vendredi 13 janvier 2012

LIBAN RESISTANCE :

J’ACCUSE LE POUVOIR FRANÇAIS AINSI QUE LA CLASSE POLITIQUE QUI APPROUVE ET SOUTIENT SA POLITIQUE IMPERIALISTE AU MOYEN ORIENT



Je me permets d’abord de reprendre les vives réactions des plus grandes figures de cet impérialisme soucieux des ses ambitions et de ses intérêts à faire plonger tout un pays dans le chaos constructif, comme ils l’ont toujours appelé.

D’abord la réaction de leur chef de diplomatie Alain Juppé qui a déclaré, je cite : « La France demande que toute la lumière soit faite sur les circonstances de la mort en Syrie du journaliste…Nous condamnons vigoureusement cet acte odieux… », pour terminer avec cynisme et hypocrisie en demandant aux autorités syriennes d'assurer la sécurité des journalistes internationaux sur leur territoire et de protéger cette liberté fondamentale qu'est la liberté d'information.

Quant à leur Président de la République, il a fait part de ses sentiments émus, de sa peine et son émotion après la mort du journaliste de France 2 Gilles Jacquier en Syrie et a souligné l’importance d'avoir des hommes courageux pour dire la vérité de ce qui se passe dans les pays en conflit….

Dans un communiqué, il a dit avoir ressenti beaucoup de peine et d'émotion et a ajouté que la France attend des autorités syriennes qu'elles fassent toute la lumière sur la mort d'un homme…

Et enfin, sans fin, François Hollande, candidat socialiste à la présidentielle, faisant part de son très immense émotion après la mort du journaliste.

« C'est avec une immense émotion que j'apprends la mort de notre compatriote Gilles Jacquier, tué dans l'exercice de son métier de journaliste dans les rues de Homs en Syrie. », a-t-il dit dans un communiqué.

Puis rajoute, je cite : « Gilles Jacquier a été tué alors qu'il cherchait à informer sur les terribles massacres qui se poursuivent en Syrie malgré les insupportables dénégations du régime. » et d’ajouter encore, d’un air hypocrite : « Les autorités syriennes, responsables des massacres commis entre les populations civiles, viennent de faillir à une autre de leurs obligations fondamentales : garantir la sécurité des journalistes et la liberté de l'information. ».



Revenons aux faits. Homs était ce jour là témoin d’une manifestation de plusieurs centaines de jeunes pro-Assad, lorsqu’un groupe de journalistes s’en était approché pour interviewer quelques uns de ces manifestants.

C’est à cet instant que des obus tirés par des groupuscules terroristes se sont abattus sur cette foule, tuant neuf personnes dont le journaliste Gilles Jacquier et blessant plusieurs autres dont un journaliste belge.

Le même jour fut également sanglant dans le quartier d’Al Sabil de Homs qui fut également arrosé d’obus tirés par ces groupuscules, tuant une personne et blessant seize autres dont sept enfants.

Toujours ce même jour, quatre soldats de l’Armée Nationale furent tués et huit autres blessés dans la région de Yaafour, suite à l’explosion du car qui les transportait, à son passage sur une mine posée et minutée pour ce passage.

Ce ne sont là que quelques faits résultant des actes perpétrés par le terrorisme fortement soutenu, ravitaillé et entraîné par le trio franco-anglo-américain, ce dernier étant évidemment rejoint par l’Internationale Socialiste.



Pourquoi j’accuse…

Le complot en cours d’exécution contre le peuple de Syrie fut décidé le lendemain de la défaite de l’Armée Sioniste au Liban, face à une résistance soutenue par la Syrie et la farouche détermination d’un peuple à venir au secours de milliers de familles réfugiées du Sud libanais fuyant leur machines de guerre volantes n’hésitant pas à prendre pour cibles les civils.

Le trio impérialiste et son allié l’Internationale Socialiste, ne pouvant pas digérer la défaite de leur fer de lance sioniste dans la région, et surtout ne pouvant pas admettre leur échec d’imposer dans cette région leur modèle connu sous le nom de Nouveau Moyen Orient, avaient, ce jour là, décidé de tracer les grandes lignes de leur complot contre un pays et son peuple fidèlement attachés à la Cause et à la Résistance des peuples palestinien, libanais et iraquien.

Leur Nouveau Moyen Orient était et reste le modèle le plus pertinent pour s’emparer non seulement de la main d’œuvre la moins chère du monde, mais surtout des richesses dans cette région.



Mais alors pourquoi, de plus, la Syrie est concernée et visée ?



Pour deux raisons :

1- Ses infrastructures facilitant l’acheminement au moindre coût du pétrole jusqu’à la Mer Méditerranée ;

2- Sa position géographique présentant un atout formidable pour compléter l’encerclement de pays comme l’Iraq et l’Iran, prélude à l’encerclement de la Russie et à terme, le lancement des opérations terroristes en vue de la propagation de leur chaos constructif permettant la main mise sur la totalité des richesses de tous ces pays, pendant que les peuples s’entretuent.

Depuis le 15 août 2006, ils tramaient dans les coulisses les moindres détails des phases de leur agression, tout en scrutant la moindre opportunité pour lancer leurs premières opérations.



Mais également, compte tenu de leurs échecs en Afghanistan et en Iraq, ainsi que des crises profondes et répétées de leur modèle capitaliste, ils ne pouvaient plus mener directement des guerres en jetant sur les fronts leurs propres soldats ; il était donc temps pour eux d’aller puiser les forces de frappe pour leur politique agressive dans les groupuscules terroristes, voir même dans les bras du plus meurtrier parmi eux : Al Qaïda.

Ainsi, tous les moyens sont mis en œuvre et leurs valets dans la région sont mis à contribution : l’Arabie Saoudite d’abord avec ses dollars à flots pour financer, entraîner et armer la terreur, puis récemment le Qatar et la Turquie.

La grande opportunité qu’a présentée pour eux le Printemps Arabe était la bienvenue ; il fallait donc avant tout faire avorter les espoirs véhiculés par ce printemps, avant de le contenir en le déviant de sa finalité et en le mettant à son tour à contribution dans le but d’atteindre leur objectif qu’ils se sont fixés pour la région.

Mars 2011, le peuple syrien exprima sa revendication pour les réformes et le changement démocratique ; face aux réticences du régime et aux erreurs commises tout au début du mouvement revendicatif, le Président de la République de Syrie se rallia aux aspirations de son peuple en lançant le processus de large concertation pour le changement.

Le trio franco-anglo-américain et son complice l’Internationale Socialiste avaient compris l’urgence de la situation : il fallait faire avorter ce processus par :

1- La mise à contribution et le financement d’une opposition entièrement soumise et manipulée ;

2- Le financement par les régimes arabes qui leurs sont fidèles, de la mise en place de plates formes d’entraînement des groupuscules terroristes, ainsi que le financement de l’armement de ces groupuscules ;

3- L’impérialisme devra offrir son expertise et son assistance technique à ces groupuscules ;

4- La Turquie devra par son attachement à l’O.T.A.N. être également, et au fil du temps, mise à contribution par l’infiltration à partir de ses frontières des groupuscules armés prêts à l’exécution des opérations ;

5- Le clan libanais fidèle à l’impérialisme devra à son tour entrer dans le jeu, d’abord en essayant de provoquer la rupture avec la Syrie ensuite en finançant la terreur et en encourageant ses infiltrations à partir des frontières libano-syriennes ;

6- Les medias arabes soumises devront procéder à la désinformation, la manipulation et à la pratique des techniques de trucage de fichiers multimédia ;

7- La floraison sur Internet un nombre important de blogs, de sites dédiés, de forums, de pages sur Facebook, tous spécialisés dans la désinformation et les techniques de trucage et financés par des lobbies impérialistes et sionistes.





Le pouvoir français bien impliqué et engagé dans le processus de déstabilisation de la Syrie ainsi que toute la classe politique qui le soutient dans sa politique impérialiste au Moyen Orient sont responsables de l’assassinat de Gilles Jacquier.

Ils soutiennent et financent les bras qui font plonger la Syrie dans le feu et le dans le sang, ces mêmes bras qui, pour affronter une manifestation pacifique, n’hésitent pas à répondre par des tirs d’obus.

Pour l’anecdote du jour, leur hystérie les pousse à devenir incohérents dans leurs messages et discours : ils ont toujours déclaré sur leurs ondes que le Président de la République de Syrie n’était plus crédible et qu’il devra quitter le pouvoir ; et voilà qu’aujourd’hui ils lui demandent de faire toute la lumière sur cet assassinat et de mener une enquête.

Aucun commentaire: