vendredi 18 mars 2011



NI KADHAFI….NI L’OCCIDENT

L’Occident a toujours composé avec le dictateur et voilà comme par hasard il s’anime non pas à vouloir soutenir la Révolution, mais à travailler dès aujourd'hui pour imposer l’un des deux processus qui suivent :

Le premier, le plus dangereux, consiste à imposer une situation permettant à la dictature de jouer sur deux cordes, d’une part faire croire à son désir de dialogue pour aboutir au dénouement de la crise et à son souhait de préserver les vies innocentes, d’autre part, et simultanément, se lancer dans la généralisation de sa terreur fasciste et de sa chasse aux sorcières sur tout le territoire libyen.

Les forces révolutionnaires ainsi liquidées, la dictature se maintiendra et se renforcera en se camouflant derrière ses faux désirs de démocratie et de liberté.

Ce visage à deux faces, soutenu par les américains au Yémen et au Bahreïn, pourrait ainsi bien fonctionner en Libye.

Ce ne sont pas les mesures votées à l’O.N.U. qui interdiront le déclenchement de ce processus. Pire, ce dernier offrira à l’impérialisme américain et à ses alliés des degrés de liberté supplémentaires dans leur acharnement à vouloir préserver leurs intérêts vitaux en permettant à la dictature de se maintenir en se camouflant derrière ses semblant souhait pour le changement et attachement à la démocratie.


Le second consiste à pousser la dictature jusqu’au suicide, entendez par là la propagation du chaos sur l’ensemble du territoire national, jusqu’à l’anéantissement des forces révolutionnaires. Cette situation justifiera par la suite l’invasion et l’occupation du pays, avec leurs terribles conséquences.

Le Conseil National de Transition sera-t-il conscient des enjeux et à la hauteur des exigences du peuple et de sa jeunesse ?





YEMEN
Vendredi 18 mars 2011

Plus de trente martyrs et deux cent blessés sous les balles des forces de l’ordre du régime.


Etat d'urgence décrété par ce dernier.

Rappelons que ce régime est, à ce jour, fermement encouragé et soutenu par les États-Unis pour sa stratégie et ses tactiques de savoir faire : Alors qu’il appelle au respect des libertés de manifester, il lâche ses forces de répression sur le peuple et sa jeunesse.

Sans doute une leçon que doit apprendre Kadhafi avant qu’il ne soit trop tard… ?




LIBAN



Khaled Hadadah :

« C’est le plus dur des combats….mais aussi et inéluctablement le plus beau… »

http://www.aloufok.net/spip.php?article3750








Aucun commentaire: