mardi 21 juin 2011








Le Parti communiste syrien soutient les revendications légitimes du peuple syrien pour une démocratisation du pays mais refuse toute ingérence et instrumentalisation étrangères.
(vendredi 17 juin 2011, par Comité Valmy)




Chers camarades des partis communistes et ouvriers du monde entier,

Des événements terribles continuent de se dérouler en Syrie depuis près de deux mois, à partir de l’émergence d’un mouvement de protestation soulevant de légitimes revendications locales et générales parmi la population du gouvernorat de Daraa.

Ce mouvement a fait la lumière sur la présence de problèmes majeurs dans la vie politique Syrienne : le maintien de l’état d’urgence, l’absence de lois régissant l’activité politique, et ainsi de suite.

En outre, il a attiré l’attention sur la colère populaire à propos de la dégradation des conditions ainsi que du niveau de vie des Syriens à la suite du virage de la Syrie vers une économie de marché – la diminution des aides d’Etat pour les pauvres, l’érosion des subventions pour les produits de première nécessité et la production agricole, et l’ouverture au libre-échange qui ne s’est pas accompagnée d’une modernisation de l’industrie Syrienne – qui a abouti à une hausse du taux de chômage, en particulier chez les jeunes.

Cela a également mené à l’adoption de trois décrets : la fin de l’état d’urgence, la dissolution de la Haute cour de sûreté de l’État, et la légalisation des manifestations pacifiques. Des commissions spéciales ont également été mises sur pied et chargées de rédiger des lois entre autres sur les élections, les partis, les médias. D’autres lois traitant des questions économiques et sociales sont également en cours d’élaboration.

Néanmoins, les manifestations se sont répandues à d’autres villes, en raison de la réaction sécuritaire disproportionnée des autorités dans leur façon de traiter les manifestants dans les rues, ce qui a causé un certain nombre de victimes.


A peine ce mouvement avait-il vu le jour qu’une formidable campagne médiatique de masse avait été lancée par plusieurs chaînes satellite Arabes et étrangères, profitant des dernières technologies.

Cette campagne a eu recours à la falsification, à l’exagération et à l’incitation.





A noter dans cette campagne, l’intérêt Américain, prétendant faussement avoir de la sympathie pour les citoyens Syriens, comme si nous étions supposés oublier la mort, la destruction, et les conflits ethniques et communautaires provoqués par les administrations américaines successives dans diverses régions du monde, en particulier en Irak.


La Syrie a joué un rôle clé dans l’intérêt des peuples arabes en déjouant les plans des États-Unis au Proche-Orient visant à redessiner la région, à porter un coup à la résistance Palestinienne, et à servir l’expansionnisme d’Israël, violant le droit du peuple Palestinien au retour, son droit à l’auto-détermination, son droit à un État palestinien ayant Jérusalem-Est comme capitale, et le droit de la Syrie à récupérer les territoires Syriens occupés.

Voilà pourquoi notre parti soutient la fermeté de la Syrie contre de tels projets, et voilà pourquoi la position nationale de la Syrie a bénéficié du soutien des peuples Arabes, du mouvement communiste international et des mouvements de libération nationale dans le monde.


Comme nous le savons tous, la politique nationale de la Syrie a été plus forte que les intrigues étrangères, aussi imposantes puissent-elles être.

Mais nous avons toujours mis en garde contre le fait qu’un complot pouvait naître de l’intérieur, et nous avons insisté sur le fait que la politique étrangère de résistance de la Syrie devait s’accompagner de sa contrepartie sur le plan de sa politique intérieure, et que le négliger serait ouvrir la voie aux grandes puissances résolues à la domination du monde qui manipuleraient la situation intérieure du pays en s’y immisçant, tentant de faire dérailler le cours des événements afin qu’ils servent leurs intérêts.

Notre parti a dit publiquement, depuis le tout début, que les manifestations ont été initialement lancées par les masses dont les orientations politiques s’inscrivent en opposition avec le colonialisme et toute forme d’ingérence étrangère dans les affaires Syriennes.

Le peuple a le droit de protester contre les injustices commises par les responsables administratifs et les forces de sécurités locales dans les gouvernorats, et contre les injustices subies par de vastes couches de la société Syrienne.

Notre parti a demandé entre autres à ce que la violence cesse, que les revendications légitimes des masses soient entendues, que l’on traite sans violence les manifestations pacifiques.

Dans le même temps, nous avons mis en garde contre les tentatives d’exploitation des manifestations populaires, d’exacerbation des tensions communautaires et de destruction de l’unité nationale du peuple Syrien avec comme objectif de répandre le chaos, par des conspirateurs financés et incités par des forces étrangères opposées à la politique nationale de la Syrie. Ainsi, à plusieurs reprises, nous avons exhorté le gouvernement à promulguer des lois de réforme et à les mettre en œuvre aussi vite que possible.

Nous avons indiqué clairement que de telles mesures nécessitent la restauration du calme et d’une vie normale dans les villes Syriennes, ce qui en échange exige la fin de la spirale de la violence, des arrestations et des représailles, de la part de toutes les parties.

Mais le cours des événements a changé récemment. Des bandes armées visant les forces de l’armée et de la police, mettant à sac les propriétés privées et publiques, ont fait jour, faisant de nombreuses victimes, à la fois parmi les civils et les membres des forces de sécurité.

Plusieurs villes du pays sont désormais paralysées.

L’attitude agressive de ces bandes armées a éclipsé le mouvement de protestation pacifique. Les médias Syriens ont diffusé des vidéos montrant des groupes fondamentalistes terroristes qui admettaient avoir reçu de l’argent et des armes de la part de l’étranger pour lancer des attaques contre le personnel de sécurité ainsi que leurs familles.


Le Parti communiste syrien a publié une déclaration – qui a remporté une large adhésion parmi les forces nationales – exigeant la tenue d’une conférence nationale réunissant tous les partis politiques, y compris l’opposition nationale à l’intérieur du territoire Syrien, des représentants des syndicats et des associations professionnelles, des leaders intellectuels, culturels, économiques et religieux, pour le dialogue et la réconciliation.

La mission de la conférence nationale est de parvenir à un consensus sur un programme nationale pour mettre le pays sur la voie d’une réforme d’ensemble politique, économique et sociale qui contribuerait à créer une nouvelle Syrie démocratique, un État de droit qui garantisse les libertés publiques pour tous les citoyens et toutes les composantes de la société civile telles que les partis politiques, les syndicats et les associations civils, un État qui reconnaisse le pluralisme politique et les libertés de réunion et d’expression, un État où la vie publique serait libre de toute censure, un État qui permette aux citoyens d’exprimer leurs besoins et leurs aspirations politiques, économiques et sociales dans un cadre communément admis d’une compétition pacifique, un État dans les institutions duquel tous les citoyens participent au progrès de la Syrie, un État qui promeuve la dignité de son peuple, réalisant un développement social et économique harmonieux, défendant les intérêts de toutes les couches sociales, mettant les pauvres avant les riches, renforçant la fermeté de notre pays face aux projets de capitulation, et renforçant la lutte pour libérer le Golan.

Notre parti a dit que les Syriens étaient conscients des insuffisances de notre situation interne. Ils peuvent également faire la distinction entre ceux qui demandent des réformes politiques et le développement économique et social afin de renforcer le front intérieur et ceux qui tentent de tirer profit de la situation pour attiser des conflits qui ne servent que les ennemis de la Syrie.


Il est devenu assez clair que les interventions impérialistes dans les affaires internes de la Syrie sous le prétexte de la « démocratie », menées par les gouvernements Français et Américains, en chœur avec les gouvernements Britanniques et Allemands, se trouvent derrière la campagne médiatique de masse contre la Syrie, la campagne employant un certain nombre de dissidents Syriens en exil qui se sont associés au projet américano-israélien dans la région.

Notre peuple prend les menaces pesant sur notre pays très au sérieux et se rassemble pour y faire face.

Les intrigues étrangères ne réussiront pas à changer la politique nationale de notre pays : l’opposition de la Syrie au projet américano-israélien ; la lutte de la Syrie pour libérer le Golan ; le soutien de la Syrie à la lutte du peuple Palestinien pour libérer leur terre, pour créer un Etat palestinien ayant Jérusalem-Est comme capital, ainsi que les luttes pour libérer l’Irak de l’occupation Américaine et le Sud-Liban de l’occupation Israélienne.


Nous apprécions beaucoup les positions fermes et positives de la Russie ainsi que de la Chine exposant les dangers pesant sur la Syrie et apportant un soutien total à la Syrie dans cette crise.


Désormais, notre parti travaille avec d’autres partis Syriens, avec les forces d’opposition nationales, et divers courants de la société civile afin de mettre en place notre proposition d’une conférence pour le dialogue national.

Avec nos meilleurs vœux fraternels,
Hunein Nemer,
Premier secrétaire du Parti communiste syrien

Traduction AC pour
http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/






Liban Résistance
interpelle les partis politiques, les associations, les ouvriers, les paysans, les étudiants, les chefs d’entreprise, le monde de l’Education et de la Santé, le monde de la Culture et des arts, les poètes et chanteurs, le monde de la Jeunesse, les responsables religieux,…

Pour :

La fermeté et la vigilance face à tout groupuscule armé à la fois terrorisant les populations et menant une guerre d’usure contre l’armée ; ces groupuscules ainsi que leurs dirigeants ne peuvent pas revendiquer leur place au sein de l’Opposition Nationale ; ils ne peuvent pas non plus contribuer à l’émergence de la démocratie et de la justice sociale puisque leur agenda est tout autre

La dissolution de la Police Politique et la traduction en justice des éléments de la Sécurité ayant commis des crimes durant les mois de violences et de haines ; une réforme profonde des organismes de l’Etat et tout particulièrement la Police avec comme ligne directrice l’indépendance vis-à-vis des partis politiques

La modification de la Constitution adoptant les droits universels de l’Homme, le pluralisme politique et le renforcement de la laïcité de l’Etat ; la Femme et l’Homme seront désormais égaux en droits et obligations

La mise en œuvre de réformes économiques et sociales dans le seul intérêt du peuple et particulièrement des couches pauvres ; ces réformes auront toutes une seule ligne directrice : l’éradication du chômage, la contribution de la Jeunesse dans l’édification d’une société juste, solidaire et dynamique, le renforcement du syndicalisme au sein des entreprises, une répartition juste des richesses (actionnariat populaire ou ouvrière,…), une participation de tous dans le développement de l’entreprise

La fermeté de la Syrie dans sa détermination à libérer le Golan et dans son soutien non seulement aux résistances palestinienne, iraquienne et libanaise, mais aussi aux peuples arabes en lutte pour leur dignité

La solidarité de la Syrie envers la lutte des peuples du monde entier et celle de la Jeunesse internationale pour une société juste et fraternelle.

Aucun commentaire: