mardi 28 juin 2011

Des militants pro-palestiniens de 22 pays ont prévu de se retrouver "jeudi ou vendredi" au large de la Crète, au sud de la Grèce, pour partir livrer de l’aide humanitaire à Gaza à bord d’une flottille de "neuf ou dix" bateaux, ont indiqué les organisateurs lundi à Athènes.

Les organisateurs de cette "flottille de la liberté" ont dénoncé "des obstacles administratifs provenant des autorités grecques qui sont sous pression de l’entité sioniste".

Certains des bateaux de la flottille, dont deux cargos transportant trois mille tonnes d’aide humanitaire (médicaments, ambulance, ciment), partiront de divers ports grecs, d’autres vont traverser les eaux grecques et se rencontrer au large, selon les organisateurs.

Les pays concernés, comme les États-Unis, la France ou la Grèce, ont déconseillé toute participation à leurs ressortissants.





LIBAN RESISTANCE

QUAND LE SIONISME AGIT OU REAGIT LES SOUVERAINETES DES PAYS SE VOIENT BAFOUEES ET LES SOLIDARITES INTERNATIONALES, ETOUFFEES…
DIS-NOUS « ROSSIGNOL D’ANDALOUSIE », EST-CE QUE CELA TE RAPPELLE QUELQUE CHOSE ?







Quand les donneurs de leçons de démocratie à travers le monde s’en prennent à la démocratie


Google révèle la liste des pays lui demandant de supprimer des liens

La Grande-Bretagne et les États-Unis comptent parmi les pays faisant le plus de demandes au groupe internet Google pour qu'il supprime des liens ou livre des informations sur ses utilisateurs, selon des tableaux publiés lundi 27 juin portant sur le deuxième semestre 2010.

C'est de Grande-Bretagne que Google a reçu le plus de demandes pour retirer des liens ou vidéos entre juillet et décembre 2010 : 93 518, dont 93 360 effectivement ont été supprimés à la demande des autorités,...

LA FRANCE, 5e PAYS À DEMANDER DES INFORMATIONS SUR DES INTERNAUTES

Dans un contexte plus politique, la police italienne a demandé à Google de supprimer une vidéo de You Tube qui critiquait le chef du gouvernement, Silvio Berlusconi, et simulait son assassinat. Google a expliqué que la vidéo enfreignait les règlements du site, et qu'il l'avait effectivement retirée.

Au Brésil, la justice a demandé la suppression de contenus politiques durant la campagne électorale, et aux États-Unis Google a supprimé 1 100 contenus...

En revanche au Vietnam, Google a refusé de supprimer des résultats de recherche sur "un mot particulier qui générait des commentaires présumés peu flatteurs d'anciens dirigeants" du pays.

Ce rapport détaille aussi les demandes reçues pour obtenir des informations sur des internautes. Les États-Unis dominent ce classement, avec 4 601 demandes, dont 94 % ont reçu une réponse. Le Brésil est deuxième, avec 1 804 demandes, dont 76 % ont reçu une réponse partielle ou complète, suivi de l'Inde avec 1 699 demandes (79 % de réponses), la Grande-Bretagne (1 162 demandes, 72 % de réponses) et la France (1 021 demandes, 56 % de réponses).

lundi 27 juin 2011




الشعب يريد طرد الجواسيس



LE PEUPLE EXIGE L’EXPULSION DES ESPIONS





REVELATIONS DE SUNDAY TIMES...



SANS COMMENTAIRE
Le miroir se brisera…, et les masques tomberont…
















26 avril 2011

L’ancien Premier ministre socialiste, Laurent Fabius, au même titre que le secrétaire national du PS à l’international, Jean-Christophe Cambadélis, a exhorté mardi la France à «durcir le ton» contre le régime syrien,…

«Il faut une intervention de l’ONU rapide», a estimé M. Fabius sur Europe 1.

Après avoir relevé la «situation (géopolitique) particulière» de la Syrie, il a réclamé «dès maintenant la saisine des biens de la famille Assad à l’étranger».

«Il faut en même temps interdire de faire du commerce avec ces pays-là et il faut enjoindre M. Assad (le président syrien, ndlr) de stopper les massacres de la population sous menace de la Cour pénale internationale (CPI)», a ajouté l’ancien Premier ministre.

Si la France ne peut «intervenir militairement partout», Laurent Fabius a conclu qu’il fallait «durcir le ton».

«Il faut des sanctions sur la Syrie, il faut hausser le ton», a également jugé sur Canal + Jean-Christophe Cambadélis.

«Je suis très étonné que la France soit en deçà de la main par rapport à la Syrie. On est très dur à juste raison vis-à-vis de (Mouammar) Kadhafi et on ne dit rien vis-à-vis de la Syrie, c’est incompréhensible», a déploré le secrétaire national du PS à l’international.

Alors qu’on lui demandait si la France devait réclamer le départ du président Bachar al-Assad, M. Cambadélis a implicitement répondu par la positive.

«Si je prends les critères qui étaient ceux de M. Juppé, un dirigeant qui tire contre son peuple ne peut plus être le représentant de son peuple, on y est. A l’évidence il faut hausser le ton», a-t-il souligné.
(Source AFP)



26 juin 2011

Le ministre des affaires étrangères français, Alain Juppé, a estimé, dimanche 26 juin, que "la répression en Syrie continue de se déchaîner dans des conditions qui mettent en question la sécurité de la région puisqu'on est à plus de 10 000 réfugiés en Turquie et que les conséquences également sur le Liban et sur Israël peuvent être extrêmement dangereuses et inquiétantes", lors de l'émission politique Le Grand Jury/RTL/Le Monde.



26 juin 2011

Sur France 2, Laurent Fabius réitère sa demande d’une intervention rapide contre Bachar Al Assad.











LIBAN RESISTANCE

Sur les 22 198 110 habitants que compte la Syrie, et rien qu’à Damas et Alep, plus de 10 millions étaient descendus dans la rue pour exprimer à la fois leur rejet des violences, leur soutien aux réformes annoncées par leur Président et leur colère contre les ingérences étrangères.

C’est bien cet évènement qui tout récemment a dérangé Messieurs Jupé, Fabius et Cambadélis et qui devra logiquement les obliger à multiplier les efforts pour saboter le processus de changement naissant au Bilad Al Chaam.


Fabius, l’ « intelligence » sortie de l’ENA

Fabius, a bien saisi la « situation (géopolitique) particulière » de la Syrie ; ne s’agit-il pas à ses yeux d’un pays limitrophe à l’entité sioniste, ayant une partie de son territoire sous l’occupation et n’hésitant pas, à travers sa fermeté face l’hégémonie impérialiste et l’expansionnisme sioniste, de soutenir la résistance des peuples palestinien, libanais et irakiens ?

Aujourd’hui, ce monsieur se déchaîne, voulant à tout prix faire subir à la Syrie le même sort que celui de la Libye, car il sait que l’aboutissement de la démocratie fera inéluctablement renforcer l’attachement du peuple à sa souveraineté, sa détermination pour libérer le Golan et sa solidarité avec les peuples frères.

A ses yeux, il faut absolument saboter le processus de changement démocratique et de réforme avant qu’il ne soit trop tard. Toute initiative de démocratisation doit être combattue et tous les moyens, notamment ceux attisant les haines et semant les violences, devront être mis à contribution. Il a bien constaté que les pressions économiques risquent fort d’être insuffisantes.

Le 26 juin 2011, sur France 2, cette « intelligence » sortie de l’ENA a tenu des propos insupportables lorsqu’il a assimilé les grands mouvements revendicatifs populaires à des « mouvements de foules dangereux ».

Ainsi, les 4 millions de français qui étaient descendus dans les rues pour défendre l’un de leurs acquis sociaux, comme les dizaines de millions de syriens qui sont descendus dans les rues le 21 juin revendiquant démocratie, libertés, paix civile et souveraineté nationale, soutenant l’initiative présidentielle de réformer, sont à ses yeux des exemples de mouvement de foule à combattre, puisque dangereux.

Ce social démocrate a, malheureusement pour le Peuple de France, eu raison puisque son mouvement a su, à temps, faire avorter un processus qui devait obliger le gouvernement Sarkozy à renoncer à sa réforme des retraites.

S’il croît fortement que sa croisade contre la volonté et la détermination de plus de 50 % de la population syrienne assimilés à des foules dangereuses portera ses fruits, alors il se trompe lourdement.

Ni les « révolutionnaires », ni les salafistes pro-saoudiens, enrôlés dans sa croisade, directement soutenus par l’impérialisme, voire même par l’entité sioniste, ne pourront faire plier ce grand mouvement populaire.


Et son ami Juppé s’y met …

Quant à son ami Juppé, il a au moins deviné les conséquences d’une démocratie en Syrie déjà laïque, lorsque le 26 juin 2011, il avait déclaré que « les conséquences de ces évènements sur le Liban et sur Israël peuvent être extrêmement dangereuses et inquiétantes ».

Un pouvoir démocratique et laïc en Syrie : un exemple que le Pays des Cèdres ne doit pas suivre puisque le régime confessionnel imposé en 1943 par la France Coloniale, non seulement est en parfaite symbiose avec les intérêts impérialistes, mais aussi qui provoque des tensions et des guerres civiles cycliques profitables à l’entité sioniste.

Un pouvoir démocratique et laïc en Syrie : un grand danger pour « Israël » puisque sous ce pouvoir, l’attachement du Peuple à ses fondamentaux et sa détermination à libérer son territoire occupé, seront inéluctablement renforcés.

Le miroir se brisera...et les masques tomberont.







Pour conclure, Liban Résistance rend hommage aux soldats et civils tombés martyrs dans le combat contre le terrorisme salafiste qui, sans l’appui de l’impérialisme, n’aurait jamais pu mettre les pieds sur cette terre, fierté de toutes les résistances…








FLASH SYRIE
26 juin 2011




Damas
A Al-Hijaz, marche populaire en soutien aux réformes


Plusieurs centaines de personnes ont défilé dimanche 26 juin en direction de la place d'Al-Hijaz exprimant ainsi leur soutien au projet de réformes conduit par leur Président et leur attachement à l'unité nationale.

Les participants ont également dénoncé la conspiration contre la Syrie, exprimant leur soutien à l'armée et les forces de sécurité dans leurs efforts pour préserver la paix civile.










Tartous
Rassemblement à la place du Musée National


Des centaines de femmes et d'enfants de Tartous se sont rassemblés à la place du Musée National pour exprimer leur attachement à l'unité nationale, la sécurité et la stabilité ainsi que leur soutien au programme global de réformes conduit par le Président.

La foule a exprimé son refus de toute ingérence étrangère dans les affaires intérieures.

La marche a débuté par le chant en chœur de l'hymne national syrien, suivi par une minute de silence en hommage des martyrs civils et de l'armée. Des chandelles ont été également allumées.

Une pétition soutenant la réforme et dénonçant la campagne malveillante menée par certaines chaînes satellitaires circulait et a été massivement signée.

Les participants ont également publié une déclaration en anglais dénonçant l'ingérence étrangère dans les affaires intérieures syriennes et exigeant la cessation de l'incitation à la haine et à la discorde menée par les médias.

Ils ont appelé les organisations prétendant soutenir la démocratie et les droits de l’homme à dénoncer les crimes de l'occupant israélien.





Hassaké
Oui aux réformes et à l’unité nationale

Une tente a été dressée dans ce but.

Les délégations représentant les divers groupes sociaux et religieux ont affirmé leur engagement aux constantes nationales et leur détermination à participer au dialogue national.

Les participants ont affirmé que l'unité nationale est la source de la force et de l'immunité de la Syrie et qu’elle déjouera tous les complots tramés contre le pays.


dimanche 26 juin 2011

FLASH SYRIE
26 juin 2011

Marches populaires imposantes à Maland et Derkouch, dans la région d’Idleb, en soutien au processus de réformes et fustigeant la campagne de désinformation entreprise par des médias.

Plusieurs centaines d'habitants de Jisr al-Choughour reviennent chez eux dans un climat de quiétude ; l’Armée leur prête main forte dans la reconstruction.
La vie, dans la ville, avait déjà repris son cours normal après que les services concernés aient réparé les pannes des réseaux d'électricité, d'eau et de téléphone, sabotés par les groupes armés.
A ce jour, 51% des familles ayant fui la terreur des bandes armées vers la Turquie ont déjà regagné leurs villages.

Région frontalière libano syrienne : Retour au pays des familles ayant fui la terreur semée par les groupuscules armés.

Daria, banlieue de Damas, une marche populaire imposante acclame les réformes engagées par le Président et se dit prête à défendre le pays contre tout complot.

Partout dans le pays, les témoignages de massacres, de viols et destructions systématiques d’équipements publics se multiplient et viennent contredire les informations émanant de médias étrangers.




RETOUR A LA JOURNEE DU 21 JUIN

http://www.wmaker.net/etreinformer/Des-millions-de-Syriens-scandent-leur-soutien-au-processus-de-reforme-mene-par-le-president-al-Assad_a608.html










Et la vidéo, ici :


Le Peuple frère syrien,


rien qu'à Damas et à Alep, plus de 10.000.000


pour exprimer :


1- Son attachement à son unité nationale et à la paix civile


2- Son soutien au changement démocratique et aux réformes


3- Sa vigilance face aux complots




video

samedi 25 juin 2011

FLASH SYRIE
Samedi 25 juin 2011


Parachèvement du déploiement de l’armée le long des frontières avec la Turquie, avec trois objectifs :

1- La protection des villes et villages frontaliers et l’aide au retour des réfugiés ayant fui les violences perpétrées par les groupuscules armés à leurs foyers

2- Mettre fin aux trafics d’armes destinées à ces groupuscules

3- Participation à la reconstruction des édifices publics détruits par les groupuscules armés et soutien des populations dans la reconstruction de leurs biens
La vidéo ici :
http://www.almanar.com.lb/adetails.php?fromval=2&cid=23&frid=21&seccatid=23&eid=68016







Partout, à travers le pays, des manifestations populaires spontanées et massives scandant leur attachement à l’unité autour de l’armée nationale, leur soutien au changement démocratique souhaité par le Président et leur refus des violences et de toute ingérence

La vidéo ici :
http://www.almanar.com.lb/adetails.php?fromval=2&cid=23&frid=21&seccatid=23&eid=65866







L’Eglise syrienne a exprimé son attachement à l’unité nationale et à la paix civile ainsi que son soutien au changement démocratique ; plusieurs centaines de fidèles, chrétiens et musulmans, se sont rassemblés autour de prières.

La vidéo ici :
http://www.almanar.com.lb/adetails.php?fromval=2&cid=23&frid=21&seccatid=23&eid=68006







A Damas, des dizaines de milliers de personnes ont exprimé, à travers un meeting populaire à la place de Baba Touma, leur soutien au processus de réformes processus de réformes et leur refus de toute ingérence étrangère dans les affaires intérieures de la Syrie.

Les habitants de Douma ont organisé une marche au cours de laquelle, les participants ont scandé des mots d'ordre appelant à l'unité nationale, au soutien aux réformes engagées sous la direction du Président, tout en condamnant les tentatives d'attiser les séditions et les discordes dans la société syrienne.

Un rassemblement populaire massif s'est tenu à Deir Ez-Zor ; les participants ont condamné les campagnes médiatiques de falsification des faits sur les événements menées par les chaînes tendancieuses ; ils ont exprimé leur attachement à l'unité nationale et à la paix civile tout en condamnant les ingérences étrangères.



















Mais aussi Beyrouth, le Sud du Liban et Amman (Jordanie) étaient au rendez-vous de solidarité avec le peuple frère syrien et son Président Résistant






La Turquie s’apprête aujourd’hui à témoigner d’un rassemblement organisé par la Communauté syrienne dénonçant le revirement constaté du Premier ministre turc







LIBAN RESISTANCE




L’impérialisme et sa protégée l’entité sioniste ne s’intéressent nullement à la grande nécessité de changement démocratique en Syrie ; leur visée est la chute de la fermeté syrienne face à leur souhait de domination totale du Moyen Orient et du formidable soutien inconditionnel de la Syrie aux résistances palestinienne, libanaise et irakienne.





vendredi 24 juin 2011

FLASH SYRIE
Vendredi 24 juin 2011

Les opposants soutenus par l’impérialisme et déçus après avoir constaté le soutien du Peuple à son Président, son rejet de la violence et son attachement au changement démocratique, multiplient leurs opérations à travers les diverses attaques menées par leurs groupuscules armés contre la population, les forces de l’ordre et l’armée.

Bilan de ce jour :

Un officier est tombé martyr à Al Qadam et un autre blessé à Barzeh.

Dans la banlieue de Damas, plusieurs éléments des forces de l'ordre ont été blessés par des tirs dans la région d'Al-Kessoueh.

A Barzeh, trois civils sont tombés martyrs ; un officier et des éléments des forces de l'ordre ont été atteints par des tirs.

Al-Qseir, à Homs, un civil est tombé martyr suite à des tirs d’individus armés qui avaient ouvert le feu sur les forces de l'ordre et la population; sur la place de 8 mars, deux autres personnes ont été blessées par balles tirées par ces individus.

Des individus armés ont tiré sur les patrouilles des forces de l'ordre et se sont emparés d'une ambulance transportant des blessés dans la région de Homs; inquiétude pour le sort des blessés.

Saccage de magasins et de propriétés privés à Bab-Al-Sibaa et à Al-Khalidieh, dans le gouvernorat de Homs.

Vendredi 24 juin 2011
Hillary Clinton très inquiète du déploiement des troupes de l'armée syrienne le long des frontières avec la Turquie...




Et l'U.E. redouble d'acharnement contre la Syrie après la descente dans la rue du Peuple par millions pour soutenir son président et exprimer à la fois sa détermination pour le changement démocratique et sa colère contre les ingérences de l'Occident et contre les violences : L'U.E. vient de renforcer ses sanctions économiques.





Mais alors se sont-ils inquiétés un jour, ne serait-ce que pour une seconde de conscience, de cette violence qui s'abat sur la Palestine ?




Cisjordanie - Territoires occupés
Un soldat sioniste écrasant la poitrine d'une fillette palestinienne sous les yeux de sa mère








jeudi 23 juin 2011









PINOCHET S’EST ARRETE AU BAHREIN
22 juin 2011

Le Tribunal militaire vient de prononcer la condamnation à perpétuité pour les symboles de l’Opposition Nationale emprisonnés.

Cette condamnation s’accompagne de survols intensifs des hélicoptères de combat et de balles réelles de la part des forces de sécurité du Pouvoir et de ses alliés du Golfe, en réponse aux marches populaires dénonçant cette condamnation.

Des sources de l’Opposition Nationale évoquent déjà plusieurs victimes parmi les manifestants, particulièrement dans la région de Nouaidraat, Akr et Maamir.

D’autres régions témoignent également de descentes massives du Peuple dans les rues, parmi elles Karzakane, Draaz, Barbar,Nouaidraat, al Sanaabess, Saar, Samahige, en soutien à ses symboles.




Où sont-ils les Obama, Sarkozy et Merkel pour décréter leurs sanctions comme le gel des avoirs à l’encontre des néo pinochets du Bahreïn et du Golfe ; non, ils ne le feront pas :
ON NE TOUCHE PAS AU NOYAU DE LA FEODALITE ET DU NEO LIBERALISME ARABES FLANQUES DE LA PLUS FEROCE DES DICTATURES DE L’APRES PINOCHET

mercredi 22 juin 2011

Un Maire convoqué par le tribunal administratif, pour avoir fait flotter, au pays de Jean Moulin, un drapeau, celui de la Résistance d’un grand peuple




“A cette occasion je continuerai de défendre l’idée que la neutralité exigée par le préfet n’est pas la bonne solution, qu’elle est un acte de lâcheté devant l’oppression du peuple palestinien. Je préfère exprimer ma solidarité : nos actes concrets de coopération avec la ville palestinienne de Beit Sahour, ville liée avec la nôtre par un pacte d’amitié, et le drapeau palestinien en sont la démonstration ”, indique-t-il. Et de rappeler les messages de soutien reçus de la population de Beit Sahour et de sa municipalité qui a dressé le drapeau français sur sa mairie….explique Bernard Genin, maire de Vaulx-en-Velin.
“Je sais , conclut-il, pouvoir compter sur le soutien de beaucoup de Vaudais et de bien d’autres également ”.



Le maire, Bernard Genin, est convoqué mercredi 29 juin devant le tribunal administratif de Lyon, à la demande du préfet, pour avoir fait flotter le drapeau palestinien sur l'Hôtel de Ville. Il appelle les Vaudaises et les Vaudais à l'accompagner à 10h30 lors de cette audience.

Bernard Genin compte bien défendre ses idées et ses convictions, mercredi 29 juin devant le tribunal administratif, pour avoir fait flotter, depuis un an, le drapeau palestinien au fronton de l'Hôtel de Ville.





En mémoire de Jean Moulin, nous sommes toutes et tous appelés à accompagner Monsieur le Maire de Vaulx-en-Velin devant le tribunal administratif (184 rue Duguesclin, Lyon3), mercredi 29 juin 2011 à 10h30.


http://www.ism-france.org/communiques/Un-drapeau-palestinien-hisse-devant-la-mairie-de-Vaulx-en-Velin-video--article-14067









LA BETE IMMONDE





Annahar : Des personnalités du 14 mars ont rencontré Hariri à Paris

"Certains pôles et personnalités de l’opposition ont tenu durant les deux derniers jours à Paris des réunions avec l’ancien premier ministre Saad Hariri", a dévoilé le quotidien Annahar.

Selon le quotidien, Hariri a rencontré le chef du parti Kataëb, Amine Gemayel. Dimanche passé, il s’est réuni également avec le député Sami Gemayel. L’ancien premier ministre s’est entretenu deux fois avec une délégation des forces du 14 mars, formée du député Marwan Hamadé et des anciens députés Fares Souaïd, Samir Frangieh et Bassem Al Saba’.

Annahar a souligné que ces entretiens étaient consacrés pour discuter de la voie que l’opposition devrait adopter à la lumière des développements dont témoignent le Liban et la région".




Au lendemain de son échec dans sa tentative de plonger Tripoli dans la haine confessionnelle, les violences et le sang, ses marionnettes se sont dépêchées pour la rencontrer à Paris.

Sans doute l’heure est grave pour elle car à ce jour, toutes ses initiatives, notamment celle qui consistait à faire plonger la Syrie dans le sang et le chaos, ont échoué.

A Paris, mon Peuple supportant leurs frais de séjour, sous l’œil attentif du gouvernement français, ils revoient leur copie et mettent à jour leur agenda.

Ils revoient la copie car il s’agit surtout d’opter pour une nouvelle enseigne à leur opposition en tentant de se greffer hypocritement à l’insatisfaction, le ras le bol et la colère grandissants de mon peuple face à leur régime confessionnel ; du coup que la bête immonde nous sortent un nouveau mot d’ordre à la mode qui commence par « Le Peuple exige… ».

Cependant, ils oublient une chose simple, mais très simple : la mémoire populaire, omniprésente, saura cette fois-ci répondre et choisir son camp, car pour elle il s’agit clairement de balayer pacifiquement leur régime responsable de toutes les souffrances subies depuis le 22 novembre 1943.

Ces pauvres gens persistent à ignorer que mon Peuple, têtu comme l’avait confirmé une belle chanson de Faïrouz, ne connaît comme langage que son unité autour de cette formidable alliance de sa Résistance et de son Armée et ne se reconnaît que dans sa lutte pacifique pour un Etat démocratique, laïc et résistant.



La bête immonde n’aura plus qu’à rendre compte de ses échecs cumulés à son protecteur saoudien.





mardi 21 juin 2011









Syrie
Lundi 20 juin 2011

Pendant que le Président Bachar Al Assad s’adressait à la Nation, des millions de citoyens descendaient dans les rues et occupaient les espaces publics, à la fois l'acclamant, dénonçant les ingérences de l’impérialisme, exprimant leur vigilance contre toutes les violences quels que soient leurs auteurs ainsi que leur détermination pour le changement et les réformes.







Les premières photos de ces manifestations












Alep















Damas











Daraa















Hama












Haskeh









Homs














Latakié








Raka










Souwydaaa













Tartous

Lettre ouverte d’un prêtre Arabe de Syrie à Monsieur Alain JUPÉ
Ministre des Affaires Étrangères de la France




Monsieur le Ministre,

Prêtre arabe de Syrie, je viens d’apprendre à l’instant votre déclaration aux États-Unis, touchant la légitimité de notre Président de la République.

En tant que syrien, je ne puis rester silencieux face à une telle ingérence dans les affaires de mon pays.

Professeur d’Université, vous n’êtes pas censé ignorer que la légitimité d’un Président de République, dépend du consensus de son peuple uniquement, et non de l’arbitraire d’une puissance quelconque.

Ministre des Affaires Étrangères d’un pays comme la France, vous êtes censé savoir que la Syrie est un État Souverain, membre fondateur des Nations-Unies.

Mais, porte-parole grisé de certains maîtres du monde actuel, vous croyez pouvoir décider à volonté du sort des autres pays, dont la Syrie.

Laissez-moi vous dire, au nom des millions de victimes que l’Occident a écrasés depuis des siècles, qu’il est grand temps de cesser de jouer les monstres à face humaine, et de piétiner tous les droits des autres peuples, au point de détruire leur existence même, comme vous vous êtes plu à le refaire depuis des décennies, en Irak, en Iran, en Afghanistan, au Pakistan, dans toute l’Afrique, notamment en Lybie.


Monsieur le Ministre,

Pour en revenir à la Syrie, oubliez-vous que le but dernier de toutes les manœuvres politiques, diplomatiques et séditieuses, menées contre la Syrie, depuis plus de deux mois, a été insolemment dévoilé par la conseillère au Pentagone, Mme Michèle FLOURNOY? D’ailleurs, elle était tellement assurée de la réussite prochaine du complot mené contre la Syrie, qu’elle avait publiquement déclaré que la Syrie retrouverait tout son calme, le jour où elle romprait avec l’Iran et le Hezbollah, et signerait un traité de paix avec Israël!

Ne seriez-vous donc, Célèbres Diplomates et Politiciens occidentaux, que les porte-paroles mesquins de la volonté israélienne?

Auriez-vous déjà oublié, en France et en Europe, le grand honneur que vous a valu la Résistance à l’occupation nazie?

Votre mémoire historique, écourtée ou effacée, devrait vous le rappeler! Fallait-il que les nazis prolongent leur occupation de la France et de l’Europe, pour que vous ressentiez jusqu’à ce jour l’injustice que subissent les autres?

Mais si, en tant que Ministre de cette France du Général DE GAULLE, vous pouvez tourner allègrement le dos, et pour des raisons piteuses, à cet honneur historique, laissez-moi vous dire, en tant que simple citoyen syrien, que la Syrie n’acceptera jamais de tourner le dos au devoir vital de défendre son existence propre, d’abord contre l’occupation israélienne, ensuite contre le danger mortel que constitue le Sionisme, pour toute la nation arabe.

Cependant, il semble que l’Occident tient à rester l’Occident, alors qu’il ne l’est plus. Je m’explique.

Hypothéqué par un passé colonial, lourd, très lourd même d’occupations sanglantes, de guerres criminelles, de transferts inhumains de populations entières, de vols systématiques des pays dominés, du Proche à l’Extrême-Orient, d’Afrique et d’Australie, de découpages arbitraires et piégés à long terme, de populations et de pays, d’exterminations en règle des populations autochtones, notamment sur tout le continent américain, ainsi qu’en Océanie, l’Occident s’est toujours laissé emporter par un appétit de domination, sans frein…

C’est pourquoi, tout en piétinant tous les droits, comme vous cherchez à le faire en Syrie, vous n’avez jamais éprouvé la moindre honte à prétendre toujours être dans votre droit. Car le fort ne se trompe jamais!


Mais, Messieurs les Européens, il se trouve qu’effectivement vous êtes passés du rôle de maîtres à celui de valets. En effet, prétendez-vous ignorer que toute l’Europe se traîne désormais à la remorque des États-Unis?

Cela n’est plus un secret pour personne. Et vous n’ignorez certainement pas les nombreux penseurs européens, qui ne cessent de crier à l’urgence de libérer l’Europe du "piège américain".

Mais il se trouve aussi que les États-Unis sont à leur tour victimes d’un autre piège, celui du tout-puissant lobby israélien. Qu’il me suffise de vous rappeler ce qu’ont écrit Noam CHOMSKY, Paul FINDLEY, Stephen WALT et John MEARSHEIMER, pour vous éviter d’essayer d’échapper à cette amère conclusion.

Ne seriez-vous donc en Europe, que les valets des valets du Sionisme?


Monsieur le Ministre,

Avouez que l’Occident, si puissant soit-il, a perdu tout crédit.

En effet, en haut-lieu, c’est-à-dire, aux Nations-Unies, au Conseil de Sécurité, ainsi que dans les autres Institutions soi-disant Internationales, il s’est avéré que dès qu’il s’agit de pays non-occidentaux, les représentants de l’Occident, surtout ceux des États-Unis, se pavanent comme des lions.

Ils se permettent toutes sortes d’ingérences, allant jusqu’à détruire des pays entiers, de fond en comble. Rappelez-vous au moins l’Afghanistan, l’Irak et maintenant la Lybie. Et tout cela au nom de "la Démocratie, de la Dignité et des Droits de l’homme".

Mais dès qu’il s’agit d’Israël, tous les pays occidentaux sans exception, des plus "grands" aux plus "petits", les États-Unis en tête, deviennent rien moins que des néants. Des néants aveugles, sourds et muets!

Et pourtant, même les sondages faits en Europe reconnaissent qu’Israël est l’État terroriste par excellence. Bien plus, qu’il constitue la plus grande menace pour la paix du monde.

Terroriste, Israël l’a été bien avant sa création en 1948. Et si vous en avez le moindre doute, je vous réfère au livre terrible d’un historien français, juif et sioniste, du nom de Charles ENDERLIN. Son titre dévoile bien son contenu : "par le feu et par le sang" (Paris 2008).

Et Israël est resté fidèle à lui-même : tueur, voleur, guerrier, féroce, arrogant, raciste, expansionniste et exterminateur. Pourtant les juifs ont toujours été bien traités en pays arabes et musulmans. Leurs historiens sont assez honnêtes pour le reconnaître. Mais ils ont trouvé moyen de faire payer la terrible facture de l’antisémitisme occidental et de l’holocauste nazie, à tous les peuples arabes et musulmans, dont ils avaient, depuis Ben Gourion, calculé la destruction, tout en imposant un Holocauste de 60 ans déjà, aux arabes, chrétiens et musulmans, de Palestine.


Monsieur le Ministre,

Je me dois de vous poser une dernière question :

Ministre des Affaires Étrangères d’un pays comme la France, qui se prétend farouchement attachée à sa laïcité, comment justifiez-vous le support inconditionnel qu’elle apporte à un pays qui se veut uniquement juif?

Pour finir, laissez-moi, en prêtre catholique, vous présenter mes condoléances pour l’Église de France, qui me semble bel et bien morte, pour avoir gardé si longtemps un silence criminel, face aux désastres incessants que ne cesse de commettre l’Occident, aux niveaux du monde arabe et musulman, et en conséquence, aux dépens de l’existence de leurs chrétiens autochtones, dans le seul but de permettre à Israël de vivre!

Comme le Pape Jean-Paul II avait raison, quand il avait un jour, en visite en France, commencé son discours par cette interrogation : "France… France, où est ton baptême?!".


De grâce, Monsieur le Ministre, un peu plus d’honnêteté et de dignité!


Pr. Elias ZAHLAOUI

Le 9/6/2011







Le Parti communiste syrien soutient les revendications légitimes du peuple syrien pour une démocratisation du pays mais refuse toute ingérence et instrumentalisation étrangères.
(vendredi 17 juin 2011, par Comité Valmy)




Chers camarades des partis communistes et ouvriers du monde entier,

Des événements terribles continuent de se dérouler en Syrie depuis près de deux mois, à partir de l’émergence d’un mouvement de protestation soulevant de légitimes revendications locales et générales parmi la population du gouvernorat de Daraa.

Ce mouvement a fait la lumière sur la présence de problèmes majeurs dans la vie politique Syrienne : le maintien de l’état d’urgence, l’absence de lois régissant l’activité politique, et ainsi de suite.

En outre, il a attiré l’attention sur la colère populaire à propos de la dégradation des conditions ainsi que du niveau de vie des Syriens à la suite du virage de la Syrie vers une économie de marché – la diminution des aides d’Etat pour les pauvres, l’érosion des subventions pour les produits de première nécessité et la production agricole, et l’ouverture au libre-échange qui ne s’est pas accompagnée d’une modernisation de l’industrie Syrienne – qui a abouti à une hausse du taux de chômage, en particulier chez les jeunes.

Cela a également mené à l’adoption de trois décrets : la fin de l’état d’urgence, la dissolution de la Haute cour de sûreté de l’État, et la légalisation des manifestations pacifiques. Des commissions spéciales ont également été mises sur pied et chargées de rédiger des lois entre autres sur les élections, les partis, les médias. D’autres lois traitant des questions économiques et sociales sont également en cours d’élaboration.

Néanmoins, les manifestations se sont répandues à d’autres villes, en raison de la réaction sécuritaire disproportionnée des autorités dans leur façon de traiter les manifestants dans les rues, ce qui a causé un certain nombre de victimes.


A peine ce mouvement avait-il vu le jour qu’une formidable campagne médiatique de masse avait été lancée par plusieurs chaînes satellite Arabes et étrangères, profitant des dernières technologies.

Cette campagne a eu recours à la falsification, à l’exagération et à l’incitation.





A noter dans cette campagne, l’intérêt Américain, prétendant faussement avoir de la sympathie pour les citoyens Syriens, comme si nous étions supposés oublier la mort, la destruction, et les conflits ethniques et communautaires provoqués par les administrations américaines successives dans diverses régions du monde, en particulier en Irak.


La Syrie a joué un rôle clé dans l’intérêt des peuples arabes en déjouant les plans des États-Unis au Proche-Orient visant à redessiner la région, à porter un coup à la résistance Palestinienne, et à servir l’expansionnisme d’Israël, violant le droit du peuple Palestinien au retour, son droit à l’auto-détermination, son droit à un État palestinien ayant Jérusalem-Est comme capitale, et le droit de la Syrie à récupérer les territoires Syriens occupés.

Voilà pourquoi notre parti soutient la fermeté de la Syrie contre de tels projets, et voilà pourquoi la position nationale de la Syrie a bénéficié du soutien des peuples Arabes, du mouvement communiste international et des mouvements de libération nationale dans le monde.


Comme nous le savons tous, la politique nationale de la Syrie a été plus forte que les intrigues étrangères, aussi imposantes puissent-elles être.

Mais nous avons toujours mis en garde contre le fait qu’un complot pouvait naître de l’intérieur, et nous avons insisté sur le fait que la politique étrangère de résistance de la Syrie devait s’accompagner de sa contrepartie sur le plan de sa politique intérieure, et que le négliger serait ouvrir la voie aux grandes puissances résolues à la domination du monde qui manipuleraient la situation intérieure du pays en s’y immisçant, tentant de faire dérailler le cours des événements afin qu’ils servent leurs intérêts.

Notre parti a dit publiquement, depuis le tout début, que les manifestations ont été initialement lancées par les masses dont les orientations politiques s’inscrivent en opposition avec le colonialisme et toute forme d’ingérence étrangère dans les affaires Syriennes.

Le peuple a le droit de protester contre les injustices commises par les responsables administratifs et les forces de sécurités locales dans les gouvernorats, et contre les injustices subies par de vastes couches de la société Syrienne.

Notre parti a demandé entre autres à ce que la violence cesse, que les revendications légitimes des masses soient entendues, que l’on traite sans violence les manifestations pacifiques.

Dans le même temps, nous avons mis en garde contre les tentatives d’exploitation des manifestations populaires, d’exacerbation des tensions communautaires et de destruction de l’unité nationale du peuple Syrien avec comme objectif de répandre le chaos, par des conspirateurs financés et incités par des forces étrangères opposées à la politique nationale de la Syrie. Ainsi, à plusieurs reprises, nous avons exhorté le gouvernement à promulguer des lois de réforme et à les mettre en œuvre aussi vite que possible.

Nous avons indiqué clairement que de telles mesures nécessitent la restauration du calme et d’une vie normale dans les villes Syriennes, ce qui en échange exige la fin de la spirale de la violence, des arrestations et des représailles, de la part de toutes les parties.

Mais le cours des événements a changé récemment. Des bandes armées visant les forces de l’armée et de la police, mettant à sac les propriétés privées et publiques, ont fait jour, faisant de nombreuses victimes, à la fois parmi les civils et les membres des forces de sécurité.

Plusieurs villes du pays sont désormais paralysées.

L’attitude agressive de ces bandes armées a éclipsé le mouvement de protestation pacifique. Les médias Syriens ont diffusé des vidéos montrant des groupes fondamentalistes terroristes qui admettaient avoir reçu de l’argent et des armes de la part de l’étranger pour lancer des attaques contre le personnel de sécurité ainsi que leurs familles.


Le Parti communiste syrien a publié une déclaration – qui a remporté une large adhésion parmi les forces nationales – exigeant la tenue d’une conférence nationale réunissant tous les partis politiques, y compris l’opposition nationale à l’intérieur du territoire Syrien, des représentants des syndicats et des associations professionnelles, des leaders intellectuels, culturels, économiques et religieux, pour le dialogue et la réconciliation.

La mission de la conférence nationale est de parvenir à un consensus sur un programme nationale pour mettre le pays sur la voie d’une réforme d’ensemble politique, économique et sociale qui contribuerait à créer une nouvelle Syrie démocratique, un État de droit qui garantisse les libertés publiques pour tous les citoyens et toutes les composantes de la société civile telles que les partis politiques, les syndicats et les associations civils, un État qui reconnaisse le pluralisme politique et les libertés de réunion et d’expression, un État où la vie publique serait libre de toute censure, un État qui permette aux citoyens d’exprimer leurs besoins et leurs aspirations politiques, économiques et sociales dans un cadre communément admis d’une compétition pacifique, un État dans les institutions duquel tous les citoyens participent au progrès de la Syrie, un État qui promeuve la dignité de son peuple, réalisant un développement social et économique harmonieux, défendant les intérêts de toutes les couches sociales, mettant les pauvres avant les riches, renforçant la fermeté de notre pays face aux projets de capitulation, et renforçant la lutte pour libérer le Golan.

Notre parti a dit que les Syriens étaient conscients des insuffisances de notre situation interne. Ils peuvent également faire la distinction entre ceux qui demandent des réformes politiques et le développement économique et social afin de renforcer le front intérieur et ceux qui tentent de tirer profit de la situation pour attiser des conflits qui ne servent que les ennemis de la Syrie.


Il est devenu assez clair que les interventions impérialistes dans les affaires internes de la Syrie sous le prétexte de la « démocratie », menées par les gouvernements Français et Américains, en chœur avec les gouvernements Britanniques et Allemands, se trouvent derrière la campagne médiatique de masse contre la Syrie, la campagne employant un certain nombre de dissidents Syriens en exil qui se sont associés au projet américano-israélien dans la région.

Notre peuple prend les menaces pesant sur notre pays très au sérieux et se rassemble pour y faire face.

Les intrigues étrangères ne réussiront pas à changer la politique nationale de notre pays : l’opposition de la Syrie au projet américano-israélien ; la lutte de la Syrie pour libérer le Golan ; le soutien de la Syrie à la lutte du peuple Palestinien pour libérer leur terre, pour créer un Etat palestinien ayant Jérusalem-Est comme capital, ainsi que les luttes pour libérer l’Irak de l’occupation Américaine et le Sud-Liban de l’occupation Israélienne.


Nous apprécions beaucoup les positions fermes et positives de la Russie ainsi que de la Chine exposant les dangers pesant sur la Syrie et apportant un soutien total à la Syrie dans cette crise.


Désormais, notre parti travaille avec d’autres partis Syriens, avec les forces d’opposition nationales, et divers courants de la société civile afin de mettre en place notre proposition d’une conférence pour le dialogue national.

Avec nos meilleurs vœux fraternels,
Hunein Nemer,
Premier secrétaire du Parti communiste syrien

Traduction AC pour
http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/






Liban Résistance
interpelle les partis politiques, les associations, les ouvriers, les paysans, les étudiants, les chefs d’entreprise, le monde de l’Education et de la Santé, le monde de la Culture et des arts, les poètes et chanteurs, le monde de la Jeunesse, les responsables religieux,…

Pour :

La fermeté et la vigilance face à tout groupuscule armé à la fois terrorisant les populations et menant une guerre d’usure contre l’armée ; ces groupuscules ainsi que leurs dirigeants ne peuvent pas revendiquer leur place au sein de l’Opposition Nationale ; ils ne peuvent pas non plus contribuer à l’émergence de la démocratie et de la justice sociale puisque leur agenda est tout autre

La dissolution de la Police Politique et la traduction en justice des éléments de la Sécurité ayant commis des crimes durant les mois de violences et de haines ; une réforme profonde des organismes de l’Etat et tout particulièrement la Police avec comme ligne directrice l’indépendance vis-à-vis des partis politiques

La modification de la Constitution adoptant les droits universels de l’Homme, le pluralisme politique et le renforcement de la laïcité de l’Etat ; la Femme et l’Homme seront désormais égaux en droits et obligations

La mise en œuvre de réformes économiques et sociales dans le seul intérêt du peuple et particulièrement des couches pauvres ; ces réformes auront toutes une seule ligne directrice : l’éradication du chômage, la contribution de la Jeunesse dans l’édification d’une société juste, solidaire et dynamique, le renforcement du syndicalisme au sein des entreprises, une répartition juste des richesses (actionnariat populaire ou ouvrière,…), une participation de tous dans le développement de l’entreprise

La fermeté de la Syrie dans sa détermination à libérer le Golan et dans son soutien non seulement aux résistances palestinienne, iraquienne et libanaise, mais aussi aux peuples arabes en lutte pour leur dignité

La solidarité de la Syrie envers la lutte des peuples du monde entier et celle de la Jeunesse internationale pour une société juste et fraternelle.

dimanche 19 juin 2011



LIBAN


Des responsables américains s’inquiètent de la présence du Hezbollah dans le nouveau gouvernement et notent l’importance et l’urgence du soutien aux forces « démocratiques » naissantes dans la région.


L’administration d’Obama étudie la suspension de toutes les aides fournies à l’armée libanaise suite à la présence du Hezbollah dans le nouveau gouvernement.


Sur les hauteurs de la région de Kfar Chouba (Sud du liban), un berger libanais a échappé à une tentative de kidnapping grâce à son chien.
Ce dernier avait attiré l’attention de son maître sur l’infiltration d’éléments de l’armée sioniste sur plus de 250 mètres à l’intérieur du territoire libanais ; un des agresseurs qui tentaient de rattraper le berger fut intercepté et mordu par le chien…
La vidéo ici :
http://www.almanar.com.lb/adetails.php?eid=64666&cid=21&fromval=1&frid=21&seccatid=19&s1=1






mercredi 15 juin 2011



A nos lectrices et lecteurs arabophones




LETTRE OUVERTE
A MONSIEUR LE PRESIDENT









lundi 13 juin 2011


Iraq

A Fallouja, les "bébés monstres" soulèvent des questions sur les armes américaines utilisées en 2004

http://actualite.portail.free.fr/monde/proche-orient/10-06-2011/a-fallouja-les-bebes-monstres-soulevent-des-questions-sur-les-armes-americaines-utilisees-en-2004/








SANS COMMENTAIRE





ALI AUX PAYS DES MERVEILLES







SYRIE
Un projet américain d’intervention militaire turque limitée




Selon des sources russes, ce projet consiste à provoquer des troubles dans des régions frontalières avec la Turquie appartenant à la circonscription d’Edleb. Ces troubles et le chaos qu’elles génèreraient devraient inéluctablement obliger les forces de sécurité syrienne d’intervenir.

La Turquie devrait alors saisir cette opportunité pour envahir ces régions sous prétexte d’intervention pour protéger les populations.

Cette partie du territoire syrien nettoyée par l’armée turque serait alors l’espace d’où partiraient les opérations menées par des groupuscules armées contre Bachar El Assad et son gouvernement.

Ce projet prévoit également un accompagnement médiatique arabo-occidental qui aurait un rôle important à jouer dans la désinformation, le conditionnement de l’opinion publique internationale et la propagation des haines ethniques et confessionnelles sur tout le territoire syrien, jusqu’à la chute du pouvoir.






Parallèlement, la Russie a récemment exprimé une vive protestation contre l’arrivée sur les eaux de la Mer Noire d’un bâtiment militaire américain.

Quant au ministre israélien de la guerre, il vient de s’envoler pour la Chine.

samedi 11 juin 2011




Infatigable défenseur, judiciaire et politique, des résistants au Nouvel Ordre mondial, Jacques Vergès, qu’on a vu récemment aux côtés de Roland Dumas dans Tripoli bombardée, donne son sentiment sur ce qui se passe ou pourrait se passer en Syrie. Une analyse sans complaisance de la dérive morale et géopolitique de l’Occident américano-centré et un optimisme raisonné sur l’évolution de la situation, en Syrie et ailleurs.


Tout d’abord, quelle est votre analyse de la situation en Syrie ?

-Jacques Vergès : Il y a très clairement une tentative de déstabilisation extérieure de la Syrie. Dans ce pays l’Arabie saoudite est à la manœuvre, via les groupes salafistes qu’elle inspire et finance. Et, bien sûr, les Etats-Unis supervisent cette ébauche de guerre civile. Israël, Etat frontalier et ennemi de la Syrie, et qui dispose de services de renseignements et d’action assez performants, est selon moi directement impliqué aussi. Et je n’aurai garde d’oublier le rôle moteur que, joue, sur le plan diplomatique, la France pour discréditer et isoler le régime syrien.

Je ne nie pas pour autant qu’il existe des problèmes sociaux en Syrie. La France aussi connait de graves problèmes sociaux et l’on peut même dire que la société française est confrontée à un certain nombre de blocages. Mais les ennemis intérieurs et extérieurs de la Syrie baasiste font tout pour jeter de l’huile sur le feu. Quant à moi, je suis très clairement un ami de la Syrie telle qu’elle est.

-Quel est selon vous le – ou les – ressort de l’attitude de Nicolas Sarkozy dans cette affaire ?

-J.V. : Sur un plan strictement idéologique, il y a l’incontestable philosionisme et philo-américanisme de ce président, qui rêve d’être le meilleur élève européen, ou le premier ex-æquo avec le Britannique David Cameron, de la « classe OTAN ». Et l’on touche là à un aspect plus personnel et psychologique du personnage : son désir pathétique de se hisser à ce statut d’homme d’Etat qui joue dans la « cour des grands » de ce monde, statut qu’une large majorité de l’opinion française semble lui dénier aujourd’hui. Et puis il y a tous ces échecs intérieurs – économiques ou sécuritaires – qu’on essaye de faire oublier aux électeurs par des roulements de mécanique guerrière ; c’est un procédé vieux comme le monde politique.

Enfin il y a le lourd passif de la diplomatie française vis-à-vis du printemps arabe, tunisien et égyptien : de Fillon passant ses vacances aux frais de Moubarak à « M.A.M. » proposant à Ben Ali l’expertise française en matière de répression policière, il y à là pas mal de choses à faire oublier, le plus vite possible. Et cela donne notamment cette guerre non avouée contre Kadhafi, décidée dans la précipitation et sans objectif politique clair sur simple injonction de Bernard-Henri Lévy, par dessus l’épaule d’Alain Juppé et de Gérard Longuet. Une politique aventureuse, qui ne pourra déboucher que sur le chaos, et le gâchis de vies humaine et de richesses. Et qui est déjà un échec, comme la guerre d’Afghanistan : Kadhafi résiste, moins à cause de son armement supérieur que du soutien dont il continue de bénéficier dans une large part de la population libyenne, et aussi parce que les opposants soutenus à prix d’or par les Occidentaux font chaque jour la preuve de leur vacuité, non seulement militaire mais politique. Face à cette résistance, les médias ressortent les bons vieux bobards de la guerre psychologique : est-ce que vous avez entendu cette pittoresque « information » diffusée sur nos télévisions ? Kadhafi aurait distribué du viagra à ses soldats pour les inciter à violer les femmes des rebelles ! Quand on en est réduit à ce type de propagande, c’est vraiment que ça va mal !

-Pour vous, l’action occidentale, en Libye comme en Syrie, est, en quelque sorte, improvisée, mal pensée, vouée à l’échec. On s’attendrait cependant à moins d’amateurisme de la part de l’administration américaine et de l’OTAN…

-J.V. : Mais voyez le gâchis inepte perpétré par les Américains en Irak depuis près de dix ans : ils ont lancé une guerre sous des prétextes bidons pour abattre Saddam Hussein, un « dur » du camp arabe face à Israël. Et après d’innombrables victimes et de gigantesques dégâts, ils ont donné le pouvoir à la majorité chiite, autrement dit à l’Iran, leur ennemi public n°1. C’est de la grande géopolitique, ça ? N’importe quel analyste ou connaisseur de la région aurait pu prédire ce résultat à Bush et à sa clique néo-conservatrice ! Cette situation ubuesque a inspiré au grand intellectuel américain Noam Chomsky cette boutade un rien désabusée : « Je croyais qu’on était allé en Irak pour lutter contre le fanatisme islamiste et on les a mis au pouvoir ! » Eh bien, c’est la même chose en Libye : on fait donner la grosse artillerie contre Kadhafi, qui s’était cependant rapproché de l’Occident – et que Sarkozy, naguère, avait reçu avec les égards qu’on sait – et on n’a comme solution de rechange que des « bras cassés » impuissants et infiltrés d’ailleurs par des islamistes radicaux, qui ne représentent au mieux que la province de Cyrénaïque – et même là leur représentativité m’apparaît pour le moins fragile. Et est-ce que la « détermination » française – ou anglaise – résistera au premier hélicoptère, ou aux premiers commandos terrestres, abattus ?

Et quant à la Syrie, si les Américains et leurs amis saoudiens parvenaient à renverser le régime de Bachar al-Assad, ils livreraient le pays ipso facto à des sectaires sunnites qui mettraient ce pays moderne à l’heure de Ryad, ce qui à terme sera lourd de conséquences pour Israël et ses protecteurs américains. Cela dit, je reste optimiste, pour la Syrie et même la Libye. La majorité du peuple syrien sait que c’est la guerre civile et la destruction de leur pays que leur apporteraient les opposants officiels plus ou moins fantoches des Américains et les groupes armés infiltrés sur le terrain. Les Syriens ne veulent pas que leur pays devienne un nouvel Irak.

-Et si le but de guerre des Américains et de leurs auxiliaires européens et arabes c’était justement, à défaut de contrôler la Syrie, de la détruire, de la faire revenir un demi-siècle ou plus en arrière, comme certains stratèges d’Outre-Atlantique s’en sont vantés pour l’Irak ?

-J.V. : Mais précisément l’exemple irakien montre que c’est une politique à courte vue, et dangereuse pour les intérêts géostratégiques de Washington : l’Irak aujourd’hui n’a jamais été aussi proche de l’Iran. Et la création de fait d’un Etat autonome kurde dans le nord du pays a contribué à éloigner la Turquie des Etats-Unis. On ne gagne rien à créer des situations incontrôlables, le chaos que vous avez créé vous reviendra dans la figure tel un boomerang géopolitique ! Et qu’aura gagné Miss Clinton quand des djihadistes paraderont dans les rues de Tripoli, après celles de Benghazi ? Pour ce qui est de la Syrie, je crois que l’appui dont continue de bénéficier le pouvoir de Bachar al-Assad demeure l’obstacle le plus efficace contre les manœuvres américano-israélo-saoudiennes.

-Donc, en Syrie comme ailleurs, l’Occident pratique la fuite en avant, la politique de la canonnière au jour le jour ?

-J.V. : Exactement. Parce que l’Occident est malade. Economiquement. Politiquement. Et surtout moralement. Pour moi, ces coûteuses gesticulations militaires, de Kaboul à Tripoli en passant par Bagdad sinon Damas, sont comparables aux spasmes d’un agonisant. L’Amérique notamment est très malade, de son économie ruinée, de sa dette colossale, de son dollar devenu une monnaie de Monopoly, de ses escroqueries géantes à la Madoff. Et aussi de l’arrivée sur le « marché géopolitique » de puissances émergentes, ou ré-émergentes comme la Russie, la Chine, l’Inde, le Brésil. Pour garder un semblant de légitimité morale et politique, et donc un leadership mondial, on se fabrique un ennemi, un « Grand Satan » comme dirait les Iraniens, qui fasse oublier aux opinions internes la faillite imminente. Mais quel crédit moral accorder à des puissances qui pratiquent en permanence le « deux poids, deux mesures » ? Pour nous en tenir au Proche-Orient, on bombarde Tripoli et on menace Damas, quand on laisse Israël poursuivre, en dépit de résolutions répétées de l’ONU, la colonisation et la répression sanglante, quand on laisse les troupes saoudiennes réprimer au Bahrein, autre pion américain dans le Golfe, un mouvement populaire de contestation. On stigmatise le fanatisme iranien, quand on s’appuie sur l’Arabie Saoudite théocratique pratiquant la forme la plus sectaire et obscurantisme de l’Islam. Je pourrais aussi vous parler longuement de la Côte d’Ivoire, où la France, exauçant ainsi le choix américain, a décrété qu’Alassane Ouattara était le gentil démocrate du film, et Laurent Gbagbo le méchant, alors que l’ONU a fait la preuve des nombreuses exactions des troupes de Ouattara contre la population civile, et du climat de terreur qu’elles ont instauré dans leur fief du nord, pendant ces fameuses élections présidentielles. Et si on nous explique que M. Ouattara ne contrôle pas ses troupes, c’est tout simplement un incapable !

Je le répète, ces expéditions coloniales en Afrique et au Proche-Orient – après tout les deux anciennes puissances coloniales, française et britannique, sont en première ligne militaire et diplomatique en Afrique du Nord comme dans l’ancien Levant – sont la preuve de la mauvaise santé de leurs instigateurs. L’Amérique est malade ? Et la France donc ! L’affaire DSK illustre pour moi, la faillite morale et politique des élites social-libérales, usées et corrompues ; et cette faillite morale s’ajoute à la faillite des institutions et à celle de l’économie, sans oublier l’insécurité : chacun voit que l’Etat français, qui bombarde Tripoli, est incapable de faire entendre raison aux caïds de banlieue ! Qu’on s’étonne ensuite qu’un président comme Sarkozy, dernier avatar de cette caste gouvernante, cherche à se refaire une virginité et une stature sur le dos des Libyens et des Syriens ! Imposture ! Imposture et spasmes de mourant ! L’Occident risque bien de crever de son cynisme et de sa faillite morale !

-Pour finir, vous vous montrez plutôt optimistes quant à l’évolution de la situation dans ces pays de la « ligne de front » ?

-J.V. : Oui. Les Américains et leurs séides peuvent faire pas mal de dégâts – on le voit en Libye, et en Afghanistan, ou encore au Soudan, on l’a vu en Irak et en ex-Yougoslavie. Je ne crois pas qu’ils pourront avoir raison contre des peuples et des nations : on le voit ou on le verra en Syrie, en Libye, en Egypte, au Liban et en Palestine. En Syrie, il faut être vigilant face aux manœuvres de déstabilisation et aux opérations de de désinformation.

-Maître Vergès, merci beaucoup !

Propos recueillis le 9 juin par Louis Denghien.
Source : http://www.infosyrie.fr/2011/06/jacques-verges-en-syrie-il-faut-defendre-letat-actuel/

vendredi 10 juin 2011




James Wolfensohn

Grand ami de l’entité sioniste

Investisseur dans une compagnie israélienne de développement d’infrastructures de transport pour les colonies juives illégales construites en territoires occupés

Invité à Beyrouth par l’université américaine (AUB)


BEYROUTH, LE PEUPLE RESISTANT,
NE DOIT PAS L’ACCUEILLIR…

mardi 7 juin 2011

Opposition Syrienne ? Parlons-en…




Quand répondra-t-elle au souhait de dialogue national exprimé par le Président de la République et comment répondra-t-elle ?
Elle pourra tout simplement se décliner et dans ce cas le Peuple aura assez de l’intelligence pour percevoir l’idéal de démocratie qu’elle préconise pour le pays.

Puisqu’on y est, quel est cet idéal de démocratie qu’elle préconise lorsqu’en son sein, un groupe non négligeable, préconise l’abolition de la laïcité de l’Etat, plus clairement l’abandon d’un des grands principes de la démocratie, antithèse du confessionnalisme : la séparation entre l’Etat et les religions ?

Aura-t-elle le courage de déclarer devant le Peuple les fondements de son nouveau système en matière de libertés d’expression ?

La véritable démocratie s’applique dans tous les domaines de la vie, en politique comme dans les domaines économique et social, que préconise-t-elle alors comme nouvelle gestion politique du pays ? Quel type de société nouvelle préconise-t-elle ?
Est-ce toujours celui de l’exploitation de l’effort humain et de l’accumulation des richesses produites par cet effort dans les mains de quelques dizaines de familles, ou celui qui accentuera l’austérité imposée par l’impérialisme, plongeant ainsi dans la l’extrême pauvreté la grande majorité du Peuple, poursuivant la casse des services publiques et jetant dans la rue notre jeunesse en le privant de travail et de dignité ? Est-ce ce dernier modèle promis à l’américain qu’elle envisagerait d’imposer au Peuple, en contre partie, un soutien type FMI ?

Si ce n’est pas le cas, alors aura-t-elle assez de sincérité et d’imagination pour annoncer explicitement, devant le Peuple, son idéal de société dans le cadre du dialogue souhaité par le Président.

Quelle est sa conception de souveraineté nationale lorsqu’en son sein existent des groupes financés et fortement soutenus par l’impérialisme et qui, sans hésitation, se permettent d’entretenir en coulisse des relations avec des responsables sionistes ?

Quel est notre formidable attachement à la souveraineté de notre pays lorsque nous encourageons l’infiltration sur nos frontières d’éléments étrangers fortement armés ou encore le trafic d’armes de tous genres, préparant et générant ainsi les violences et les massacres ?

Le Peuple n’aura aucune difficulté pour percevoir la dangerosité d’une telle situation compromettant d’abord et avant tout sa sécurité et sa dignité, ensuite la souveraineté de sa patrie et enfin sa solidarité envers les peuples frères en lutte.

Le régime présente de grandes failles qui compromettent à la fois l’unité du Peuple, l’intégrité territoriale et la souveraineté nationale : Un parti unique au pouvoir et une pensée unique qui régit toutes les sphères de la vie politique, une corruption accrue qui sévit dans tous les domaines de la vie, les méfaits d’une économie loin de répondre aux attentes des couches sociales exploitées et aux aspirations de la Jeunesse,…

Les enjeux sont tellement grands que les solutions ne peuvent venir d’une opposition systématique, aventurière, sans la moindre critique objective et sans le moindre programme de changement, à la solde de l’impérialisme, prête à sacrifier tout un pays en vue de satisfaire les visées de ce dernier : un Moyen Orient soumis.

Comment pouvons-nous avoir confiance en une opposition qui lie sa destinée aux manœuvres de l’impérialisme, mendiant les espaces d’accueil pour ses congrès auprès de capitales étrangères, en vue de constituer tantôt son « conseil national de transition », tantôt son « conseil national pour le soutien de la révolution » ?






Les enjeux exigent une contribution de tous les acteurs de la société : responsables et partis politiques, responsables religieux, syndicats et associations, jeunes, ouvriers, paysans et étudiants, chefs d’entreprise, ingénieurs et techniciens, le monde de la santé, celui de la culture, le monde de tous les arts, poètes, peintres et chanteurs,…

C’est de cette contribution que jaillira enfin un programme de profonds changements permettant à la Syrie de consolider sa souveraineté, à la fois dans la justice sociale et dans l’unité nationale.




dimanche 5 juin 2011




















Réponse de Liban Résistance
à Khalil Issa
ou
La Gauche Libanaise a échoué en Syrie

http://www.aloufok.net/spip.php?article4494
















Rien que par le titre de son article, Khalil déplore la non ingérence directe (…a échoué en Syrie) de la Gauche Libanaise, particulièrement du Parti Communiste Libanais.

Pourquoi et au nom de quel principe voulons-nous que le grand parti de notre Résistance Nationale se rallie au camp de l’impérialisme et du sionisme qui, sous prétexte d’ « humanité » et de « démocratie », œuvre en ces moments au déchirement des peuples et des pays, comme au Soudan, en Lybie, au Yemen et en Iraq ?

Ceci dit, il faut savoir que le Parti Communiste soutient et soutiendra les profonds changements auxquels aspire le Peuple de Syrie ; cependant le processus pacifique de ce changement devra se faire sans mettre en cause l’unité du pays, l’intégrité de son territoire et la politique de soutien des résistances dans notre région.

Le Parti Communiste dénonce toutes les manœuvres de terreur et d'assassinat, qu’elles émanent des agissements irresponsables d’éléments appartenant à l’appareil policier de l’Etat ou des groupuscules fortement financés et armés par l’impérialisme grâce à la perméabilité des frontières avec le Liban.

Le Parti Communiste Libanais dénonce la partie libanaise qui manœuvre aux frontières (infiltrations, fourniture d’armes aux éléments n’ayant qu’un seul souci : répandre la terreur et les violences jusqu’à faire éclater tout un pays), cette partie qui, rien qu’en juillet 2006, non seulement s’était réjouie de voir notre Liban blessé, mais aussi avait discrètement, voire même dès fois explicitement collaboré avec les forces de l’invasion.

Comment peut-on imaginer une seconde de ralliement du Parti Communiste Libanais à cette partie libanaise déchaînée contre ce seul pays qui a soutenu et soutient encore notre Résistance, ce seul pays qui, encore en juillet-août 2006, n’a pas hésité à ouvrir grandement ses frontières aux familles de nos braves résistants fuyant la terrifiante machine à tuer de la première puissance militaire dans la région ?

Le Parti Communiste dénonce également les sales manœuvres des grands médias arabes et occidentaux en ces moments de dangerosité que traversent nos pays limitrophes à Israël.














Pour conclure, Liban Résistance interpelle le Président de la République Syrienne en le sommant à ne soucier que des aspirations légitimes de son peuple et à faire ce grand pas historique permettant à la Syrie d’entrer dans un nouvel air d’une vraie démocratie populaire et d’une rupture définitive avec la moindre logique néo libérale, seules capables de mobiliser le peuple autour de son armée en vue de la libération des territoires toujours occupés.

Liban Résistance termine cette page en mettant sous vos yeux un article paru récemment dans « Al Nida »:

http://arzatloubnan.free.fr/rep_pcl1.jpg










vendredi 3 juin 2011








AL NAQBA SE POURSUIT JUSQU'A NOS JOURS

PALESTINE
ENNAKAB




Un plan sioniste prévoit l’expatriation de 30 mille palestiniens de leurs villages à Ennakab au sud de la Palestine occupée en 48 pour les implanter dans des villages tels Raht, Kasiva et Houra.

Selon ce plan qui devrait être validé par le gouvernement sioniste dans les semaines prochaines, les palestiniens à Ennakab auront d’autres terres et une somme d’argent en contre parti de renoncer à des centaines de milliers de Dounems de leurs terres et de leurs village.

Le journal Haaretz qui a publié cette information aujourd’hui, jeudi 02/06/2011, a révélé que les couts de la mise en application de ce plan atteindront entre 6 à 8 milliard de Chicles.

Des responsables dans le gouvernement sioniste ont déclaré que la situation actuelle à Ennakab ne peut pas perdurer et que la question devient de plus en plus compliquée vu que le nombre des citoyens de cette région se dédouble tous les 15 ans, selon les dernières statistiques.

Rappelons que le nombre des habitants d’Ennakab atteint 191 mille dont 71 milles répartis sur 36 villages non reconnus par les autorités de l’Occupant.





Au diable tous les plans de « paix » et les promesses qui n’ont eu et n’auront qu’un seul effet : la consolidation de l’Occupation et la poursuite de l’expansionnisme colonial

Au diable toute tentative de collaboration avec l’Occupant

Au diable l’idée de partage qui consiste à parquer nos populations dans des bantoustans, espaces de tous les déchirements, de terreur et de négation de notre identité

La Palestine indivisible restera aussi forte que notre unité et interpellera en nous l’esprit et l’acte résistants jusqu’à la Libération