samedi 5 février 2011







EGYPTE
5 FEVRIER 2011




L’Armée avait demandé à plus d’un million de manifestants rassemblés sur la Place de la Libération de quitter la place ; la seule réponse des manifestants :

Mouch ha namchi…Houaa yamchi…

Qu’il parte ;

Que le gouvernement démissionne ;

Que la constitution soit abolie ;

Oui pour un gouvernement d’unité nationale.



Plusieurs membres du bureau politique du parti national démocratique au pouvoir démissionnent


Les chrétiens égyptiens envisagent de célébrer une messe sur la Place de la Libération, demain Dimanche



LIBAN
JEUDI 3 FEVRIER 2011







L’Union de la jeunesse communiste libanaise, l’Union de la jeunesse démocratique libanaise et la jeunesse de l’Organisation populaire nassériste au Liban ont organisé, jeudi dernier à 16 h, un sit-in devant l’ambassade d’Egypte à Beyrouth afin de proclamer leur appui à la jeunesse et au peuple d’Egypte face à la répression perpétrée par le régime policier du dictateur Hosni Moubarak contre les manifestants de la Place de la libération au Caire.

Comme en Egypte, les forces de sécurité intérieure ont frappé sauvagement les manifestants, causant de graves blessures à dix d’entre eux qui furent transportés dans les hôpitaux du quartier. 5 jeunes furent séquestrés pendant plus d’une heure.



Le communiqué de la jeunesse communiste libanaise




A la suite de cette répression, la Jeunesse Communiste libanaise a publié un communiqué dans lequel elle a dénoncé l’emploi de la violence contre les manifestants qui ne faisaient que scander des slogans de solidarité ave le peuple égyptien, se demandant si les FSI n’avaient pas voulu faire comme leurs compères égyptiens.

Le communiqué a revendiqué une enquête de la part du ministère de l’intérieur et des sanctions contre les éléments policiers qui ont transformé un sit-in pacifique en un champ de bataille contre les jeunes de leur pays. Il a précisé que les jeunes libanais poursuivraient leur œuvre de soutien à leurs frères égyptiens.

(Beyrouth, le jeudi 03 février)






LIBAN RESISTANCE dénonce la répression policière perpétrée contre la jeunesse libanaise et exige une enquête que doit mener le ministère de l’intérieur en vue de sanctionner les éléments du FSI responsables de cette violence.


LIBAN RESISTANCE salut la jeunesse libanaise qui poursuivra son soutien à la jeunesse égyptienne et à son peuple.

Aucun commentaire: