vendredi 25 février 2011


Le président vénézuélien Hugo Chavez a qualifié jeudi de "guerre civile" les derniers événements en Libye.

"Vive la Libye! Kadhafi se voit confronté à une guerre civile!!", s'exclame M.Chavez sur son blog sur Twitter.

Il l'a écrit juste après le discours prononcé devant les députés à l'Assemblée nationale par son ministre des Affaires étrangères, Nicolas Maduro, qui avait prétendu que les États-Unis se tenaient derrière les troubles en Libye.

"Ils (États-Unis) créent des conditions pour justifier leur invasion de la Libye. On ne doit pas se faire une opinion sur les temps difficiles que la Libye est en train de vivre d'après les informations émanant d'agences impérialistes", a déclaré le chef de la diplomatie vénézuélienne, en faisant allusion aux médias occidentaux.

Selon M.Maduro, les violences ont été déclenchées en Libye pour justifier une intervention et mettre la main sur le pétrole libyen. Il a affirmé que Washington aspirait à morceler la Libye en une vingtaine de parties et à priver ainsi l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) de l'un de ses principaux piliers.








QUATRE VERITES QUE PERSONNE PARMI NOS AMIS NE DOIT IGNORER




I- Nos peuples, depuis des décennies, n’ont jamais pu respirer la liberté, ni vivre dignement, ni accéder au savoir ; on les a plongés dans la pauvreté témoignant du pillage des richesses par les gouvernants et leurs protecteurs impérialistes.
Aujourd’hui, ils se révoltent dignement et dans une conscience collective exemplaire : le destin de leur nation leur appartient désormais.

II- La Libye n’est absolument pas dans une situation de guerre civile ; le peuple libyen, dans toutes ses composantes sociologiques, professionnelles et religieuses, se bat dans l’unité contre une dictature qui d’ailleurs, ayant échoué à diviser et à provoquer une guerre civile, s’appuie sur des mercenaires étrangers dans sa répression.

Camarade Chavez, à quel type de guerre civile a-t-on affaire lorsque tout un peuple se révolte contre sa dictature et que le dictateur ait à recourir aux mercenaires étrangers pour sauver son régime ?!!


III- Les États-Unis et leurs alliés, comme l’Italie qui s’est souciée du sort de Kadhafi, grand ami de Berlusconi, auront à faire face à une forte résistance s’ils envahissent la Libye ; il suffit de se replonger dans l’histoire de l’Italie colonialiste pour avoir une première idée de la nature de cette résistance.
Il leur faudra marcher sur 6.200.000 de cadavres pour pouvoir envahir ce pays et s’emparer de ses richesses…


IV- L’unité du peuple libyen autour de son armée nationale mettra en échec toute tentative intérieure ou extérieure de partition de la Libye. La Libye restera unie, avec Tripoli libérée de la dictature comme capitale.




NOUS SALUONS LE PEROU QUI A DECIDE DE ROMPRE SES RELATIONS DIPLOMATIQUES AVEC LE REGIME DE KADHAFI

Aucun commentaire: