mercredi 13 avril 2011




APPEL A LA DIASPORA LIBANAISE A TRAVERS LE MONDE


Bien au-delà de nos confessions religieuses, de nos idéologies, de nos sympathies ou de nos affinités pour tel ou tel autre parti politique,…, bref de nos individualismes, rejoignons le mouvement…

Depuis 1943, le régime confessionnel nous a divisés en clans confessionnels dans l’unique objectif de faire perdurer sa logique de pillage de nos richesses que nos propres bras et cerveaux produisent, de corruptions, de négation de nos droits les plus fondamentaux et notre droit de vivre dignement…


Depuis 1943, chaque fois que ce régime ressentait le moindre ébranlement, générait les guerres civiles avec leurs lots de plusieurs centaines de milliers de morts, de blessés et d’handicapés parmi nos enfants, nos frères et nos pères, de familles en deuil, de destructions et de réfugiés ; ainsi nos souffrances étaient les seules à échapper à cette terrible classification confessionnelle :


Les guerres civiles opéraient ; les souffrances, les blessures, les séparations et la mort nous affectaient tous, sans aucune distinction parmi nos confessions religieuses.

Depuis 1943, les seigneurs du régime nous promettaient (sans jamais tenir promesse) à chaque échéance électorale justice sociale et démocratie ; cependant, la loi électorale instaurée par ce même régime, procédait à la réélection des mêmes seigneurs ou de leurs héritiers, interdisant ainsi toute réelle représentation populaire au Parlement.


Depuis 1943, la compétence n’a jamais été reconnue puisque les responsabilités dans tous les domaines et à tous les niveaux de l’Etat, étaient distribuées selon le seul critère confessionnel.


Nos familles dépourvues de leurs droits de vivre dans la dignité, nos grands parents dépourvus d’une réelle retraite, nos enfants sérieusement blessés interdits de franchir les portes des hôpitaux sans caution financière, nos élèves et étudiants soumis à la casse de l’éducation nationale et à des programmes interdisant de réels débouchés répondant aux réels besoins de notre Liban, nos paysans et ouvriers agricoles laissés souvent à l’abandon, nos salariés et employés dans l’obligation d’exercer au moins deux métiers, donc de peiner presque 24h/24h, sinon de recourir à la corruption, pour subvenir aux besoins de leurs familles, nos écoliers, par manque ou coupures de l’électricité, faisant leurs devoirs et apprenant leurs leçons sous la seule lueur d’une bougie et jusqu’à des heures tardives de nos rudes nuits d’hiver, nos mamans n’ayant pas le droit de transmettre leur nationalité à leurs enfants,…., pendant qu’en face, de l’autre côté, le pillage s’accentuant, donc les richesses épousant des courbes exponentielles, les dettes s’accumulant et s’aggravant selon les diktats du FMI, et pour donner la dernière retouche à ce tableau qui à peine décrit notre société depuis 1943 à nos jours, la souveraineté de notre Liban soumise à la bonne volonté de la girouette aux vents régionaux et des puissances occidentales.



Parce que nous ne voulons plus de ce régime, de ses symboles et de ses figures, parce que nous voulons vivre dignement,… bien au-delà de nos confessions religieuses, de nos idéologies, de nos sympathies ou de nos affinités pour tel ou tel autre parti politique,…, bref de nos individualismes, nous rejoindrons le mouvement pour :


LA CHUTE DU REGIME CONFESSIONNEL


Et pour :


1- L’application de l’alinéa (h) de la Constitution prévoyant l’abolition du confessionnalisme politique ;


2- La lutte pour un état souverain et démocratique, un état de droit, des institutions ainsi que la justice sociale ;


3- L’adoption d’une loi électorale se basant sur une seule circonscription pour tout le pays, établir un scrutin basé sur la proportionnelle, l’abaissement de la limite d’âge pour les votants à dix-huit ans, ainsi que la participation au vote des libanais résidant à l’étranger ;


4- La dissolution de l’Assemblée nationale (parlement) et l’organisation de nouvelles élections ainsi que la mise en place d’une assemblée sénatoriale ;


5- L’adoption d’une nouvelle loi concernant l’état civil.



À cela s’ajoutent également d’autres revendications telles que ; l’adoption d’une nouvelle loi concernant les partis politiques, la participation effective des syndicats et de la société civile à la vie sociale du pays, l’indépendance de la justice, la poursuite des responsables du gaspillage et de la corruption, la récupération des richesses volées, la réalisation de l’égalité femmes-hommes, l’amélioration des conditions de vie, l’amélioration de l’école public et du système d’éducation national, la suppression des quotas administratifs dans les établissements publics ainsi que l’application de l’alinéa (z) de la constitution concernant le développement harmonieux des régions, l’adoption d’un régime fiscal juste,…

Les Libanais en France,


Rassemblement des Démocrates Libanais et Amis du Liban,


Pour rejoindre le Mouvement « Le Peuple Libanais exige la chute du régime confessionnel »

1 commentaire:

Liban Resistance a dit…

Le vote des libanais de l'étranger doit être soumis a des règles.
Je ne crois pas que le libanais qui a émigré depuis des décennies et dont les enfants n'ont plus d'attaches avec le Liban peuvent participer à l'élection de personnes dont la fonction est de légiférer pour les citoyens vivant au Liban, dont la fonction est le contrôle de l'exécutif et de l'administration qui agissent pour le service (en principe) des libanais résidents au Liban.
Je ne vois pas quel intérêt pour le libanais qui a choisi de vivre définitivement à l'étranger, de choisir la juridiction des libanais résidant au Liban alors que eux vivent sous la juridiction du pays ou ils ont choisi de vivre.
Cela permet d'ouvrir largement la possibilité d'ingérence étrangère dans notre petit pays, à travers des groupes de pression.
La seule parenthèse à cet obstacle,est que celui qui est parti provisoirement doit être capable de dire que son "exil" n'est que temporaire.ou qu'il y possède (au Liban) des intérêts réels (propriété, investissement etc..)
Si le vote des libanais de l'étranger est suggéré en raison d'un rééquilibrage démographique confessionnel,nous ne sommes pas sortis de l'auberge!