mardi 8 novembre 2011

ALI AUX PAYS DES MERVEILLES

SYRIE, AU 7 NOVEMBRE 2011






Un appel russe…

La Russie a appelé, aujourd'hui, l'opposition en Syrie à se désolidariser des groupuscules armés.

Moscou dénonce également les dernières déclarations américaines appelant ces groupuscules à ne pas remettre les armes aux autorités.

Le ministère russe des AF a encore exprimé son inquiétude à l'égard de ce qui a été annoncé par l'opposition syrienne à l'étranger sur son refus catégorique de s'impliquer dans un dialogue proposé par la ligue arabe avec Damas, mettant l'accent sur le fait que ceci ne peut en aucun cas contribuer à la normalisation de la situation en Syrie et se contredit complètement avec le plan pacifique des pays arabes.



Le PCR condamne…

Guennadi Zuganov, président du parti communiste russe dénonce l’attitude de Washington qui consiste à inciter les groupuscules armés à ne pas remettre leurs armes aux autorités compétentes et à poursuivre leurs actes de violence.


Les habitants de Baba Amr, à Homs, témoignent de leur vécu…

Les habitants de Baba Amr à Homs ont affirmé que des groupes terroristes, après avoir disséminé des mines et des explosifs dans les rues, les avaient encerclés dans leurs maisons en les empêchant de sortir.

Ils dénoncent également certaines chaînes satellitaires diffusant des images fabriquées et montées de toutes pièces sur des événements imaginaires qui se sont déroulés dans leur quartier.

Cheikh Abdel Ilah al-Soufi, Imam de la mosquée de Samane à Baba Amr a indiqué que des groupes terroristes armés se trouvaient bel et bien dans le quartier, tout en ajoutant qu’aucun bombardement ou pilonnage du quartier ou de maisons n’a été constaté, à l'inverse de ce qui est diffusé en boucle sur des chaînes satellitaires.

Selon le témoignage du pharmacien, Samer Skeif, le quartier était perturbé à cause de la présence de groupes terroristes armés qui tiraient des balles à l'aveuglette.

Un autre citoyen du même quartier a affirmé que les explosifs qui ont été implantés dans le quartier par les gangs terroristes auraient pu entièrement détruire les infrastructures et les équipements publics et que l'armée a su les désamorcer à temps.






Le patriarche dénonce les voix incitant à une intervention étrangère…

Mgr Ignace IV Hazim, patriarche d'Antioche et de tout l'Orient pour les Grecs Orthodoxes, a catégoriquement rejeté les propos provenant de l’Occident affirmant que les Chrétiens en Syrie sont opprimés, tout en précisant que les syriens chrétiens en Syrie jouissent de la sécurité et que leurs craintes se portent plutôt aux appels internationaux à les protéger.

Dans un entretien accordé à la télévision syrienne, le patriarche Hazim, tout en exprimant son refus de l'intervention étrangère, a invité toutes les parties au dialogue.

Il a également affirmé son appui au processus de réforme.



Abdel-Halim Khaddam monte au créneau…

PARIS (Reuters) - Un nouveau mouvement d'opposition syrien soutenu par l'ancien vice-président Abdel-Halim Khaddam a exprimé lundi 7 novembre la volonté d'unir les différentes tendances de l'opposition et d'employer « tous les moyens » nécessaires pour évincer le président Bachar al Assad.

Le Comité national de soutien à la révolution syrienne (CNSRS) a été présenté lundi à Paris avec ses 65 membres fondateurs dont Khaddam.

Le comité, qui doit prendre contact avec des groupes d'opposition comme le Conseil national syrien (CNS), a dit réagir contre l'incapacité des différents courants d'opposition à s'unir, en expliquant cet état de fait par l'absence d'une figure emblématique à même de galvaniser les Syriens.

« Ce comité n'est en concurrence avec personne », a dit Khaddam, qui s'est exilé à Paris en 2005. « Nous ne voulons discréditer ni le CNS, ni ses membres et respectons tous ceux qui œuvrent pour mettre fin aux massacres, mais actuellement l'opposition n'est pas unie (...) et nous manquons d'un message clair - faire tomber le régime."

Abdel-Halim Khaddam avait tenté il y a quatre ans de créer un gouvernement en exil, mais il s'était aliéné d'autres groupes d'opposants et inspire toujours une vive méfiance aux dissidents syriens qui se rappellent ses années au pouvoir.

« Nous soutiendrons l'opposition en utilisant tous les moyens à l'intérieur ou à l'extérieur du pays », a-t-il dit.



Le ministre des Affaires Étrangères dénonce l’appel américain…

M. Walid al-Mouallem, ministre des affaires étrangères et des émigrés, estime que l'appel du Département d'État américain aux groupuscules armés à ne pas rendre leurs armes est une implication directe des États-Unis dans la provocation de la sédition et de la violence ayant coûté au peuple beaucoup de victimes innocentes.

M. al-Mouallem trouve dans cet appel non seulement un encouragement aux groupes armés à poursuivre leurs actes criminels contre le peuple et l'État, mais aussi un déni clair du caractère dit pacifique des actes perpétrés par ces groupes.



En Syrie, comme en Lybie,…Amen

La France de Sarkozy étudie une possible intervention de l’OTAN pour « protéger » la population de Homs…

« La France va discuter avec ses partenaires de l'ONU de l'appel de l'opposition syrienne à une protection internationale des civils à Homs (centre), pilonnée par les forces du régime de Bachar El-Assad, » a déclaré, lundi 7 novembre, le chef de la diplomatie française, Alain Juppé.

« Nous avons bien entendu les appels lancés par l'opposition syrienne. Nous regarderons cela en étroite liaison avec l'ensemble de nos partenaires au Conseil de sécurité », a dit à la presse le ministre en réponse à une question sur cette demande d'une « protection internationale » pour Homs.



L'homme en ligne de mire de l'OTAN...le voici







Aucun commentaire: