messages à venir.






Nous avons le devoir impératif de dénoncer que :


1° condamner à l’avance une poète pour trafic de drogue afin de la faire taire est une offense à la poésie.


2° le "délit d’opinion" consistant en un acte de solidarité envers autrui et les siens ne saurait sous aucun prétexte être puni.






Cristina Castello, poète argentine vivant en France et amie d’Angye, lance un fervent appel de soutien à l’attention de la communauté internationale.


Soyons conscients qu’en d’autres temps de sinistre mémoire, nous aurions très bien pu nous retrouver dans une situation similaire à la sienne.


En Colombie la grande majorité de la population est complètement terrorisée par la répression sanglante et très peu d’individus n’osent afficher publiquement leur soutien par crainte des représailles.






Voici des liens vers quelques articles décrivant l’état des lieux :






http://www.tlaxcala-int.org/article... (français)


http://www.tlaxcala-int.org/article... (English)


http://www.es.lapluma.net/index.php... (espagnol)






Si jamais vous avez des connaissances influentes, dans les domaines des arts, de la littérature, des droits de l’homme, de la politique, ou de la diplomatie...etc, alertez-les car le temps presse.


Nous avons besoin de vous tous.


Nous avons besoin de traducteurs, et de personnes relayant notre action tant en France qu’à l’étranger.






Le procès débutera le 23 janvier et le verdict devrait être rendu au plus tard dans deux mois.


Nous avons encore la chance dans notre pays (France) de ne pas subir la répression terrible sévissant en Colombie (appuyée par le tout-puissant gouvernement de la pseudo démocratie US), par conséquent soyons tous solidaires de cette femme, poète au demeurant très talentueuse, qui risque d’être condamnée avec trois autres personnes : une syndicaliste, un étudiant et un défenseur des Droits de l’Homme, eux-aussi, comme par hasard, inculpés des mêmes chefs d’accusation, arrêtées, à quelques jours d’intervalles, en janvier 2011 pour servir d’exemple et intimider tout ce qui reste d’esprits libres en Colombie.






Le seul crime véritable d’Angye Gaona est d’être poète et de ne pas approuver les exactions commises par son gouvernement, comme il nous arrive à nous aussi dans nos pays respectifs de le faire en France sans être inquiétés outre mesure, du moins jusqu’à maintenant....






Selon son avocat, un deuxième chef d’accusation pourrait venir s’ajouter au premier : celui de "rébellion". Elle se retrouverait alors doublement prise au piège dans la mesure où si elle demandait l’asile dans une ambassade étrangère, elle tomberait immédiatement sous le coup d’un mandat d’arrêt international pour narcotrafic. N’ayant pas beaucoup de ressources, elle a du opter pour l’aide juridictionnelle.






A tous ceux qui ont encore assez de cœur et de cran pour défendre la liberté mise en péril, j’adresse ce message.






Il est grand temps de nous relier dans l’action, de mettre en pratique la solidarité qui n’est pas un état d’âme ni un confortable exercice de style philanthropique. Aujourd’hui, si l’on considère l’état général du monde, l’indignation, malléable à merci, ne suffit plus. Il est arrivé bien des fois que des poètes, quand ils n’ont pas été poussés au suicide, aient été condamnés ou proscrits (Hikmet, Lorca, Unamuno, Senac, Milosz, Laâbi et dernièrement Aung Than...) parce ce qu’ils avaient de l’existence humaine une vision profonde, parce qu’il leur était inconcevable de se résigner à subir le joug des tyrans, de tolérer sans rien dire au monde la souffrance infligée au peuple terrorisé et surtout parce qu’il leur était impossible d’avilir la poésie avec la "bonne conscience moralisatrice" des laquais de service.






Angye Gaona en dépit des menaces qui l’enserrent, fait montre d’une témérité et d’une énergie peu communes : elle a décidé de se battre pour la cause commune dont la liberté d’expression est l’une des conditions fondamentales. Accordons-lui sans tarder un soutien sans faille en adressant une lettre postale à ses juges ainsi qu’un message par e-mail à l’ambassade de Colombie.de chaque pays concerné.


Fraternité à tous.


André Chenet






***






Modèle de courrier à adresser au juge.


A chacun de l’adapter à sa façon : (à envoyer en recommandé, si possible)






Juez de conocimiento


Centro de Servicios


Juzgado Único Penal Del Circuito Especializado De Cartagena Adjunto


Centro Barrio San Diego, Calle De La Cruz No 9-42, Antiguo Colegio


Panamericano


2º Piso
Cartagena de Indias


Colombie






***






Nom


Adresse


Ville, Pays


adresse du site (facultatif)










Réf : SPOA ES. 13001-60-01129-2009-02149-00






Monsieur le juge,


En tant que citoyen du monde, attaché aux libertés des peuples, j’ai décidé en mon âme et conscience de vous faire parvenir ce courrier dans le but de vous prévenir de ma vigilance en ce qui concerne Angye Gaona, poète colombienne.


Je suis bien certain que vous ne jugerez pas en cette affaire une femme trafiquant de drogues mais bien une « contrebandière » de mots et de poésie, consciente des dérives des droits de l’être humain dans son pays.


En son nom, je vous demanderai de faire preuve d’équanimité et de raison, malgré les pressions politiques.


Sa poésie ainsi que la modestie de ses conditions d’existence traduisent son innocence, mieux que ne saurait le faire n’importe quel avocat. Il se pourrait que son seul délit consiste justement de dire la vérité à travers son œuvre poétique.


Il me paraît essentiel pour la communauté colombienne que soient respectées la vie et la liberté de ses poètes, qui sont un peu l’âme de son peuple.


En espérant, Monsieur le juge, que vous serez le garant d’un procès équitable qui fera honneur aux institutions de la Colombie, je vous prie d’agréer l’expression de tout mon respect,






Signature










Après avoir posté cette lettre (avec une copie par e-mail à l’ambassade de Colombie), nous vous demandons de nous le faire savoir par message électronique adressé à Cristina Castello :


castello.cristina@gmail.com










Pour connaître les suites de cette affaire vous pouvez consulter les espaces internet suivants :


http://les-risques-du-journalisme.o... (Rubrique : Liberté pour Angye Gaona)


http://libertesconquises.blogspot.com/ (Rubrique : Angye Gaona)


http://poesiedanger.blogspot.com/ (Rubrique : Angye Gaona, dans le sommaire à droite)










Le site polyglotte Facebook de soutien à Angye Gaona :


ANGYE GAONA - ESTUDIANTE UIS DETENIDA :


http://www.facebook.com/groups/1242...






Adresse e-mail du Consulat de Colombie en France :


eparis@cancilleria.gov.co






***






"Suenan las preguntas,


chasquidos en los tímpanos oficiales.


Se recuerdan los nombres hostigados,


los desmembrados insepultos,


ocultos bajo lodo impune.


Se avivan los nombres en las voces ;


pueden derruirse los muros de las prisiones,


pueden tomarse los tronos,


se diluyen las fronteras,


si se invocan esos nombres.


Ningún arma, ninguna injuria, nada,


habrá de replicar esos nombres calcinantes."






Angye Gaona


Extracto del poema Habla el volcán






**






"Les questions retentissent,


claquements dans les tympans officiels.


S’éveillent les noms harcelés,


les écartelés sans sépulture,


occultés sous la fange impunie.


Les noms se raniment dans les voix ;


les murs des prisons peuvent s’effondrer,


les trônes peuvent être pris,


les frontières se diluent,


si on invoque ces noms.


Aucune arme, aucun affront, rien,


ne devra répliquer à ces noms calcinants."






Angye Gaona


Extrait du poème Le volcan parle


Traduction française de Pedro Vianna





mardi 10 janvier 2012





Chers amis (es),



J’ai mis en ligne une pétition dont le titre est : «LIBERTE POUR GEORGES IBRAHIM ABDALLAH»


http://www.petitionpublique.fr/?pi=cauchy49


Le cas de Georges nous prouve à quel point la souveraineté de notre France et les grands principes de notre République (séparation des pouvoirs) ont été bafoués.


Sans doute parmi nous des citoyens (nes) ne partagent pas les idées de notre camarade Georges ; cependant justice doit lui être rendue.


Un quart de siècle déjà en détention ; l’Etat Français envisage-t-il de faire de Georges un nouveau Mandela ?


Comme le revendique le Préfet Yves Bonnet, Georges Ibrahim Abdallah, résistant communiste libanais, doit être libéré.


Je vous demande donc de souscrire à la pétition et de la divulguer auprès de vos contacts.






Merci,
Richa Raymond,
Ingénieur Principal au Grand Lyon






Un tribunal français doit statuer sur le cas de l’enfant qui a été tué par balles dans les bras de s

Un tribunal français doit statuer sur le cas de l’enfant qui a été tué par balles dans les bras de s

dimanche 8 janvier 2012



 
LIBEREZ   NOTRE  CAMARADE GEORGES





Ancien patron de la DST et ancien député UDF, le préfet Yves Bonnet réclame la libération de Georges Ibrahim Abdallah, le plus vieux prisonnier politique de France, détenu à Lannemezan. Il dénonce une « vengeance d'état ».







Interview






Vous étiez le patron de la DST au moment de l'arrestation de Georges Ibrahim Abdallah, en 1984. Que lui reproche-t-on, à l'époque ?


En fait, lorsque nous l'arrêtons, nous ne savons pas qui il est. Mais en garde à vue, il profère des menaces et met en avant son appartenance au service de sécurité de l'OLP.




Manque de chance, j'entretiens des relations amicales avec Abou Iyad, n° 2 de l'OLP et je sollicite les Israéliens de l'autre côté.




C'est alors que nous l'identifions comme chef des Fractions armées révolutionnaires libanaises, un groupe marxiste pro-palestinien, responsable d'attentats et ayant tué trois personnes en France.




Mais nous n'avons rien de sérieux contre lui, juste une histoire de faux papiers, de détention d'armes et d'explosifs…






Que se passe-t-il alors ?


Au Liban, les FARL sont un groupe résolu, impossible à infiltrer, reposant sur une vingtaine de personnes issues de trois familles de Koubeyat, un village près de Tripoli.




Georges Ibrahim Abdallah arrêté, en mars 1985, elles s'emparent de Gilles Sidney Peyroles, directeur du centre culturel français de Tripoli et le fils de l'écrivain Gilles Perrault.




On se retrouve donc avec une sale histoire d'enlèvement sur les bras.




J'étais au siège de la CIA, à Langley et Paris me demande de rentrer d'urgence. Il faut négocier un échange. Jusque-là, Georges Ibrahim Abdallah est accusé de délits, il n'a pas de crime sur le dos.




Les Algériens s'engagent et servent d'intermédiaires, je donne mon accord pour l'échange sans que Pierre Joxe, ministre de l'Intérieur ne s'y oppose.




Gilles Peyroles est libéré. Mais malheureusement pour Georges Ibrahim Abdallah, dans le même temps, on trouve dans une planque des FARL l'arme qui a servi à tuer MM. Charles Ray et Yacov Barsimentov et là, le dossier change de dimension, la justice ignorant les tractations et l'accord que j'avais passé avec l'Algérie.




Pour Georges Ibrahim Abdallah, on me dit « son compte est bon. » Je me sens très mal parce que j'ai donné ma parole à mes amis algériens qui se sont énormément mouillés dans le dossier et je suis lâché par les politiques.






Condamné dans un premier temps à 4 ans de prison pour la détention d'armes et de faux papiers, Georges Ibrahim Abdallah est ensuite condamné à perpétuité. Cela fait 28 ans qu'il est prisonnier et à plusieurs reprises, vous avez réclamé sa libération. Officieusement, d'abord, officiellement désormais. Pourquoi ?


J'ai un problème de conscience avec cette affaire. La France a trahi la parole donnée et on a voulu faire croire qu'à l'époque, Bonnet avait négocié tout seul. Je trouve cela ignoble car cela revenait à me mettre directement dans le collimateur des FARL.


Aujourd'hui, presque 30 ans après les faits, je trouve anormal et scandaleux de maintenir encore Georges Ibrahim Abdallah en prison. Je considère qu'il avait le droit de revendiquer les actes commis par les FARL comme des actes de résistance.




Après on peut ne pas être d'accord, c'est un autre débat. Mais il faut se souvenir du contexte, aussi, des massacres de Sabra et Chatilah dont les coupables n'ont jamais été punis. Et aujourd'hui, la France garde cet homme derrière les barreaux alors qu'elle a libéré Maurice Papon ?


J'aimerais rappeler aussi qu'on a remis en liberté l'assassin de Chapour Baktiar, qui lui, sur ordre de l'Iran, avait décapité l'ancien Premier ministre au couteau et lui avait coupé les mains. Ce type-là, qui a commis un crime atroce, a été libéré moins de 20 après les faits.


Georges Ibrahim Abdallah, lui, est plus mal traité qu'un serial killer alors qu'il a commis des actes politiques.






S'agit-il alors d'une vengeance d'état, contre Georges Ibrahim Abdallah ?


Je pense que oui et c'est absolument lamentable, d'autant plus qu'il a déjà eu un avis favorable de libération localement. C'est Paris qui refuse par rapport à ses alliés. Je demande à ce que la justice m'entende dans ce dossier.










--------------------------------------------------------------------------------






Prison à perpétuité




1982, la guerre du Liban fait rage. Le 18 janvier, l'attaché militaire adjoint des Etats-Unis en France, le lieutenant-colonel Ray, est tué à Paris par les Fractions armées révolutionnaires libanaises. Le 3 avril, Yacov Barsimentov, diplomate israélien en poste à Paris, est aussi victime d'un attentat des FARL. Puis le consul américain, à Strasbourg.






Pour les FARL, qui se revendiquent comme une organisation de résistance, Ray et Barsimentov sont deux officiers de renseignement d'armées d'occupation au Liban. Logique de guerre inacceptable pour la France pour qui il s'agit d'actes terroristes commis sur son territoire.






Le 26 janvier 1987, considéré comme le chef présumé des FARL, Georges Ibrahim Abdallah est condamné à perpétuité, mais sans peine de sûreté, pour « complicité d'assassinats ».






En 2004, la Cour d'appel de Pau avait accepté la demande de libération conditionnelle de ce « prisonnier modèle ».





SYRIE

FIASCO DE L’OPPOSITION SOUTENUE PAR L’IMPERIALISME

A l’annonce de l’attentat terroriste qui a secoué le quartier Al Maïdane, plusieurs milliers de citoyens sont descendus dans les rues dans plusieurs grandes villes de Syrie, leurs slogans et leur colère se résumant par :

Non au terrorisme et à l’ingérence impérialiste,


Non aux basses manœuvres sapant notre unité et frappant notre Armée Nationale,


Non au confessionnalisme,


Oui aux réformes et au changement dans la Paix Civile,


La Syrie restera fidèle à la Cause et à la Résistance.



Par ailleurs, le convoi de l’ambassadeur allemand passant par Al Maïdane, juste après l’attentat, fut pris d’assaut par la masse populaire en colère qui exigea l’expulsion de l’ambassadeur.




Quelques photos de l'improvisation populaire juste après l'attentat

Damas




Alep



Tartous

Al Hassaqa

 

Al Souaïda'a

samedi 7 janvier 2012

Depuis des mois, les médias français assènent sur les événements dramatiques de Syrie une masse d’« informations » à sens unique dont le seul objectif est de justifier l’intervention étrangère en ce pays. Le Collectif Polex tient à signaler à tous ceux conscients des dangers de guerre au Moyen Orient, désireux d’une information pluraliste, de la tenue d’un compte rendu de voyage en Syrie par Claude Beaulieu, qui aura lieu à :

L’AGECA, 177 rue de Charonne, Paris 11e

Samedi, 7 janvier 2012, 14h30 à 18h.

Cette réunion est parrainée par le Comité Valmy et le PRCF, auxquels s’est joint le collectif Résistance et Renouveau Gaulliste.



Paris, le 05 janvier 2012

SYRIE

QUI, COMMENT ET POURQUOI ?

vendredi 6 janvier 2012


NOUVEL ATTENTAT TERRORISTE EN SYRIE :

LE QUARTIER POPULAIRE D’AL MAIDANE FRAPPE



ILS SONT PRETS A TOUT POUR FAIRE AVORTER LA MISSION DE LA LIGUE ARABE EN SYRIE ET POUR IMPOSER UNE SOLUTION A LA LYBIENNE PERMETTANT DE BRISER LA SOLIDARITE DE LA SYRIE AVEC LES RESISTANCES ARABES, PRELUDE A LA LIQUIDATION DE CES DERNIERES ET A L’EDIFICATION D’UN NOUVEAU MOYEN ORIENT SOUS LA TOTALE EMPRISE DE L’IMPERIALISME ET DU SIONISME



Un militant de l'opposition à Damas a déclaré que le mouvement en faveur de la démocratisation n'avait rien à voir avec l'explosion dans le quartier de Maïdane, et il a laissé entendre que des islamistes pourraient en être responsables.

"Il est clair que la présence d'islamistes extrémistes est de plus en plus marquée en Syrie ces jours-ci, et je pense qu'il y a des centaines d'extrémistes de ce type qui veulent combattre le régime, en allant jusqu'à se faire exploser au nom du djihad", a dit l'opposant, sous le sceau de l'anonymat.

"Il y aura de plus en plus d'explosions en Syrie dans les jours qui viennent, je suis au regret de le dire", a-t-il ajouté.



Des pressions américaines au sein de la Ligue Arabe pour discréditer les témoignages des membres de la mission de la Ligue en Syrie

La Ligue arabe a fait savoir jeudi qu'en dépit des critiques dans ses propres rangs sur le travail de ses observateurs, elle n'écourterait pas leur mission en Syrie.



LE QATAR DEPLORE SANS POUVOIR APPORTER DES PREUVES

Cheikh Hamad ben Djassim al Sani, Premier ministre du Qatar et président du groupe de travail de la Ligue arabe sur la Syrie, a néanmoins déploré les "erreurs" commises selon lui par les observateurs, sans préciser la nature de celles-ci.





Liban Résistance se refuse de diffuser les vidéos et les images de ce nouvel attentat compte tenu de leurs atrocités.