samedi 21 août 2010




QUAND LA PRIERE EPOUSE LA RESISTANCE





KALANDIA
Vendredi, 20 août 2010
Une palestinienne de Ramallah à qui les forces d’occupation ont interdit l’accès à la mosquée Al-Aqsa de Jérusalem pour le Ramadan prie au checkpoint de Kalandia.

KALANDIA
Aug. 20, 2010
A Palestinian woman prays next to the wall at Kalandia checkpoint after she was denied crossing from the West Bank city of Ramallah to attend prayers at the Al Aqsa Mosque in Jerusalem’s Old City on the second Friday of the Muslim holy month of Ramadan.


QUAND LA COLLABORATION SE SOUMET





Reprise des pourparlers

Les pourparlers de paix directs entre Israéliens et Palestiniens reprendront le 2 septembre à Washington, après une suspension de 20 mois, et peuvent aboutir "d’ici un an", a annoncé vendredi la secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton.

"J’ai invité le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le président de l’autorité palestinienne (Mahmoud) Abbas à se rencontrer le 2 septembre à Washington afin de relancer les négociations directes", a indiqué la chef de la diplomatie américaine.

M. Netanyahu a indiqué dans un communiqué qu’il accueillait favorablement l’invitation des Etats-Unis.

Côté palestinien, le Comité exécutif de l’OLP devait se réunir à 17H00 GMT vendredi à Ramallah sous la présidence de M. Abbas pour discuter de l’invitation, selon le négociateur en chef palestinien, Saëb Erakat.

Le but de ces pourparlers "est de résoudre toutes les questions de statut. " Nous sommes persuadés que (ces questions) peuvent être résolues en un an", a poursuivi Mme Clinton, faisant implicitement référence aux dossiers sensibles que sont les contours d’un futur Etat palestinien, le statut des réfugiés palestiniens ainsi que celui de Jérusalem.

Les pourparlers auront lieu sous l’égide du président Barack Obama en présence du président égyptien Hosni Moubarak et du roi Abdallah de Jordanie. "Leur leadership et leur engagement pour la paix seront essentiels à notre réussite", a souligné Mme Clinton.

Au même moment, le Quartette pour le Proche-Orient (Etats-Unis, Russie, Union européenne et ONU) a invité les deux parties à reprendre des négociations directes et, à l’image de Mme Clinton, estimé que le dialogue pouvait aboutir d’ici un an.

Les négociations doivent "mener à un accord, négocié entre les parties, qui mette fin à l’occupation qui a commencé en 1967 et aboutisse à la constitution d’un Etat palestinien indépendant, démocratique, viable et cohabitant dans la paix avec Israël et ses autres voisins", est-il écrit dans le communiqué du Quartette.

Barack Obama faisait pression depuis la rupture du dialogue direct il y a 20 mois à la faveur de l’offensive israélienne à Gaza pour qu’Israéliens et Palestiniens renouent leurs négociations sans intermédiaire.

Mme Clinton a assuré qu’elle partageait avec M. Obama, MM. Netanyahu et Abbas l’objectif de voir "deux Etats, l’un israélien l’autre palestinien, cohabiter dans la paix et la sécurité".

La reprise des négociations sera précédée, le 1er septembre, de discussions bilatérales auxquelles M. Obama conviera les dirigeants israélien, palestinien, égyptien et jordanien, suivies d’un dîner auquel Tony Blair, le représentant du Quartette, se joindra.

Le 2 septembre, Mme Clinton devrait recevoir MM. Netanyahu et Abbas au département d’Etat pour des discussions trilatérales en vue de relancer les négociations directes proprement dites.

"Il y a eu des difficultés par le passé. Il y en aura d’autres à l’avenir (...). Mais je demande à toutes les parties de continuer à avancer même lorsque les temps sont durs et de continuer à travailler à atteindre une paix juste et durable dans la région", a lancé Hillary Clinton.

La chef de la diplomatie de l’Union européenne Catherine Ashton a pour sa part appelé Israéliens et Palestiniens à travailler "vite et dur" pour faire aboutir les négociations de paix d’ici un an.

Les Palestiniens ont résisté depuis plusieurs mois aux pressions américaines les invitant à discuter directement avec Israël, arguant que M. Netanyahu n’avait pas sérieusement l’intention de se retirer des territoires occupés depuis 1967, notamment de Jérusalem-Est, dont ils veulent faire la capitale de leur futur Etat. Ils demandent aussi un gel complet de la colonisation juive.

Israël de son côté s’est dit prêt à reprendre des négociations directes mais sans conditions préalables.

Reprise des négociations directes israélo-palestinienne : Sarkozy propose une conférence des donateurs

Nicolas Sarkozy, qui a dit se réjouir de l’annonce vendredi de la reprise des négociations directes entre Israël et l’Autorité palestinienne, propose "d’organiser une nouvelle conférence des donateurs destinée à appuyer l’édification du futur Etat palestinien".

Le président français réagit à l’annonce par la secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton de la reprise des négociations directes à Washington le 2 septembre.
"La France n’a cessé d’appeler les deux parties à retrouver le chemin de la négociation", souligne l’Elysée dans un communiqué. "Avec ses partenaires de l’UE, elle souhaite poursuivre l’effort de soutien au processus désormais relancé et propose, dans le contexte du progrès des discussions entre les parties, d’organiser une nouvelle conférence des donateurs destinée à appuyer l’édification du futur Etat palestinien".

Une conférence internationale des donateurs pour l’Etat palestinien avait eu lieu à Paris le 17 décembre 2007, à l’occasion de laquelle 87 pays s’étaient engagés à verser 7,4 milliards de dollars.

Nicolas Sarkozy appelle les dirigeants et les négociateurs israéliens et palestiniens "au sens des responsabilités pour saisir la chance qui se présente".
(Vendredi, 20 août 2010 - Avec les agences de presse)

La matière…
Par Al Faraby

"Où vas-tu Mahmoud ?"
"comment... t’as pas écouté la radio ?"
"non, pourquoi ?"
"les pourparlers directs reprennent le 02 septembre à Washington sous l’égide de Barack Obama et en présence de Hosni Moubarak et du roi Abdallah de Jordanie"
"c’est pas étonnant"
"quoi ?"
"que ça soit en présence de ces deux-là"
"et pourquoi ?"
"parce qu’ils ont de l’expérience en la matière"
"quelle matière ?"
"celle pour laquelle tu vas à Washington"
"qu’en sais-tu, puisque moi même je ne le sais pas ?"
"pas grave... tu verras bien sur place"
"... !?"










PLUS DE SOIXANTE ET UN AN D’OCCUPATION ET TOUJOURS LE MEME REFRAIN…

MAIS AUSSI, QUELQUES MILLIARDS DE DOLLARS POUR L’EDIFICATION DE LA PLUS GRANDE RESERVE AU MONDE, A L’IMAGE DES RESERVES INDIENNES AUX ETATS-UNIS ET A QUELQUES DIFFERENCES PRES :
Y PARQUER TOUT UN PEUPLE CHASSE DE SA PATRIE, SOUS UNE SURVEILLANCE POLICIERE DE TYPE VICHYSTE…


MERCI MAHMOUD ABBAS, HOSNI MOUBARAK ET SA MAJESTE ABDALLAH

Aucun commentaire: