mardi 29 novembre 2011

SYRIE

DERNIERES NOUVELLES



La vidéo qu’Al Jazzera et Al Arabiyya n’ont pas voulue diffusée :

Cette vidéo comporte des passages déconseillés aux personnes sensibles et aux enfants

video



 

La déclaration de Walid Al Mouallem lors de la conférence de presse donnée le 28 novembre 2011 :


 



En réponse à la Ligue Arabe et aux médias de la désinformation, comme Al Jazira et Al Arabiyan :

Si notre Armée Nationale était là, présente, mon fils ne serait pas mort…

video






27 et 28 novembre 2011

Des millions de syriens dans les rues pour dénoncer les mesures prises par la Ligue Arabe contre leur pays et en soutien à leur Président; voici un de ces rassemblements :

video











samedi 26 novembre 2011






PROTEGEONS SES EAUX, SES FORETS…ENCOURAGEONS CES ASSOCIATIONS DE VILLAGES QUI ENTRETIENNENT SES CEDRES, AVEC PEINE ET EN L’ABSENCE DE L’ETAT…



PROTEGEONS SON SOL ET SES NAPPES DE LA FOLIE DES HOMMES QUI NE PENSENT QU’A L’ENFOUISSEMENT DE LEURS DECHETS…



DECRETONS LA DEPOLLUTION DE SES PLAGES, PAR AMOUR DE LEURS VAGUES QUI UN JOUR CARESSERONT LES PIEDS NUS DE NOS ENFANTS…



ABANDONNONS CETTE TERRIBLE EQUATION QUI EMPOISONNE SON AIR EN IMPOSANT A CHAQUE FAMILLE COMPOSEE DE TROIS MEMBRES, PLUS DE QUATRE VEHICULES A RABAIS PARMI LES PLUS POLLUANTS SUR CETTE TERRE ; OSONS REVENDIQUER NOTRE DROIT AU TRANSPORT PUBLIC ET ENCOURAGEONS LES MODES DOUX DE DEPLACEMENT…

POURSUIVONS LA DEPOLLUTION DE CETTE TERRE DU SUD ENCORE BOURREE DE GRAPPES DE LA MORT…



APPRENONS A NOS ENFANTS COMMENT LE PROTEGER ET COMMENT RESISTER A LA FOLIE DES HOMMES…



NOTRE LIBAN EST UNE FRACTALE…LE MOINDRE FRAGMENT DE SON PAYSAGE EST, PAR HOMOTHETIE INTERNE, UNE COPIE DE LUI-MEME…

NOTRE LIBAN EST DONC VULNERABLE ; PROTEGEONS-LE AVANT QU’IL NE SOIT TROP TARD.

mardi 22 novembre 2011



MARDI 22 NOVEMBRE 2011

DERNIERE NOUVELLE D’EGYPTE

Lundi 21 novembre, sur la place Tahrir, les dizaines de milliers de manifestants scandaient toujours « Le peuple veut la chute du maréchal Hussein Tantaoui », à la tête du conseil militaire et dirigeant de facto de l’Egypte. L'armée a du sang dans les mains avec un bilan de 24 martyrs de la Révolution.

Le gouvernement égyptien a annoncé sa démission au troisième jour d'affrontements meurtriers opposant forces de l'ordre et manifestants réclamant la fin du pouvoir militaire en Egypte qui fait face à sa plus grave crise depuis la chute de Hosni Moubarak.

Peu après l'annonce, la télévision publique a affirmé que l'armée avait refusé cette démission, citant une source militaire. Mais le ministre de l'Information Osama Haikel, cité par l'agence officielle Mena, a déclaré ensuite que l'armée ne s'était pas encore prononcée.



Le peuple veut la chute du maréchal Hussein Tantaoui, à la tête du conseil militaire et dirigeant de facto de l'Egypte. Des mouvements égyptiens, dont la Coalition des jeunes de la révolution et le mouvement du 6 avril, ont appelé à une manifestation massive mardi 22 novembre à 16H00 (14H00 GMT) sur la place Tahrir pour réclamer la fin du pouvoir militaire et la formation d’un gouvernement de salut national.

Le Parti de la liberté et la justice, issu des Frères musulmans, a annoncé qu'il ne participerait pas à la manifestation massive prévue mardi à la place Tahrir contre le pouvoir militaire.


 


video

« Les Salafistes et les Frères Musulmans ont volé notre révolution…Ils doivent dégager…Musulumans et chrétiens, main dans la main pour la Révolution… », scandaient hier lundi les manifestants sur la place Tahrir.



OUI POUR LA FIN DU POUVOIR MILITAIRE ET POUR LA FORMATION D’UN GOUVERNEMENT DE SALUT NATIONAL



lundi 21 novembre 2011


ALI AUX PAYS DES MERVEILLES



SYRIE
20  novembre 2011

Le ministre sioniste de la Guerre, Ehud Barack, a annoncé que l’actuel  régime syrien ne durera pas longtemps  et que sa chute aura des retombées très positives sur la région.

Ces déclarations ont été faites lors du 3ème congrès annuel sur la  sécurité. Il avait ajouté que le Président de la République Syrienne aura le même sort que celui de Kadhafi et celui de Sadam tout en précisant qu’il n’a plus la capacité de retrouver son influence et la légitimité de son pouvoir.



EGYPTE
19, 20 et 21 novembre 2011
Place Tahrir

Le régime de Moubarak est encore là et charge sur les manifestants pendant que le nouvel ambassadeur de l’entité sioniste gagne le territoire égyptien pour prendre ses fonctions.

Bilan au 21 novembre : 22 morts.


video



vendredi 18 novembre 2011

La Syrie est en danger…





Des drones américains déployés en Turquie
L’Impérialisme américain retire ses drones d’Iraq pour les affecter en Turquie sous prétexte d’aider ce dernier dans son combat contre le PKK ; en réalité ces engins de la mort, sans pilote, pourraient intervenir dans une offensive militaire contre la Syrie.





Un rapport des services de renseignement européens délivre des informations sur l’existence de bases d’entraînement

 
Par ailleurs, des bases d’entraînement ont été mises en place il y a plus d’un an en Turquie, en Arabie saoudite et au Qatar ; il s’agit d’entraîner des groupes terroristes de différentes nationalités de pays arabes et islamiques en vue de s’infiltrer sur le sol syrien et de semer la terreur, d’anéantir les infrastructures et les équipements d’État ainsi que de liquider les cadres et les personnalités importantes du pays.
Ces entraînements sont assurés par des personnels américains et israéliens.
Ces bases sont relayées par des organismes non officiels implantés entre autre au Liban et dont la mission est d’organiser le trafic d’armes de fabrications américaines et israéliennes à destination de la Syrie. Ces organismes sont supervisés par une société nommée « Dark Water » basée à Abou Zabi. Quant au financement de l’armement, il est assuré par Ryad et Al Daouha.
Ces informations ont été livrées par des sources de renseignement européennes dans un de leurs rapports qui mentionne également des manœuvres dans les régions turques limitrophes à la Syrie et à partir desquelles la dénommée « Armée de la Syrie Libre » supervise l’infiltration des groupes armées sur le sol syrien ainsi que la livraison des armes.





Le ministre français des affaires étrangères s’active

 
Parallèlement, il est à noter la prochaine visite en Turquie du ministre français des affaires étrangères en vue d’examiner avec les responsables turcs l’évolution de la situation dans cette région ; ce même ministre avait auparavant indiqué la possibilité d’étudier une intervention militaire.





La Grande Bretagne n’exclut pas une intervention militaire en Syrie…

Par ailleurs, selon des informations provenant des Etats-Unis, les américains auraient étudié une opération visant à assassiner le Président de la République Syrienne, cette opération conçue et supervisée par eux devant être exécutée par un commando franco britannique





Les Frères Musulmans : Pour une intervention turque afin que les civils en Syrie soient « protégés »







mardi 15 novembre 2011















نصري الصايغ

ـ مع الثورة السورية.. إنما



مع هذه الثورة تحديداً، لأنها ناضلت ودفعت ثمناً شاهقاً، لإزالة الاستبداد.. مع هذه الثورة السورية، أحد براعم الربيع العربي، لأنها حملت بشارة الحرية ورفعت هامة الكرامة ونبل العدالة.. مع هذه الثورة السورية بكل ما بذلت وأعطت ووعدت..

معها، هذه الثورة، لأن شرعيتها بنت معاناتها وبنت أهدافها وبنت ما دفعته من مهر غالٍ لكسب الوطن.. معها هذه الثورة، لأنها تشبه بشبابها ورجالها ونسائها، ثورة تونس وثورة مصر. ويكفي الثورتان، أنهما أطاحتا نظامين مستبدين أصيلين في الفساد والتبعية.

ومع هذه الثورة السورية، لأن الوقوف إلى جانب نظام وسلطة، كان عيباً سياسياً. برغم ما لهذا النظام وهذه السلطة، من فضائل في مواجهة سياسات الغرب الموالية والداعمة والمؤيدة والمحرّضة لإسرائيل، وما لهذا النظام من مواقف عملية جريئة، بل متطرفة، في دعم المقاومة الشعبية، الإسلامية في لبنان والوطنية في فلسطين، والتحررية في العراق. برغم كل ذلك، كان الوقوف إلى جانب هذه الثورة السورية، واجباً وطنياً وإنسانياً وأخلاقياً، تمليه سياسة الأحلام الكبيرة، بعودة الشعب إلى صدارة الحضور السياسي، ممسكاً بزمام أموره وكرامته وحريته ومستقبله ومصالحه. وتمليه رغبة عارمة بتكنيس أنظمة الاستبداد، التي وطئت صدور شعوبها قرابة نصف قرن من الزمن.

إنما، وتحديداً بعد أمس الأول، لم يعد الوقوف إلى جانب هذه الثورة ممكناً، مع انحناءة لجسامة ما دفعته حتى الآن. والسبب في ذلك، أن الثورة القائدة لأملنا، صارت مقيّدة بآمال أنظمة عربية أشد استبداداً وظلامية، وأنظمة تنتمي إلى «عائلات» المجتمع الدولي، التي امتهنت أسلوب المافيات السياسية.



ـ ثورة بقيادة ليفي عربي



لا يمكن إلا الوقوف حتى الثمالة، مع ثورة تقود شعبها إلى الانتصار. ولا يمكن الوقوف أبداً، مع ثورة تقودها أنظمة عربية متهمة بكل ما يمت إلى الاستبداد الفاجر والتبعية الكاسرة والطائفية المجرمة. فهذه أنظمة ضد شعوبها في الأساس. تعيش على قمعها، ليلاً نهاراً، وعلى رشوتها إذا أحست بغضب قد ينفجر. ولها من سعة النفط ما يسمح لها ببرطلة شعوب أخرى ودول أخرى.

ولا يمكن الوقوف مع ثورة، وعدت بعدم طلب الدعم الخارجي، فانجرّت إلى تسليم أمرها السياسي وأمورها المستقبلية، لدول محكومة بمصالح إسرائيل ولا ترفض لها طلباً.

لا يمكن الاطمئنان إلى أن أميركا التي تطارد فلسطين في كل مكان في العالم، لمنعها من الحضور الرمزي في المنظمات الدولية، يمكن ان تكون حامية الديموقراطية في سوريا. لا يتصور أن يكون برنارد هنري ليفي، «نبي» ساركوزي الذي يوحي إليه بسياسات التدخل لأسباب إنسانية، عفيفاً ديموقراطياً، وهو الملوّث عقلاً وفكراً وأخلاقاً بصهيونية شرسة. لقد سبق لهذا «النبي» أن قاد حملة تدخل «الناتو» في ليبيا، وتبرع بالدعوة في باريس لاحتضان الثورة السورية. كيف يمكن ان تكون مع الثورة ومع برنار هنري ليفي؟

لا... لا يمكن أن تكون مع ثورة، سيأخذها قادتها الجدد، العرب بقيادة أمير كازينوهات قطر السياسية، والغرب بقيادة سفاحيها المتورطين في مباركة الاستيطان، والمبادرين إلى محاربة كل من ينتقد اسرائيل أو يدعو لمقاطعتها، حتى ثقافيا، عبر ترويعه بتهمة معاداة السامية.

لا، وألف لا، لا يمكن أن تكون مع ثورة، كانت ذات أشهر مجيدة، تعد بالديموقراطية والحرية والوطن، أسلمت قيادتها لمن لا سياسة عنده، تعلو سياسة ذبح المقاومة في لبنان. لم يظلمنا أحد، كما ظلمنا المجتمع الدولي.



ـ مع المقاومة.. وقلبي على الثورة



بين الثورة، وقد آلت إلى هذه المآلات المأساوية، وغير المربحة كذلك، وبين المقاومة، قلعة المواجهة، ومعجزة الإنجاز، ووعد التحرير ـ تحرير فلسطين ـ الخيار الحاسم هو أن يكون أي كثوري سوي ومثقف ملتزم مدرك لأبعاد السياسات الغربية، إلى جانب المقاومة.

بين الثورة، في حلتها العربية والدولية، وبين المقاومة في جبتها وعباءتها وترسانتها، أختار المقاومة، وقلبي على الثورة. لقد كشفت الجامعة العربية ما كان يمكن أن يبقى مستوراً ولو بغلالة نفاق.. الجامعة العربية تريد أن تصل إلى رأس المقاومة من البوابة السورية. لقد حاولت إسرائيل ومعها العرب والعالم، اقتلاع المقاومة وهزيمتها عسكرياً وفشلت. انتصرت المقاومة بقوتها وتفوّق إنسانها وصلابة الدعم السوري وقدرة الدفق الايراني.

عرب الزمن الأسود سمّوا «فعلة تموز»، تأدباً، مغامرة، وقامروا في دعم الحرب الإسرائيلية، ومع أطراف لبنانية، علهم بذلك يسقطون رأس قوة المقاومة والممانعة. عرب الزمن الأسود والنفط الأسود والدول الأوروبية البيضاء، اسودّت وجوههم عندما انتزعت هذه المقاومة بصمودها، نصراً استراتيجياً لا مثيل له في علم الحروب، وفقه المواجهات. ومنذ ذلك الزمن الأسود، والمقاومة في لبنان تتعرض لاستنزاف، سياسي وإعلامي وطائفي. لم تنزلق المقاومة إلى ما يراد لها من فتنة سنية شيعية. كان انصرافها إلى زيادة التسلح، صلاتها اليومية، وركعاتها الدائمة. وسلاحها هذا، ليس من مصنع إلهي، ولا من مهدي منتظر، بل من مخازن قريبة وبعيدة، تعبر إلى لبنان، من سوريا.

بين مقاومة يطاردها العالم ويفشل. وبين ثورة تطارد العالم كي يقودها، الخيار هو الوقوف إلى جانب المقاومة.

في الأساس، كان من المفترض أن تكون المقاومة والثورة في خندق واحد. إنما، ولأسباب موضوعية عميقة الحضور والتأثير، انحازت المقاومة إلى النظام. وهذا مفهوم ومقبول. المقاومة ليست مسؤولة عن طبيعة النظام. بل هي تسأل السوري عن سياسة هذا النظام. كانت سياسة النظام الدائمة، توفير الدعم وشبكة أمان للمقاومة. وان ترك هذا الأمر ضرب من الجنون والانتحار. لقد ضحت المقاومة بالثورة، لإنقاذ ما أنجزته وتأهيل ما تستعد له من مواجهات ومعارك في المستقبل. كان هم المقاومة إيجاد حل يتحقق فيه الإصلاح والانتقال السلمي إلى مرحلة سورية جديدة. لا النظام في دمشق عمل على ذلك، ولا الثورة استطاعت أن تفرض ذلك على النظام... طبعاً، يتحمل النظام في سوريا مسؤولية ما آلت إليه الأمور. بل يتحمل مسؤولية دفع الثورة لطلب الحماية الدولية. لقد قيل له مراراً، ولم يسمع، ولم يرد أن يسمع، إن القبضة الأمنية وبال على الثورة وعلى النظام معاً. وها قد جاء البرهان.

عند هذا المفترق، باتت الخيارات واضحة:

ثورة بقيادة دول المجتمع الدولي المنحازة إلى إسرائيل، عبر وكلائها العرب من أنظمة الاستبداد الأبدي، ومقاومة ضد اسرائيل وهذا المجتمع الدولي ووكلائه الإقليميين. والحرب ستكون مفتوحة، من الخليج وأنظمته، إلى الجزائر المهددة باستقرارها ونظامها، إن خالفت «غيفارا» قطر.



ـ مستقبل الحروب المفترضة



أي مستقبل غداً؟

المشهد الإقليمي يحبل بكوابيس حروب:

حرب أهلية طائفية مذهبية في سوريا.

حرب استنزاف ضد النظام من قوى مسلحة محمية إقليمياً ومسلحة دولياً.

حروب سياسية قد تفضي إلى نوع من التدخل الأمني/ العسكري/ مصحوب بحصار اقتصادي.

انتقال الحرب من الداخل السوري إلى محيطه الاقليمي: لبنان مرشح لذلك جنوبا وشمالا، حيث تحاسب قوات الطوارئ الدولية، على ذمة دولها الداعمة للتدخل في سوريا.

توسع العنف ليصل إلى الخليج الذي تعيش مياهه على صخب التصريحات المناوئة للنووي الشيعي الإيراني.

أي مستقبل غداً؟

السيد حسن نصر الله، حذر من كرة نار تتدحرج، إذا ما حصل اعتداء على سوريا. السيد علي الخامنئي، حذر من الضرب بيد حديدية، على كل من يحاول الاعتداء على إيران.. أما دول الجامعة العربية، فقد فتحت الباب للرياح الدولية، وهذه إذا عصفت، لا ينجو خليج منها ولا متوسط.

النظام السوري، من حيث بنيته وعلاقته بشعبه، لا يشذ عن قاعدة الأنظمة الاستبدادية، إلا أنه ليس تونس ولا مصر ولا ليبيا. النظام السوري جزء من نظام إقليمي عميق الجذور ووثيق العلاقات، له أهداف استراتيجية، تكرّست عبر عقود. هو نظام مدعوم بقوى إقليمية، إيرانية لبنانية، لا يستهان بقوتها وقدرتها على الفعل. وقيمة هذه القوى، انها غير خاضعة لمقتضيات النظام الدولي. انها تقريباً متمردة عليه وعاصية فيه. فقد عاشت إيران منذ ولادة ثورتها، حصارات متناوبة، وحروباً كبرى بالأصالة وبالوكالة، ونجحت في تجاوزها كلها وبناء دولة بقدرات تكنولوجية ونووية، في ظرف عقود قليلة، تلك هي المعجزة الإيرانية.

كما عاشت المقاومة، منذ اندلاع عملياتها في جنوب لبنان، حالات من الحصار والعدوان والمعارك (1993، 1996، 2000، 2006) ومع ذلك فقد كانت تخرج في كل مرة أقوى مما كانت عليه... أما سوريا، فحدّث ولا حرج، فهي، منذ اندلاع معركة ميسلون، وتعيش المواجهات القاسية والحروب الخاسرة، ولم تستسلم أبداً.

هذا الثلاثي، إما يبقى معاً وإما يسقط معاً.

بقاؤه أو سقوطه، تبرهن عليه حرب إقليمية كبرى. وبقاء إسرائيل أو سقوطها، تؤكده نتائج تلك الحرب كذلك. إن الخطر الذي يقرع باب سوريا، لن يوفر الأبواب العربية والاقليمية، فالجميع في عين الإعصار.



ـ استدراك



إنه لمؤسف أن يصبح الخيار بين الثورة والمقاومة. حال التمزق النفسي والخلقي لا يمكن وصفها في حال الانحياز.

بين الثورة والنظام، الانحياز سهل. تختار الثورة.

بين الثورة والمقاومة، تنشطر نصفين. نصفك هنا، ونصفك الآخر هناك... لا تندمل. تتحسر فقط. تقول لو.. تمضي في خيارك في وجهة المقاومة، وقلبك على ثورة جديرة بالانتصار، لولا...

إنه لمؤسف ان تكون الأخطاء السياسية باهظة، وتكون كلفتها حروباً ودماء ودماراً وانعدام أفق.

من يرَ منكم ضوءاً، فليدلنا عليه، في هذا الزمن العربي الدامس، كي نستعيد الأمل بالربيع العربي المطهّر من رجس الغرب ورعاياته التي يمارسها بأنيابه.









dimanche 13 novembre 2011









 

SYRIE

DIMANCHE 13 NOVEMBRE





En ce moment, dans toutes les grandes villes de toutes les mohafazaat, plusieurs centaines de milliers de syriens descendent dans les rues et occupent les espaces publics, en signe de protestation contre la décision des régimes arabes de la modération et de la collaboration d’exclure leur pays de la Ligue Arabe et de lui imposer des sanctions économiques, et en soutien au changement initié par leur président de la République.



Les ambassades de l’Arabie Saoudite et du Qatar ainsi que le Consulat de France sont également envahis par des jeunes manifestants en signe de refus de toute ingérence étrangère dans leur pays.

Désormais le Peuple de Syrie, sa Résistance et son Armée Nationale devront s’unir pour faire face aux visées impérialistes et aux manœuvres des régimes arabes de la collaboration ; ils devront également faire échouer le processus de violences qui sévit dans leur pays, par leur attachement au changement démocratique dans la paix civile.



Les Khaddam, responsables de l’écrasement de la Résistance Palestinienne au Liban, ainsi que des forces progressistes libanaises face au fascisme qui étaient à un pas de s’emparer du pouvoir, ne passeront pas.



Le Parti Baas devra désormais tenir compte de cette nouvelle alliance du Peuple avec sa Résistance et son Armée Nationale, tout en admettant que le changement de modèle de société est devenu une nécessité historique et que la logique du Parti Unique au Pouvoir n’est plus pertinente et ne répond plus aux aspirations du Peuple.



Pour mémoire, le communiqué du Parti Communiste Syrien du 28 septembre 2011 :















Au Parti Communiste de l’Argentine




Chers Camarades,


C’est avec une très grande tristesse que nous avons reçu l’annonce de la mort de la Camarade Fanny Edelman, présidente de votre Parti et figure emblématique du mouvement communiste international.


Fanny était un symbole pour nous, Communistes du monde, mais aussi pour toutes celles et tous ceux qui luttent contre les injustices, pour l’égalité des droits.


Nous n’oublierons jamais que Fanny fut toujours là où des femmes et des hommes faisaient face à l’exploitation capitaliste et aux guerres colonialistes et impérialistes, depuis la lutte des Républicains espagnols contre la dictature de Franco, à Cuba et au Vietnam. Sans oublier ses positions de solidarité avec les peuples de la Palestine et du Liban en butte au sionisme.


Nous n’oublierons pas, non plus, le rôle qu’elle a toujours joué au sein de la FDIF, dont elle fut la présidente, ni qu’elle fut l’instigatrice de la création de la Journée internationale des femmes à l’ONU.


Au nom du Bureau politique, des militantes et militants du Parti Communiste libanais, nous vous présentons ainsi qu’au peuple argentin nos sincères condoléances.






Pour le Parti Communiste libanais
D. Khaled Hadadah


D. Marie Nassif-Debs
Secrétaire général Secrétaire générale adjointe
Responsable des relations internationales













samedi 12 novembre 2011







Luchar contra lo impossible y vencer

O.N.U.

LE VETO : UN OUTIL CONTRE LE DROIT DES PEUPLES A L’AUTODETERMINATION, LA DEMOCRATIE ET LA PAIX UNIVERSELLE




Avec le constat d’un désaccord au sein du Conseil de sécurité, la candidature palestinienne à l’ONU a atteint vendredi une impasse et semble vouée à l’échec, mais les Palestiniens ont réaffirmé qu’ils étaient "absolument déterminés" à aller jusqu’au bout du processus.



Le Comité des admissions du Conseil de sécurité de l’ONU a pris acte de l’absence d’accord sur l’admission de la Palestine à l’ONU dans un rapport adopté vendredi. Ce document souligne que le Comité était "incapable d’émettre une recommandation unanime au Conseil de sécurité".



Malgré cela, l’ambassadeur palestinien à l’ONU Riyad Mansour a souligné devant la presse que les Palestiniens étaient "absolument déterminés" à poursuivre le processus de leur candidature à l’ONU.



"Nous allons consulter nos amis, intensifier nos efforts. Nous sommes absolument déterminés à réussir dans ce processus et nous pensons que nous allons réussir", a ajouté l’ambassadeur.



"Nous sommes plus déterminés que jamais pour continuer ce processus jusqu’à ce que les conditions soient mûres au Conseil de sécurité pour que la Palestine devienne un Etat membre", a ajouté M. Mansour.



L’ambassadeur allemand à l’ONU Peter Wittig a de son côté constaté qu’il n’y avait "pas de majorité pour l’admission de la Palestine à l’ONU" et qu’il y avait en outre une menace de veto américain.



La saga palestinienne à l’ONU a commencé le 23 septembre par le dépôt de la candidature par le président palestinien Mahmoud Abbas. Israël y est farouchement opposé et les Etats-Unis aussi, estimant qu’il faut d’abord une reprise des discussions directes entre Israël et les Palestiniens.



Il faut désormais pour que le processus puisse continuer qu’un Etat membre du Conseil de sécurité dépose un projet de résolution afin qu’il y ait un vote, soulignent des diplomates occidentaux. Ce pourrait être le Liban.



Or en cas de vote, les Palestiniens risquent fort de ne pas réunir les neuf voix sur les quinze au Conseil nécessaires pour qu’il puisse formuler une recommandation favorable pour un vote définitif à l’Assemblée générale.



Cependant, même dans le cas où les neuf voix étaient trouvées, les Etats-Unis, membre permanent du Conseil, ont déjà annoncé qu’ils opposeraient alors leur veto, ce qui torpillerait la candidature palestinienne.



En cas de vote négatif ou de veto, les Palestiniens auraient encore la faculté de demander un vote à l’Assemblée générale de l’ONU où ils sont assurés de trouver une large majorité.



Ce vote leur conférerait un statut intermédiaire d’"Etat non-membre observateur". Ils disposent actuellement d’un statut d’"entité observatrice".



La France, la Grande-Bretagne et la Colombie ont indiqué la semaine dernière devant le Conseil qu’elles comptaient s’abstenir lors d’un vote éventuel.



Le Brésil, la Chine, l’Inde, le Liban, la Russie et l’Afrique du Sud ont publiquement annoncé leur soutien à la candidature palestinienne. Le Nigeria et le Gabon n’ont pas encore annoncé leur intention mais ils devraient apporter leur soutien également.



L’Allemagne n’a pas annoncé sa position mais elle devrait soit voter contre, soit s’abstenir. Le Portugal et la Bosnie devraient également s’abstenir.



Les Palestiniens ont remporté une importante victoire diplomatique avec leur adhésion surprise à l’Unesco (Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture) le 31 octobre.



En représailles, les Etats-Unis ont suspendu leur contribution annuelle à l’Unesco et Israël a décidé d’accélérer la construction de 2.000 logements à Jérusalem-Est et en Cisjordanie occupée. Les Israéliens ont également gelé provisoirement les fonds dus à l’Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas, s’attirant une avalanche de critiques de la communauté internationale.



(Vendredi, 11 novembre 2011 - Avec les agences de presse)







LIBAN RESISTANCE

Dénonce les représailles des Etats-Unis et de l’entité sioniste à l’admission de la Palestine à l’UNESCO ; nous rappelons ces représailles :

1- les Etats-Unis ont suspendu leur contribution annuelle à l’Unesco ;

2- L’entité sioniste a gelé les fonds dus à l’Autorité palestinienne ;

3- L’entité sioniste poursuit son processus de colonisation en décidant d’accélérer la construction de 2.000 logements à Jérusalem-Est et en Cisjordanie occupée.



Dénonce le terrorisme d’Etat pratiqué par les Etats-Unis leur assurant ainsi une totale main mise sur l’O.NU. et la mise en échec répétée de toute tentative de rendre justice aux peuples.

Considérant que le véto est, non seulement leur ultime outil à leur terrorisme, mais aussi et surtout et en permanence, un outil entre leurs mains pour s’opposer au droit des peuples à l’autodétermination, à la démocratie et à la paix universelle, il appelle les pays amis à lancer un ultimatum en vue de la refonte des principes de fonctionnement des Nations Unies et tout particulièrement de l’abandon du principe de véto :

Le délai de ce referendum étant expiré, ces pays annonceront leur retrait de l’O.N.U.



OUI A LA DEMOCRATIE AU SEIN DE TOUTES LES INSTANCES DES NATIONS UNIES

LES PEUPLES DEVRONT S’EMPARER DE TOUTES LES INSTANCES DE DECISION AU SEIN DE CETTE COMMUNAUTE

L'HEURE EST AU PRINTEMPS UNIVERSEL







vendredi 11 novembre 2011

IL PLEUT SUR AL - MOUKATAA...


video


Une fois leur sale besogne terminée, ils lèvent leur siège...
Le Président peut sortir et être transféré à un hôpital français d'où il ne sortira pas vivant...


LORSQUE LE PUISSANT GRAND CAPITAL BRANDIT SON ARME TERRORISTE LE PLUS EFFICACE…VOILA CE QUE CELA DONNE





jeudi 10 novembre 2011

La directrice générale de l’Unesco Irina Bokova a annoncé jeudi la suspension de l’exécution des programmes de l’agence onusienne jusqu’à la fin de l’année après le retrait financier américain lié à l’admission des Palestiniens. Ces mesures permettront de dégager "une économie de 35 millions de dollars", qui, avec l’utilisation de 30 millions de dollars issu du fonds de roulement, combleront cette année le déficit de trésorerie estimé à 65 millions de dollars, a-t-elle déclaré en clôture de la conférence générale de l’organisation à Paris.

Ces mesures ne remettent pas en cause la tenue du Comité intergouvernemental de l’Unesco pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l’humanité qui aura lieu à Bali du 22 au 29 novembre, a précisé une porte-parole de l’Unesco. Elles portent surtout sur des engagements contractuels, les publications, les coûts de communication, les voyages du personnel, etc. "La situation, et je pèse mes mots, est difficile", a déclaré Irina Bokova devant les représentants de l’ensemble des États membres.

Un trou de 70 millions de dollars

Les États-Unis ont annoncé le 31 octobre qu’ils suspendaient leurs versements à l’Unesco après la décision le même jour de la Conférence générale d’admettre les Palestiniens comme État membre à part entière de l’Unesco. Cela prive l’agence de 22 % de son budget, soit un trou de 70 millions de dollars dès 2011, puisque Washington verse traditionnellement sa contribution en fin d’année.

Pour les années 2012-2013, où l’Unesco doit faire face à un déficit de trésorerie de 143 millions de dollars, Irina Bokova propose plusieurs mesures, dont la création d’un fonds d’urgence ouvert aux donations d’institutions et de particuliers ou l’augmentation temporaire par les États membres de leur contribution au fonds de roulement.









IL EST INADMISSIBLE QUE LA SYRIE TOMBE DANS LES FRIFFES DE L’IMPERIALISME ET DU  SIONISME



Jeudi 10 novembre 2011



Des dirigeants arabes offrent l’asile à Assad pour qu’il démissionne

Des dirigeants arabes ont indiqué en privé aux Etats-Unis qu’ils proposaient l’asile au président syrien Bachar al-Assad pour le convaincre de démissionner face à la contestation qui agite le pays, a indiqué mercredi, 9 novembre 2011, au Sénat un responsable du département d’Etat.



Jeffrey Feltman : « Bachar al Assad est fini. »

 "Bachar al-Assad est fini", a affirmé Jeffrey Feltman, le secrétaire d’Etat adjoint pour le Moyen-Orient devant une sous-commission des Affaires étrangères du Sénat américain.
"Presque tous les dirigeants arabes disent la même chose : le régime d’Assad doit prendre fin. Le changement en Syrie est inévitable", a-t-il dit avant d’affirmer : "des dirigeants arabes ont déjà commencé à proposer l’asile à Assad afin de le pousser à partir dans le calme et rapidement".


Au cours de la même audition, M. Feltman a estimé que la contestation armée contre le régime du président Bachar al-Assad en Syrie était "contre-productive".

M. Feltman a précisé que les Etats-Unis avaient "encouragé" les opposants à rester pacifiques. "Nous pensons qu’à l’heure actuelle leur force réside dans les manifestations pacifiques", a-t-il dit en citant en exemple les commerçants syriens qui baissent leurs rideaux par solidarité avec le mouvement d’opposition.
"Nous encourageons l’opposition, et nos alliés dans la région, à continuer de rejeter la violence. Ne pas faire cela, franchement, rendrait la répression brutale du régime plus facile", a ajouté M. Feltman.

Le diplomate américain qualifie une "résistance armée" en Syrie de "potentiellement désastreuse" pour les ennemis du régime.

"Bachar al-Assad détruit la Syrie et déstabilise la région", a également déclaré M. Feltman.

"Notre message au président Assad est simple : démissionnez et laissez vos compatriotes entamer la transition vers la démocratie", a-t-il dit en précisant qu’avec les sanctions imposées contre Damas, "la Syrie est de plus en plus isolée".

Un autre responsable du département d’Etat, Luke Bronin, a ajouté que le message de Washington à M. al-Assad était le suivant : "La poursuite de la répression ne fera qu’accentuer votre isolement".

Interrogé sur les liens entre la Syrie et l’Iran, M. Feltman a confirmé que Téhéran fournissait son "expertise" et son "aide technique pour faire de mauvaises choses". Mais "en même temps, l’Iran est embarrassée" et consciente que M. Assad pourrait "ne pas survivre". Selon lui, l’Iran doit "commencer à se positionner pour l’après-Bachar".

Parallèlement, à l’ONU, la Syrie a accusé mercredi les Etats-Unis de s’ingérer dans la crise qui agite le pays en conseillant aux Syriens de ne pas se rendre à la police malgré une promesse d’amnistie des autorités. "La république arabe de Syrie considère que par la déclaration du Département d’Etat, les Etats-Unis se sont directement impliqués dans les troubles violents en Syrie", a souligné une déclaration syrienne au Conseil de sécurité de l’ONU….

Mercredi, 9 novembre 2011, l’ambassadeur de France à l’ONU Gérard Araud a critiqué "l’indifférence" d’une partie des membres du Conseil de sécurité face à la répression des manifestants en Syrie, son homologue américain appelant le Conseil à remplir "ses responsabilités".


(Avec les agences de presse)







LIBAN RESISTANCE

Note d’abord une contradiction entre les propos de Jeffrey Feltman considérant la dangerosité de la contestation armée contre l’Etat et appelant l’Opposition à la contestation pacifique, alors que son ambassade avait appelé récemment l’Opposition à ne pas rendre ses armes et à refuser l’appel au dialogue lancé par le Président de la République.

Considère qu’au-delà du régime qui certes avait commis des erreurs, voire même des fautes, au début du conflit, c’est bien la Syrie du refus de toute soumission à l’impérialisme et au sionisme, celle de la Résistance et de la volonté de libérer ses territoires occupés qui est finalement ciblée.

Dénonce la complaisance de pays arabes avec l’impérialisme ainsi que ses hypocrisies, comme également la mobilisation de ses médias en œuvre dans la désinformation et le truquage.

Dénonce la violence perpétrée par des membres du CNS à l’encontre d’autres opposants.

Dénonce les parties libanaises qui, non seulement attisent la haine, pire, pratiquent la contre bande en armes vers le territoire syrien.

Interpelle le Président de la République Arabe de Syrie car l’heure du courage et de la sagesse a sonné :

INITIER UN REFERENDUM AUTOUR D’UNE SEULE QUESTION :
POUR OU CONTRE LE CHANGEMENT ?

Suite à ce referendum, si le "contre" l’emporte, il devra démissionner…

 
















jeudi 10 novembre 2011







LES « INDIGNÉS » APRÈS LE SOMMET DU G-20




LES RÊVES DES INDIGNÉS





Qu’ont en commun les « Indignés », Michael Moore et Noam Chomsky ? Ces trois personnages – très médiatisés – ont un point en commun : ils rêvassent tous les trois. Non seulement ils rêvent mais chacun d’entre eux prend ses rêves pour la réalité, et chacun croit que, s’il rêve assez fort, il parviendra à transformer le monde. Malheureusement, ce monde cruel dans lequel nous souffrons ne changera pas par l’action des « Illuminatis » et de la pensée magique. Leurs rêves pourront changer et leurs laisser croire que le monde change, mais ce ne sera qu’illusion, fumisterie, fantasme, frustration et désillusion.




Ce monde d’anarchie de la production, où la famine côtoie le gaspillage éhonté des aliments; ce monde où l’accumulation des profits astronomiques côtoie la pauvreté dégradante ; ce monde de guerres néo-coloniales pour le repartage des marchés, de repartage des zones d’extraction des matières premières, et de repartage des secteurs d’exploitation de la plus value ouvrière entre puissances impérialistes, à la fois complices et concurrentes, est un objet bien réel – pas du tout évanescent. Ce monde repose sur la dictature violente des riches, la dictature d’une oligarchie – comprenant moins d’un pour cent de la population mondiale incidemment –, soutenue par tout un appareil étatique violent – avec ses cours de justice, ses prisons, ses bagnes, ses corps de police, ses agences privées d’assassins de sécurité, ses armées, ses réservistes et ses potences, ses chaises électriques et autres moyens de terreur collective.




Tout individu qui n’expose pas ces faits élémentaires – criants de vérités – à ses auditeurs, à ses lecteurs ou à ses téléspectateurs est un naïf dangereux, un mystificateur cynique, ou un opportuniste machiavélique. La semaine dernière les « Indignés » d’Oakland – Californie – l’ont appris à leurs dépens. Fort heureusement, ils n’ont pas déguerpi et ils ont affronté, casqués et armés, les forces du désordre venues les frapper du plein poids de la loi. Félicitations aux révoltés d’Oakland, ils sont devenus l’exemple à suivre pour tous ceux que l’on voudra dorénavant chasser des lieux où ils sont campés (1).




LES DEMANDES DES INDIGNÉS




Ils sont, dit-on, des milliers d’« Indignés » de par le monde, squattant neuf cents parcs urbains dans autant de municipalités, s’attendant tous à être expulsés, à résister et à être emprisonnés. Que réclament tous ces « Indignés » ? Un récent document publié sur Internet répond à cette question.




« Un mouvement inédit, impulsé par la jeunesse des classes moyennes, une vague de fond anticapitaliste et libertaire, qui attaque les fondements de la société américaine. Après les avoir regardés de haut, pressés par une opinion publique majoritairement favorable au mouvement contestataire, les médias prennent désormais celui-ci au sérieux. (…) l'hebdomadaire The Week se demande si « Occupy Wall Street » fait émerger un « Tea Party de gauche ». Le fameux Tea Party a d'ailleurs pris un coup de vieux et certains de ses membres vont même jusqu'à apporter leur soutien aux Indignés, espérant ainsi surfer sur la vague contestataire. Le Président Obama lui-même s’est senti obligé de déclarer « Je comprends la colère qui s'exprime dans ces manifestations » (2).




Voilà qui nous en apprend beaucoup sur cette vague de contestation « anticapitaliste et libertaire ». Selon Mohamed Belaali, « cette position réformiste des "indignés" explique, entre autres, la longue liste de soutiens hypocrites apportés au Mouvement par les porte-parole du capital. On peut citer pêle-mêle Ben Bernanke, président de la Banque centrale américaine, Jean-Claude Trichet et Mario Draghi, ancien et nouveau présidents de la Banque Centrale Européenne (BCE), Angela Merkel, Herman Von Rompuy, José Manuel Barroso et des milliardaires comme Warren Buffett ou Georges Soros (…). Par cette "sympathie" douteuse, la bourgeoisie tente de récupérer le Mouvement pour le dévier de sa trajectoire initiale et le vider de sa substance progressiste. » (3).




Poursuivons notre enquête et lisons un extrait de texte publié par les « IndignéEs » canadiens : « En tant qu'IndignéEs, quelques co-auteurEs du livre « TENIR PAROLE », feront lecture d’extraits pour faire revivre ce livre décrivant la lutte pour une loi sur l'élimination de la pauvreté au Québec. (…) où puiser matière à alimenter nos réflexions et nos actions. ».




Et oui, l’Assemblée nationale de la Province de Québec a eu l’outrecuidance d’adopter une loi « exigeant » l’élimination de la pauvreté. Loi inutile, évidemment, et qui n’a pas empêché la paupérisation des gagne petits, le foisonnement des enfants qui fréquentent les « banques » alimentaires. N’a pas empêché non plus l’appauvrissement des mamans monoparentales, la diminution du salaire réel et du pouvoir d’achat du peuple travailleur. N’a pas empêché la paupérisation croissante de la jeunesse rassemblée à écouter réciter des articles de la Loi bannissant la pauvreté dans ce parc public devant la Bourse de Montréal…Notez, que je n’ai pas écrit « rassemblées sur le parquet de la bourse à empêcher les cambistes spécieux de spéculer et de nous appauvrir », non, les « Indignés » sont sagement campées à l’extérieur sous les arbres dénudés par le vent de l’automne glacé.




L’histoire ne dit pas si l’Assemblée nationale du Québec a aussi adopté une loi interdisant les inondations le long des berges des rivières en crue, ou encore, une loi bannissant la neige en hiver dans les rues du Québec... Comprenons-nous bien, nous ne faisons ici aucune suggestion d’action législative à l’endroit des « Indignés ».




En bref, un parterre de bonnes intentions soutenues par un maelstrom de bonne volonté. Pour l’instant le maire de Montréal, complaisant, laisse filer, espérant que les dernières giboulées refroidiront les ardeurs des squatteurs. J’ai l’impression que l’on ne renversera jamais ce monde capitaliste moribond de cette façon.




NOAM CHOMSKY APPUIE LE RÊVE DES INDIGNÉS




Pourtant, le célèbre pamphlétaire Noam Chomsky y croit lui, et voici ce qu’il déclarait le 23 octobre dernier à une assemblée américaine : « Noam Chomsky, connu pour ses critiques de l'impérialisme américain et des médias, déclarait devant des milliers de personnes réunies à Boston, face au bâtiment de la banque de la Réserve fédérale : « Ce mouvement est spectaculaire. C'est sans précédent. Je ne me souviens pas qu'il y ait jamais eu quelque chose comme ça. Si les associations qui ont lancé ces rassemblements peuvent tenir pendant une longue et dure période – parce que la victoire ne viendra pas rapidement – cela pourrait vraiment se révéler être un événement historique, un moment important de l'histoire américaine. ».




Chomsky songe ici à la victoire de qui sur qui ? Et à quel genre de victoire réfère-t-il ? La fin du capitalisme ? La fin des inégalités sociales ? La fin des injustices universelles ? Il espère que Warren Buffet et ses semblables rendront les milliards qu’ils ont spoliés aux peuples du monde à travers leurs holdings multinationaux multimilliardaires ? Si c’est bien ce à quoi il rêve, alors ce ne sera pas demain la veille en effet.




WARREN BUFFET DEMANDE À ÊTRE TAXÉ DAVANTAGE !




Warren Buffet mène justement une opération de marketing en ce moment, attestant que son taux d’imposition de 17 % par année est bien inférieur à celui de sa secrétaire qui est gratifiée de 35 % d’impôt. Pire, un salarié de la classe moyenne subit un taux d’imposition de 45 à 50 %. Monsieur Buffet réclame donc qu’on l’impose lui et ses semblables aussi lourdement que les ouvriers spécialisés. Noam Chomsky et les « Indignés » fondent de grands espoirs sur cette suggestion spécieuse de Monsieur Buffet.




Chomsky et les « Indignés » devraient savoir que le salaire d’un milliardaire est bien peu de choses au regard de sa fortune et qu’un taux d’imposition de 50 % n’apporterait presque rien dans les coffres de l’État. Les milliardaires ne sont pas riches parce qu’ils encaissent de gros salaires mais parce qu’ils spéculent à la bourse et possèdent des actions de nombreuses et très grandes corporations multinationales et que leurs holdings empochent ainsi des dividendes astronomiques. Ces dividendes, ces bénéfices spéculatifs boursiers, le gros de la fortune de ces moins de un pour cent de la population, ce ne sont pas des salaires, ce sont des profits. Une enquête récente aux États-Unis révèle que loin d’augmenter, les impôts sur les profits des entreprises américaines - déjà très bas – diminuent d’année en année et cela malgré la hausse constantes des profits concomitantes à la baisse des revenus du gouvernement américain (imposition moyenne de 18,5 % et un grand nombre d’entre elles ne paient aucun impôt et reçoivent de l’argent de l’État américain – 218 milliards de dollars au total – malgré leurs profits record) (4).




Taxons alors les bénéfices boursiers, les dividendes et les profits ! Difficile, sinon impossible. Une grande partie de ces profits sont enregistrés sur des comptes à numéro ou comptabilisés au siège social d’entreprises fictives ayant pignon sur rue dans des paradis fiscaux (Caïmans, Macao, Monaco, Barbade, etc.), des pays de complaisance, des États de non droit, que les capitalistes ont soustraits aux lois internationales avec la complicité bienveillante des politiciens qui étaient réunis au G-20 à Cannes ! Ces paradis fiscaux servent également à blanchir l’argent mafieux qui se mélange aux avoirs de Monsieur Buffet, le bon samaritain et autres mandarins.




Des riches toujours plus riches et cupides et des pauvres toujours plus pauvres et livides. Des milliardaires bien protégés, à la recherche du profit maximum et des rêveurs pacifistes aspirant à une justice sociale inaccessible, voilà le rapport de force, voilà la triste réalité de ce monde impérialiste que Monsieur Chomsky et les « Indignés » espèrent voir changer à force de sit-in et de camping urbain.




MICAHEL MOORE SOUHAITE LA FIN DU CAPITALISME




Michael Moore – tout comme le Directeur de la revue Le Monde diplomatique, Serge Halimi diplômé de Berkeley – s’avance encore plus loin dans sa dénonciation du système capitaliste (5). Michael n’est pas tendre pour ce système et, hâbleur, il déclare : « Il faut mettre un terme au capitalisme. Le capitalisme est un train fou qui se dirige sur ses rails vers la vallée de la mort et personne ne pourra l'arrêter ni le dévier car sa "logique" ne le permet pas. Il s'agit de convaincre les peuples de sauter en marche avant que celui-ci n'arrive inexorablement à son terme: la fin de la vie biologique sur la planète Terre. Aujourd'hui nous n'avons aucun autre biotope à portée de main pour préserver cette vie biologique; c'est donc à la seule communauté des humains conscients à laquelle Michael semble appartenir, qu'incombe d'investir cet espace très limité et déjà mal en point. ».




Pour Monsieur Moore la façon d’échapper au capitalisme serait le suicide collectif, tous dans le ravin pendant que le train fou s’engage à vive allure sur la voie du désespoir et de l’Apocalypse!




Mauvaise solution, ce n’est pas par le suicide collectif, ni via l’Armageddon, que nous y parviendrons. La solution consiste à se saisir du conducteur et de tous ses acolytes de la classe capitaliste et à les rendre inoffensifs, cela s’appelle l’insurrection populaire. C’est le message que les révolutionnaires devraient porter à tous les « Indignés » de la terre. Sans révolution, sans renversement de la classe parasitaire qui s’accapare privément de la propriété des moyens de production et d’échanges collectifs dans dix ans les « Indignés » seront toujours frustrés devant Wall Street à écouter les états d’âme de Noam Chomsky, de Michael Moore et de Serge Halimi.








LE SOMMET DU G-20




Le président Sarkozy a été très transparent dans son discours au Sommet du G-20 à Cannes. Il a clairement remis en cause le contrat social établi entre la grande bourgeoisie et l’aristocratie ouvrière des pays occidentaux : désormais les programmes sociaux ne seront maintenus qu’à la condition qu’ils n’entravent pas la bonne marche des affaires et de la finance. Autrement dit, tous les programmes sociaux sont sujets à être comprimés jusqu'à et y compris éliminés. Mesdames et messieurs, avec ce Sommet du G-20, la guerre de classes entre le capital et le travail vient d’entrer dans une Ère nouvelle. Les vœux pieux, les rêves, les cris et les larmoiements ne suffiront pas à sauver la planète en danger et les peuples affamés.




Comme disait l’autre, on ne change pas ce monde capitaliste seulement en s’indignant, en chantant et en faisant des sit-in dans les parcs…Il est temps de poser la question de la prise du pouvoir et du contrôle du monopole de la violence légale de l’État. Quelle classe dirigera l’État ? Quelle classe imposera ses vues et ses intérêts à toute la société ? La classe majoritaire ou les moins de un pour cent de parasitaires (6) ?










___________________________________________






(1) Révolte à Oakland, Californie. http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2011/11/03/001-port_oakland-activites_paralysees-indignes_wall_street.shtml et http://mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=27266






(2) Courriel reçu le 6.11.2011. Pour recevoir copie, robertbibeau@hotmail.com






(3) http://www.legrandsoir.info/on-ne-change-pas-le-monde-avec-seulement-de-l-indignation.html






(4) http://lauer.blog.lemonde.fr/2011/11/03/etats-unis-profit-ne-rime-pas-forcement-avec-impot/






(5) Le directeur du Monde diplomatique. Serge Halimi. http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/335044/entretien-avec-le-directeur-du-monde-diplomatique-egalite-democratie-et-souverainete?utm_source=infolettre-2011-11-02&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne






(6) http://www.legrandsoir.info/on-ne-change-pas-le-monde-avec-seulement-de-l-indignation.html


9.11.2011