samedi 31 janvier 2009

La tricontinentale en action



Déclaration finale du Forum de la Résistance
Beyrouth
16-17-18 janvier 2009




Pour soutenir la Résistance Anti-impérialiste des peuples et la construction des Alternatives à la Globalisation
A l’initiative (*) et avec l’appui (**) de nombreux centres de recherche, associations, syndicats et mouvements politiques, culturels ou sociaux, les travaux du Forum international de Beyrouth se sont déroulés les 16-17-18 janvier 2009, en présence de 450 représentations arabes et internationales et de personnalités éminentes, venus de cinq continents (66 pays)


Ce Forum, où étaient fortement représentés l’Amérique Latine, l’Asie et le Proche Orient, incarnait l’esprit de la Tricontinentale
Deux grandes actualités ont marqué le Forum. D’une part, la résistance héroïque du peuple palestinien de Gaza face à une intensité de violence et une barbarie sans précédent. D’autre part, la crise globale du capitalisme, qui n’est pas seulement financière mais aussi économique, sociale, culturelle et morale, mettant en danger la survie de l’humanité



Principes & Droits

Le Forum affirme que :

· Les peuples ont droit à la résistance et ce dernier doit être inaliénable, soutenu par l’ensemble de la communauté internationale et reconnu comme tel dans le droit international.

· Le combat de la résistance face au colonialisme est indissociable du combat que mènent les révolutionnaires et hommes libres du monde face au capitalisme globalisé, à l’impérialisme, à la militarisation et la destruction des acquis sociaux. Ceux-ci sont le produit de plus de deux cents années de luttes acharnées des classes laborieuses.

· Les peuples ont droit à la souveraineté sur leurs ressources naturelles. Les droits à l’alimentation, à la santé et à l’éducation priment sur toute considération marchande.

· Chaque culture et tous les savoirs doivent pouvoir contribuer à la construction de biens communs de l’humanité sur la base du respect de la Nature, de la primauté des besoins humains et d’une gestion démocratique des sociétés.

· Le droit au fonctionnement démocratique doit s’exercer non seulement sur le plan politique mais également sur le plan économique et il concerne aussi bien les hommes que les femmes.

· Le droit à la différenciation culturelle et la liberté de culte en refusant toute stigmatisation culturelle et raciale.


Campagnes et Résolutions

· Concernant Gaza

Les participants au Forum affirment leur soutien à la résistance du peuple palestinien de Gaza.

Ils condamnent le terrorisme, les crimes, et la violation de toutes les normes et valeurs humaines exercées sur ces populations par Israël.

Aussi, ils appellent à :

1- L’application de sanctions strictes à l’égard d’Israël, telles : rupture des relations et des conventions et interdiction de toute vente d’armes à ce pays.

2- Des poursuites contre les Etats et les firmes qui vendent des armes à Israël.

3- Appeler l’Union européenne à cesser toute collaboration économique politique et culturelle avec Israël et à annuler toutes les conventions et accords qui la lient à ce pays.

4- Tenir une conférence internationale pour évaluer les crimes de guerre, et les crimes contre l'humanité exercés sur la population de Gaza, ainsi que les crimes économiques et écologiques, et traduire en justice les responsables de ces faits et de ceux commis au Liban en 2006.

5- Réhabiliter la résolution de l’ONU N° 3379 assimilant sionisme et racisme et expulser Israël de l’ONU.

6- Lancer une campagne internationale pour la reconstruction de Gaza, la levée du blocus et la libération des prisonniers politiques.


· Concernant le soutien à la résistance et la lutte anti-impérialiste

1- Les participants ont exprimé leur soutien aux deux résistances palestinienne et libanaise dans leur lutte contre l’occupation israélienne ainsi qu’à la résistance irakienne qui se bat contre l’occupation américaine. Ils soutiennent en outre, les efforts du peuple irakien pour préserver son unité territoriale.

2- Les participants annoncent leur soutien à l’autodétermination du peuple afghan et sa lutte contre l’occupation américaine et atlantique.

3- Les participants adressent un salut au président vénézuélien Hugo Chavez, ainsi qu’au président bolivien Evo Morales pour leur soutien à la résistance des peuples. Ils expriment un appui total à leur lutte contre l’ingérence des Etats-Unis en Amérique Latine.

4- Les participants appellent à la levée du blocus sur Cuba et la libération des prisonniers cubains détenus dans les geôles US.

5- Les participants condamnent l’alliance entre les USA et le gouvernement de Colombie qui depuis quatre décennies terrorise son propre peuple et œuvre à déstabiliser les régimes progressistes de l’Amérique Latine. Aussi ils apportent leur appui aux mouvements révolutionnaires en lutte contre ce régime.

6- Les participants appellent à la constitution d’une ligue internationale des parlementaires pour défendre les droits des peuples à la résistance et l’autodétermination et pour réactiver les accords relatifs à la protection des populations civiles.

7- Ils appellent à la création d’un réseau médiatique international pour démasquer les propagandes mensongères concernant la nature et les crimes perpétrés par Israël.

8- La poursuite du travail du tribunal de conscience pour juger les crimes de guerre, notamment la traduction en justice des responsables des crimes de guerre perpétrés au Liban en 2006.

9- Lancer une campagne pour l’application du conseil consultatif du tribunal de justice international concernant le mur de séparation raciale en Palestine.

10- Fonder un réseau international en vue de se coordonner entre représentations locales au moment des crises et des guerres.

11- Refuser les menaces et provocations US à l’égard de l’Iran, quant à son droit de développer un programme nucléaire civil dans le cadre des normes internationales. Refuser également les menaces guerrières US à l’égard de la Syrie et du Soudan.

12- Contrecarrer les tentatives américaines de vider la législation internationale et humanitaire de son contenu sous prétexte de guerre anti terroriste.


· Les Participants proposent comme alternatives au dictat du marché de :

1- Sortir l’agriculture et les secteurs liés à l’alimentation des négociations internationales pour libéraliser le marché (Gatt, OMC…).

2- Récuser les accords et les politiques internationales permettant aux grosses firmes de mettre la main sur le vivant mettant en péril la biodiversité.

3- Réaliser en opposition au projet néolibéral de Sarkozy, un Marché Commun Méditerranéen, (N’incluant pas l'état colonial d'Israël), basé sur le principe du commerce équitable entre consommateurs et producteurs, du nord et du sud du bassin ainsi qu'à l’intérieur de chaque pays. Ceci dans un processus de construction d’une méso région en Méditerranée.

4- Lutter contre la surexploitation exercée par la pêche industrielle et favoriser la pêche artisanale, en garantissant un coût social.

5- Préserver le patrimoine commun de l’humanité et les ressources fondamentales pour la vie. En développant l’agriculture organique, et en utilisant les énergies renouvelables.




(*) Initiateurs :
The Center for Studies and Documentation in Beirut

International Campaign against American and Zionist Occupation (the Cairo Conference)

The National Gathering to Support the Choice of Resistance (Lebanon)

The International Anti-Imperialist and Peoples' Solidarity Forum (the Calcutta-India Conference)

Stop the War Campaign (London)

(**) Organisations ayant adhéré, appuyé et/ou participé aux travaux du Forumne figurent pas dans cette liste de nombreuses organisations qui seront ajoutées ultérieurement

1. L’union de la jeunesse démocratique Lebanon
2. Parti Communiste Libanais Lebanon
3. Réseau des organisations de la jeunesse Palestinienne Palestine
4. The party of Dignity Egypt
5. The popular campaign to break the siege on Gaza
6. KIFAYA (le mouvement égyptien pour le changement) Egypt
7. Union of Democratic youth Lebanon
8. Egyptian women issues Association Egypt
9. Palestinian youth organizations network Palestine
10. Fédération des Syndicats marocains Morocco
11. AMCI (The Medi terranean agency for International cooperation Morocco
12. Arab youth council- and the walkto the arab parliament Morocco
13. Data and strategic studies center Syria
14. El Badil regroupement anti globalization Syria
15. Socialist thinking forum Jordan
16. Organisation des socialistes révolutionnaires Egypt
17. All-union Communist Party of Bolsheviks
18. ALDEA Spain
19. Paloma valverde of CEOSI Spain
20. Pamplona – Navarra Spain
21. sodepao Spain
22. Scottish Palestine solidarity campaign Scotland
23. Left Radical of Afghanistan Afghanistan
24. Left revolutionary resistance Afghanistan Afghanistan
25. Revolutionary association of the women of Afghanistan (RAWA) Afghanistan
26. The Marxism – Leninism Today Germany
27. Defend Palestine NY – committee USA
28. International action center – USA USA
29. National Council of Arab Americans USA
30. The US campaign to end the Occupation USA
31. Women for mutual security – north America USA
32. American student in AUC USA - Lebanon
33. Campaign Iran England
34. Friends of Lebanon England
35. Friends of the Earth Middle East (Eco Peace) England
36. Friendship Across frontiers England
37. Pakistan institute of labor and education research England
38. Stop the war coalition The National England
39. The youth Group: Fist-Fight imperialism stand together England
40. Troops out now coalition England
41. West African bar association England
42. Islamic Motalefeh Party Iran
43. Neda Institute Iran
44. Anti-imperialist Camp Italia
45. IAPSCC Italia
46. International Federation for peace and conciliation Italia
47. L'altra Lombardia – Sulatesta Italia
48. La Pluma Italia
49. Nino Pasti foundation Italia
50. Party CARC Italia
51. Socialist party chowdhury Bangladesh
52. Csutbc Bolivia
53. EGTKK / Bolivia
54. Global peace and justice coalition Turkey
55. Tayad (association of the solidarity and aid between prisoners families) Turkey
56. The Cultural center of IDIL Turkey
57. The East Conference Turkey
58. The Front of peoples Turkey
59. Turkish Youth Union Turkey
60. Droit des femmes pour le developpement Alger
61. Rachda Association Alger
62. AICPB –Russia Russia
63. Coordinateur national du RTAS Senegal
64. Nord Sud XXI Switzerland
65. The international student and youth Movement (ISUM) Switzerland
66. MLCP North Kurdistan
67. Democrats Against Occupation Iraq
68. Youth Aid Foundation International Ghana
69. Edition Democrate BIP France
70. Journal Democrate France
71. De Primera Mano Venezuela
72. Azequiel Zamora Venezuela
73. APORREAR Venezuela
74. NDF Philippines
75. The Cyprus peace council Cyprus
76. Soryana – cute Lebanon
77. Word Federation of Trade Unions Lebanon
78. FWB / PANAB Libya
79. Offensiv, journal for socialism and peace Germany
80. Nasyo Mauritius
81. Committee of Norway Norway
82. The party red – Norway Norway
83. Anti-imperialist Camp - Austria
84. Communist Party in Nepal (CPN) Nepal
85. Lagos state university Nigeria
86. University of Ibadan Nigeria
87. All India anti-imperialist forum India
88. All India democratic youth organization India
89. All India mahila sanskritic snagathan India
90. All India united trade union congress India
91. International Council of friendship and solidarity with soviet people India
92. Socialist unity center of India India
93. Campaign Genova 2001 Greece
94. Geneva call program officer middle east Greece
95. Greek delegation; "M.A.D.I.S.A." center for alternative Greeceinformation and study of the Middle East
96. "M.A.D.I.S.A." Center for Alternative Greeceinformation and study of the Middle East
97. Stop the war coalition – Greece Greece
98. The Greek committee for international detente and peace (EEDYE) Greece
99. Women mutual security Greece
100. World Peace Council Greece

Un article qui fut rédigé juste au moment où Shimon Pérès était sur le point de devenir président d’Israël




Le nouveau président israélien : un criminel de guerre par excellence
Khalid Amayreh 14 juin 2007
Traduit par Fausto Giudice



Pour trop de gens en Occident, le nouveau président israélien Shimon Pérès est un homme d’État respectable et un homme de paix. Mais en vérité Pérès est un raciste repoussant et un criminel de guerre qui a des tonnes de sang innocent sur les mains.

En 1993, Pérès a acquis l’image d’un artisan de la paix pour son rôle dans la mise au point de la Déclaration de principes, plus connue sous le nom d’Accords d’Oslo, avec l’Organisation de libération de la Palestine (OLP).

Cet accord de nature vague, que l’OLP et Israël interprétèrent de manières différentes et même contradictoires, permit à Israël d’imposer sa propre interprétation et en conséquence de renforcer son contrôle sur tous les aspects de la vie des Palestiniens sous l’enseigne trompeuse de la paix.

Et lorsque le défunt leader palestinien Yasser Arafat dit à son peuple au milieu des années 90 que l’Accord d’Oslo pourrait conduire à la création d’un État palestinien avec Jérusalem-Est comme capitale, Pérès eut ce commentaire sournois : “Je ne peux pas poster un garde devant les lèvres d’Arafat.”



Pérès, né Szymon Perski à Vishniova, en Biélorussie, en 1923, a une longue histoire de services rendus à la maléfique entreprise sioniste en Palestine.

Au milieu des années 1950, il a introduit l’armement nucléaire au Moyen-Orient en concluant un accord secret avec le gouvernement français, au terme duquel la France acceptait de livrer à Israël le réacteur de Dimona, dans le but express de développer un arsenal de bombes et d’ogives nucléaires.

L’accord faisait partie d’une entente plus vaste qui incluait l’acquisition par Israël d’avions de guerre Mirages de Dassault, qui furent plus tard utilisés durant l’agression contre les pays arabes en 1967.

Pérès, alors protégé de David Ben Gourion et figure éminente du Mapai, le prédécesseur du Parti travailliste, conspira avec la France et la Grande-Bretagne pour lancer l’invasion tripartite (anglo-franco-israélienne) de l’Égypte, dont le but était de renverser le président égyptien Gamal Abdel Nasser. Cela permit à Israël de lancer une agression ouverte contre l’Égypte et d’occuper la Péninsule du Sinaï.

Suite à l’occupation de la Cisjordanie, Pérès a soutenu avec enthousiasme une campagne hautement agressive menée par des colons talmudiques juifs, le Gush Emunim, pour s’emparer de terres palestiniennes et y installer des colonies de seuls juifs.

Le but de cet accaparement de terres à grande échelle était double : premièrement, de construire une colonie juive à côté de chaque village et chaque ville arabe pour que les colons messianiques puissent harceler les autochtones palestiniens et les pousser à fuir leur terre, et deuxièmement, de créer une situation de fait irréversible en Cisjordanie, afin de rendre impossible à tout futur gouvernement israélien un retrait du territoire occupé.


La criminalité et la cruauté de Pérès ont connu un sommet lorsqu’en 1969, alors qu’il était Premier ministre, il ordonna à l’armée israélienne, la Wehrmacht juive, de bombarder les forces de maintien de la paix de l’ONU dans le village de Qana, auprès desquelles des centaines de civils palestiniens avaient cherché refuge, pour fuir les bombardements indiscriminés par les Israéliens de villages et hameaux du Sud-Liban.

Le bombardement, dans lequel de l’artillerie lourde fut utilisée, tua au moins 101 enfants et femmes et en blessa et mutila beaucoup d’autres.Les écrans de télévision du monde entier, sauf sans doute les médias US sous contrôle sioniste, montrèrent des images atroces, fantasmagoriques d’enfants décapités et d’autres civils innocents coupés en morceaux.

Des fonctionnaires de l’ONU au Sud-Liban témoignèrent solennellement que ce bombardement avait été effectué en toute connaissance de cause et délibérément, étant donné que le site était marqué de manière claire et évidente.

En outre, un rapport plus complet rendu public plus tard par le QG de l’ONU à New York établissait clairement que le “bombardement était un acte délibéré”.

Comme d’habitude, Israël et son gardien-allié, les USA, rejetèrent le rapport, insistant à dire que ces atrocités pornographiques étaient des “dommages collatéraux » et avaient été commises « par erreur ».

Il est intéressant de constater qu’à ce jour, ni “Mister Peace” (Shimon Pérès) ni le gouvernement israélien n’ont présenté d’excuses pour ce massacre.

Loin de s’excuser, l’armée israélienne a en fait commis un autre massacre à Kfar Qana l’année dernière, durant sa campagne génocidaire contre le Liban, qui a vu pleuvoir sur le pays de 3 à 4 millions de bombes à fragmentation (presque chaque jour un enfant, un paysan ou un berger libanais est tué ou mutilé par un de ces projectiles non-explosés).

Durant ces dernières années, Pérès a agi comme un défenseur éloquent mais extrêmement mensonger du comportement de type nazi d’Israël contre les Palestiniens.

Dans ses fréquentes apparitions télévisées, Pérès a défendu chaque crime israélien commis en Cisjordanie, dans la Bande de Gaza et au Sud-Liban.


Pérès, qui a partagé un Prix Nobel de la Paix avec Yitzhak Rabin et Yasser Arafat en 1995, grâce à la dégénérescence morale qui érode notre monde, a défendu le « Mur de séparation » construit sur des terres palestiniennes volées en Cisjordanie.

Il a défendu la politique israélienne d’exécutions extrajudiciaires de militants palestiniens ainsi que la pratique sinistre d’extermination de familles entières de politiciens et de militants de la résistance palestinienne comme les familles Abou Queik et Khail al Hayya (voir mon article “The Jews committed a holocaust against my family”.).



Bien sûr, à la différence d’autres faiseurs de tours et menteurs professionnels sionistes, Pérès a toujours cherché à enrober sa défense du diable dans des phrases sonnant bien, pleines de chagrin et de regrets, qui donnent un visage humain au mal.

Malheureusement, ces trucs vides sans sincérité fonctionnent, surtout avec des présentateurs et des intervieweurs crédules et/ou ignorants, qui vont rarement voir derrière les phrases creuses échangées entre copains, de peur de faire de la peine aux sionistes.

De fait, après chaque atrocité commise contre des enfants palestiniens et libanais, Pérès proclame : “La paix sera à portée de main quand et si les Arabes apprendront à aimer leurs enfants plus qu’ils haïssent les Juifs.”

De tels sophismes sont dans la continuité de la déclaration infâme de Golda Meïr : “Nous les juifs pouvons pardonner aux Arabes de tuer nos enfants, mais nous ne leur pardonnerons pas de nous amener à tuer leurs enfants.”

Bien sûr, tous les criminels et meurtriers de masse cherchent à couvrir leurs crimes.

Les Nazis aussi pouvaient, et l’ont sans doute fait, dire des choses dans ce genre pour justifier leurs actes de génocide.

Cela ne veut rien dire car l’important n’est pas ce que les criminels – que ce soit les Juifs en Cisjordanie ou les Allemands dans le Ghetto de Varsovie en 1944 -, disent, mais ce qu’ils font.


Bref, Pérès, qui est sur le point de devenir président d’Israël, succédant ainsi à Moshé Katsav, chassé par le scandale, n’est rien qu’un sale criminel de guerre et un tueur d’enfants. Le fait qu’il soit reçu de par le monde avec respect et probablement pas mal d’admiration, ne change rien à ce fait.

vendredi 30 janvier 2009

Effacez le nom de mon grand-père...

Effacez le nom de mon grand-père à Yad Vashem
jeudi 29 janvier 2009, par Jean-Moïse Braitberg


Monsieur le Président de l’Etat d’Israël,

Je vous écris pour que vous interveniez auprès de qui de droit afin que l’on retire du Mémorial de Yad Vashem dédié à la mémoire des victimes juives du nazisme, le nom de mon grand-père, Moshe Brajtberg, gazé à Treblinka en 1943, ainsi que ceux des autres membres de ma famille morts en déportation dans différents camps nazis durant la seconde guerre mondiale.

Je vous demande d’accéder à ma demande, monsieur le président, parce que ce qui s’est passé à Gaza, et plus généralement, le sort fait au peuple arabe de Palestine depuis soixante ans, disqualifie à mes yeux Israël comme centre de la mémoire du mal fait aux juifs, et donc à l’humanité tout entière.

Voyez-vous, depuis mon enfance, j’ai vécu dans l’entourage de survivants des camps de la mort.

J’ai vu les numéros tatoués sur les bras, j’ai entendu le récit des tortures ; j’ai su les deuils impossibles et j’ai partagé leurs cauchemars.

Il fallait, m’a-t-on appris, que ces crimes plus jamais ne recommencent ; que plus jamais un homme, fort de son appartenance à une ethnie ou à une religion n’en méprise un autre, ne le bafoue dans ses droits les plus élémentaires qui sont une vie digne dans la sûreté, l’absence d’entraves, et la lumière, si lointaine soit-elle, d’un avenir de sérénité et de prospérité.

Or, monsieur le président, j’observe que malgré plusieurs dizaines de résolutions prises par la communauté internationale, malgré l’évidence criante de l’injustice faite au peuple palestinien depuis 1948, malgré les espoirs nés à Oslo et malgré la reconnaissance du droit des juifs israéliens à vivre dans la paix et la sécurité, maintes fois réaffirmés par l’Autorité palestinienne, les seules réponses apportées par les gouvernements successifs de votre pays ont été la violence, le sang versé, l’enfermement, les contrôles incessants, la colonisation, les spoliations.

Vous me direz, monsieur le président, qu’il est légitime, pour votre pays, de se défendre contre ceux qui lancent des roquettes sur Israël, ou contre les kamikazes qui emportent avec eux de nombreuses vies israéliennes innocentes.

Ce à quoi je vous répondrai que mon sentiment d’humanité ne varie pas selon la citoyenneté des victimes.

Par contre, monsieur le président, vous dirigez les destinées d’un pays qui prétend, non seulement représenter les juifs dans leur ensemble, mais aussi la mémoire de ceux qui furent victimes du nazisme.

C’est cela qui me concerne et m’est insupportable.

En conservant au Mémorial de Yad Vashem, au cœur de l’Etat juif, le nom de mes proches, votre Etat retient prisonnière ma mémoire familiale derrière les barbelés du sionisme pour en faire l’otage d’une soi-disant autorité morale qui commet chaque jour l’abomination qu’est le déni de justice.

Alors, s’il vous plaît, retirez le nom de mon grand-père du sanctuaire dédié à la cruauté faite aux juifs afin qu’il ne justifie plus celle faite aux Palestiniens.

Veuillez agréer, monsieur le président, l’assurance de ma respectueuse considération.

( Le Monde du Jeudi 29 janvier 2009 )

jeudi 29 janvier 2009

LIBAN

Sans les yeux des gens
Sans leur folie
Je n’aurai pas pu te découvrir
T’aimer et t’adorer

De mes pensées
J’ai effacé l’Univers
Pour te garder

Aucune frontière
Me sépare de toi
Je te devine en permanence
Et malgré les jours sombres
Je ne t’ai pas nié
Je ne t’ai pas caché

….

Tu es dans mon cœur
Bien avant que le monde existe
Et si je ne t’avais pas nommé Liban
Je ne t’aurai pas rédigé et chanté


Merci Julia...


DECLARATION DE LA HAUTE COMMISION DE SUIVI DE LA RESISTANCE
La priorité de l’étape actuelle est la levée totale du blocus avec une réouverture de tous les passages permettant ainsi l’afflux des secours et des aides tant sur le plan économique et de la reconstruction que sur celui médical, sanitaire et social








L’ACCALMIE NON RESPECTEE
Mercredi, 28 janvier 2009, à l’aube, les F16 de l’aviation ennemie a bombardé avec au moins quatre missiles la région située au sud de Rafah, près des frontières avec l'Égypte
Les quartiers visés furent Al Salam et Al Abed Jabr











LA RESISTANCE FRAPPE LA OU IL FAUT ET QUAND IL LE FAUT
Dans la matinée de mardi, 27 janvier 2009, la Résistance a fait exploser une forte charge sous un véhicule militaire sioniste, à proximité du poste militaire de Kissoufim situé à l'est de Deir Al Balah. Un soldat sioniste fut ainsi tué et plusieurs autres, blessés







A PROPOS DE LA FREGATE...EST-CE POUR LE GAZ ?
Quoi qu’ils fassent, nous ne renoncerons jamais à notre souveraineté sur nos richesses



GUERRE ET GAZ NATUREL
Invasion israélienne et gisements gaziers au large de Gaza
Global Research, Michel Chossudovsky, 8 janvier 2009
lundi 12 janvier 2009, par Comité Valmy


L’invasion militaire de la Bande de Gaza par les forces israéliennes, est en relation directe avec le contrôle et la possession de réserves stratégiques de gaz offshore


Il s’agit d’une guerre de conquête


Découvertes en 2000, d´immenses réserves de gaz gisent au large de la côte de Gaza






Des droits d´exploitation gazière et pétrolière de 25 ans, signés en novembre 1999 avec l’Autorité Palestinienne (PA), ont été accordés à British Gas (BG Group) et à son partenaire d´Athènes, Consolidated Contractors International Company (CCC), propriété du Liban et de la famille Sabbagh Koury.

Les droits sur le gaz offshore se montent respectivement à 60 pour cent pour BG, 30 pour cent pour CCC, et 10 pour cent pour le Fonds d’investissement de l’Autorité Palestinienne (Haaretz, 21 octobre 2007).

L´accord PA-BG-CCC inclue l´aménagement des gisements et la construction d’un gazoduc. (Middle East Economic Digest, 5 janvier 2001).

La licence de BG couvre la totalité de la zone maritime au large de Gaza, laquelle est contiguë à plusieurs installations gazières offshore israéliennes. (Voir la carte ci-dessous). Il convient de noter que 60 pour cent des réserves gazières le long de la côte de Gaza et d´Israël appartiennent à la Palestine.

BG Group a foré deux puits en 2000 : Gaza Marine-1 et Gaza Marine-2. British Gas estime que les réserves sont de l’ordre de 1,4 billions de pieds cubes (plus de 39 milliards de m3), évaluées à environ 4 milliards de dollars. Ce sont les chiffres publiés par British Gas. La taille des réserves de gaz palestiniennes pourraient être bien plus importantes.






Qui est propriétaire des gisements gaziers

La question de la souveraineté sur les gisements gaziers de Gaza est cruciale. Du point de vue juridique, les réserves de gaz appartiennent à la Palestine.

La mort de Yasser Arafat, l’élection du Hamas au gouvernement et la débâcle de l’Autorité Palestinienne ont permis à Israël d’établir un contrôle de facto sur les réserves de gaz offshore de Gaza.

British Gas (BG Group) a eu à traiter avec le gouvernement de Tel-Aviv. De son côté, le gouvernement du Hamas a été court-circuité en ce qui concerne l’exploration et la reconnaissance des droits sur les gisements gaziers.

L’élection du Premier Ministre Ariel Sharon en 2001 fut un tournant majeur. La souveraineté de la Palestine sur les gisements de gaz offshore fut contestée à la Cour Suprême israélienne. Sharon déclara sans ambiguïté qu´« Israël n’achèterait jamais de gaz à la Palestine, » laissant entendre que les réserves gazières au large de Gaza appartiennent à Israël.

En 2003, Ariel Sharon opposa son veto à un premier accord, qui aurait permis à British Gas d´alimenter Israël en gaz naturel des réserves offshore de Gaza. (The Independent, 19 août 2003).

La victoire électorale du Hamas en 2006 a favorisé la fin de l’Autorité Palestinienne, qui est devenue confinée à la Cisjordanie, sous mandat du régime de Mahmoud Abbas.

En 2006, British Gas « a été à deux doigts de signer un accord de pompage de gaz pour l’Égypte. » (Times, 28 mai 2007). Selon les rapports, le Premier Ministre britannique Tony Blair est intervenu pour le compte d’Israël pour faire capoter l’accord avec l’Égypte.

L’année suivante, en mai 2007, le Cabinet israélien a approuvé une proposition du Premier Ministre Ehud Olmert, « d’acheter du gaz à l’Autorité Palestinienne. » Le contrat proposé était de 4 milliards de dollars, avec des bénéfices de l’ordre de 2 milliards de dollars, dont un milliard pour les Palestiniens.

Toutefois, Tel-Aviv n’avait pas l’intention de partager les revenus avec la Palestine. Une équipe de négociateurs israéliens a été constituée par le Cabinet israélien pour arriver à un accord avec le BG Group en court-circuitant à la fois le gouvernement du Hamas et l’Autorité Palestinienne :
Les autorités de la défense israéliennes veulent que les Palestiniens soient payées en biens et en services, et insistent sur le fait qu´aucun argent ne doit aller au gouvernement contrôlé par le Hamas. (Ibid).

L’objectif était avant tout de rendre caduc le contrat signé en 1999 sous Yasser Arafat entre BG Group et l’Autorité Palestinienne.

Dans le cadre de l´accord avec BG proposé en 2007, le gaz palestinien des réserves au large de Gaza devait être acheminé par un gazoduc sous-marin vers le port israélien d’Ashkelon, transférant de cette façon le contrôle sur la vente du gaz naturel à Israël.


L’accord a échoué. Les négociations ont été suspendues
Meir Dagan, le chef du Mossad, s´est opposé à l’opération pour raison sécuritaire, prétextant que cela pourrait financer le terrorisme (Membre de la Knesset Gilad Erdan, allocution à la Knesset sur « L’intention du Vice-Premier Ministre Ehud Olmert d’acheter du gaz aux Palestiniens alors que le paiement servira le Hamas, » 1er mars 2006, cité dans l´article du lieutenant-général (à la retraite) Moshe Yaalon, Does the Prospective Purchase of British Gas from Gaza’s Coastal Waters Threaten Israel’s National Security ? (Jerusalem Center for Public Affairs, octobre 2007)
L’intention d´Israël était d’empêcher que de possibles redevances soient payées aux Palestiniens. En décembre 2007, Le BG Group s´est a retiré des négociations avec Israël, et, en Janvier 2008, il a fermé son bureau en Israël. (site Internet de BG).


Le plan d’invasion à l´étude
Selon des sources militaires israéliennes, le projet d’invasion de Gaza dans le cadre de l’« Opération Cast Lead » a été mis en branle en juin 2008 :
Des sources dans le personnel de la défense ont déclaré que le Ministre de la Défense Ehud Barak a chargé les Forces de la Défense Israéliennes de se préparer à l’opération il y a plus de six mois [juin ou avant juin], bien qu´Israël ait commencé à négocier un accord de cessez-le-feu avec le Hamas. (Barak Ravid, Operation "Cast Lead" : Israeli Air Force strike followed months of planning, 27 décembre 2008).

Ce même mois, les autorités israéliennes ont pris contact avec British Gas, dans le but de reprendre des négociations cruciales sur l’achat du gaz naturel de Gaza :
À la fois le directeur général du Ministère des Finances, Yarom Ariav, et le directeur général du Ministère des Infrastructures Nationales, Hezi Kugler, ont convenu d´informer BG du souhait d’Israël de renouer les pourparlers.

Les sources ont rajouté que BG n’a pas encore officiellement répondu à la demande d’Israël, mais que des cadres de l’entreprise pourraient sans doute aller quelques semaines en Israël pour des conversations avec certains fonctionnaires du gouvernement. (Globes online-Israel’s Business Arena, 23 juin 2008)

La décision d’accélérer les négociations avec British Gas (BG Group) coïncidait chronologiquement à la planification de l’invasion de Gaza, amorcée en juin. Il semblerait qu´Israël était soucieux de parvenir à une entente avec BG Group avant l’invasion, qui était déjà à un stade de préparation avancée.

Et qui plus est, ces négociations avec British Gas ont été conduites par le gouvernement Ehud Olmert qui savait que l´invasion militaire était à l´étude. Selon toute vraisemblance, un nouvel arrangement politico-territorial « d’après-guerre » a aussi été envisagée par le gouvernement israélien pour la Bande de Gaza.

En fait, les négociations entre British Gas et les responsables israéliens étaient en cours en octobre 2008, 2 à 3 mois avant le début des bombardements du 27 décembre.

En novembre 2008, le Ministère israélien des Finances et le Ministère chargé des Infrastructures Nationales ont ordonné à Israel Electric Corporation (IEC) d´engager des négociations avec British Gas, pour l’achat de gaz naturel provenant de la concession de BG au large de Gaza. (Globes, 13 novembre 2008).

Yarom Ariav, directeur général du Ministère des Finances, et Hezi Kugler, directeur général du Ministère des Infrastructures Nationales, ont écrit récemment à Amos Lasker, chef de la direction d´IEC, l’informant de la décision du gouvernement de permettre aux négociations d’aller de l’avant, conformément à la proposition cadre approuvée plus tôt cette année.

Il y a quelques semaines, le conseil d´administration d´IEC, dirigé par le président Moti Friedman, a approuvé les principes de la proposition cadre. Les pourparlers avec BG Group commenceront dès que le conseil d´administration approuvera l’exemption pour l´offre. (Globes, 13 novembre 2008)


Gaza et la géopolitique de l’énergie
L’occupation militaire de Gaza a pour but de transférer la souveraineté des gisements gaziers à Israël, en violation du droit international.

À quoi pouvons-nous nous attendre suite à l’invasion ?

Quelle est l’intention d’Israël en ce qui concerne le gaz naturel de la Palestine ?

Un nouvel arrangement territorial, avec le stationnement de troupes israéliennes et/ou la présence de « forces de maintien de la paix » ?

La militarisation de la totalité du littoral de Gaza, lequel est stratégique pour Israël ?

La confiscation pure et simple des gisements gaziers palestiniens et la déclaration unilatérale de la souveraineté israélienne sur les zones maritimes de la bande de Gaza ?

Si cela devait arriver, les gisements gaziers de Gaza seraient intégrées aux installations offshore d’Israël, qui sont adjacentes. (Voir la carte 1 ci-dessus).

Ces diverses installations offshore sont aussi reliées au couloir de transport énergétique d´Israël, qui se prolonge jusqu´au port d’Eilat, le port maritime terminal de l´oléoduc sur la Mer Rouge, au terminal du pipeline à Ashkelon, vers Haïfa au nord, et se rattachant éventuellement grâce à un pipeline israélo-turc en projet au port turc de Ceyhan.

Ceyhan est le terminal du pipeline Trans-Caspien Bakou, Tbilissi Ceyhan (BTC). « Ce qui est envisagé, c´est de relier le pipeline BTC au pipeline Trans-Israel Eilat-Ashkelon, aussi connu sous le nom d’Israel´s Tipline. » (Voir Michel Chossudovsky, The War on Lebanon and the Battle for Oil, Global Research, 23 juillet 2006).



Original : www.globalresearch.ca/index.php ?context=va&aid=11680 Traduction libre de Pétrus Lombard pour Alter Info
Alter Info l’Information Alternative

mercredi 28 janvier 2009

Louis Michel......ras-le-bol






Aux propos de Monsieur Louis Michel, Commissaire Européen, déclarant je cite : « Pour l’opinion publique européenne, il y a un ras-le-bol de voir que nous payons à plusieurs reprises, soit à la Commission, soit les Etats membres, soit les grands donateurs, pour des infrastructures qui seront systématiquement détruites »…et plus loin, s’en prenant à la Résistance, lui faisant porter la responsabilité écrasante dans la guerre qui a ravagé Gaza, et la qualifiant d’un mouvement terroriste qu’il faut dénoncer comme tel, notre Résistance ne souhaite pas répondre car de tels propos furent déjà tenus à l’époque où le régime pétainiste se plaignait de la Résistance Française, lui faisait porter la responsabilité écrasante dans la guerre qui ravageait la France…et la qualifiait de mouvement terroriste.




Cependant, la Résistance interpelle la conscience des peuples d’Europe en leur demandant de faire pression sur leurs gouvernements afin que l’entité sioniste, seul responsable des destructions, dédommage le Peuple de Gaza.




Si ras-le-bol il y a, c’est dans les actes barbares perpétrés par l’entité sioniste à l’encontre des deux peuples palestiniens et libanais, jusqu’à brûler la chair et briser les os de nos enfants…




Si ras-le-bol il y a, c’est dans cette complicité des dirigeants européens avec cette entité qui, par ses actes, dévoile chaque jour son vrai visage néo nazi




Si ras-le-bol il y a, c’est dans cette réalité vécue aujourd’hui, 28 janvier 2009, par notre Peuple et dont un des fragments est exprimé par cette photo :



Les places vides d’une classe dont les occupants, parmi les quatre cent dix enfants tombés martyrs, ne sont plus là



Raymond RICHA
28 janvier 2009


dimanche 25 janvier 2009





Après son silence ferme durant l'holocauste perpétré à Gaza
la France envoie une frégate sous prétexte de lutter contre la contrebande d'armes



24/01/2009 - 13:18

Gaza - CPI

L'Elysée a déclaré, vendredi 23 janvier 2009, que la France a décidé de déployer « immédiatement », l'une de ses frégates vers les eaux internationales, le long des eaux maritimes de Gaza, en prétendant sa coopération avec l'Egypte et l'Occupation Israélienne pour lutter contre la soi-disant contrebande d'armes.

Lors d'un communiqué de la présidence Française, le président Nicolas Sarkozy a demandé ce déploiement au ministre des Affaires étrangères et de la Défense, Bernard Kouchner et Hervé Morin, de participer à des actions urgentes pour faire face au trafic d'armes, vers Gaza.

Pour sa part, le capitaine du vaisseau, Christophe Prazuck, de l'état-major, a précisé que la frégate va agir à la manière d'une " tour de contrôle maritime qui va détecter tous les bateaux à la portée de ses radars, en permettant de poursuivre leurs mouvements, dans des dizaines de kilomètres sur les eaux maritimes ".

Des habitants de Gaza ont protesté en déclarant, je cite : " L'urgent est de consolider l'enchaînement des aides humanitaires et de sauver la population de Gaza qui vit actuellement une catastrophe humanitaire désastreuse à tous les niveaux, notamment le sanitaire, social, économique et d'environnement, après l'holocauste sioniste contre des civils innocents dont des enfants et des femmes. "

Des sources palestiniennes dans la Bande de Gaza ont proclamé, je cite :

" Où était l'Elysée durant les 22 jours d'agressions sauvages de l'armée terroriste sioniste qui a exterminé plus de 1300 palestiniens et a blessé plus de 5450 d'autres dont la moitié sont des enfant et des femmes ?



Pourquoi la France n'a pas agi d'une manière immédiate, pour arrêter les massacres ?


Sans doute les dirigeants français pensent que notre peuple ne méritait pas une telle intervention mettant immédiatement un terme à l’holocauste.


Pourquoi la France n’a-t-elle pas réagi pendant que l’aviation, l'artillerie et les navires de l'occupation israélienne bombardaient Gaza, avec des milliers de tonnes d'armes lourdes, prohibées et à destruction massive, en visant des sièges onusiens, des établissements et des organismes de la société civile, des dizaines de mosquées, des associations de bienfaisance, des écoles et des universités ? "



Ceci dit, aujourd’hui, pendant que cette frégate s’apprête pour sa mission " humanitaire ", le blocus imposé sur Gaza depuis plus de deux ans est toujours de vigueur.


A SARKOZY, KOUCHNER ET LEUR CLIQUE NOUS DECLARONS HAUT ET FORT :

Qu'on assassine sauvagement nos enfants, qu'on détruise nos maisons et nos oliviers, qu'on nous humilie à chaque fois qu'on doit sortir de chez nous, qu'on nous coupe l'eau et l'électricité, qu’on nous prive de médicaments et de la nourriture, qu’on interdise les armes pour nous défendre et...nous deviendrons tous des Hamas en puissance !!!!

Vos frégates et même votre armada ne nous empêcheront pas
de répéter cette célèbre phrase :

" Soyons fermes, purs et fidèles ; au bout de nos peines,
il y a la plus grande gloire du monde, celle des hommes qui n'ont pas cédé."
Charles de Gaulle - 14 juillet 1943

mardi 20 janvier 2009

FLASH ET...

La victoire de la Résistance implicitement reconnue par Israël et l'Europe :

Le Likoud reconnaît qu’Israël n’a pas atteint ses objectifs et appelle à la poursuite de l’agression

Mobilisation de l'Europe pour empêcher tout soutien militaire à la Résistance


*********


Le sommet du Koweït, oui mais après…?

Oui pour une réconciliation des dirigeants arabes, mais est-ce suffisant ? :
Quoi, Comment et Quand pour soutenir Gaza la Résistance ?

La crainte est que cette logique de réconciliation ne soit qu’un moyen de contenir et d’étouffer le gigantesque mouvement populaire arabe qui exige :

1- Le retrait total de l’envahisseur de la Bande de Gaza

2- La levée totale du blocus

3- L’aide humanitaire et à la reconstruction

4- La rupture de la moindre relation avec l’ennemi

5- Le soutien, à tous les niveaux, à la Résistance


Peur du Tsunami ou une page tournée ?
Seule réponse :
nos peuples devront maintenir la pression jusqu'à la satisfaction des 5 points précités

*********

L’Europe des Sarkozy : Aucune aide à la reconstruction de Gaza tant que la Résistance contrôle la Bande de Gaza

*********

La Résistance rappelle son ultimatum : vous avez une semaine pour vous retirer de Gaza
Ehud Olmert : Israël, se dépêche à retirer ses troupes de Gaza




dimanche 18 janvier 2009

Déclaration de la Résistance suite au discours d’Ehud Olmert

La Résistance n’est nullement concernée par le cessez-le-feu unilatéral annoncé par l’Entité Sioniste et poursuivra son combat jusqu’à :

1- le retrait total et sans conditions des troupes de l’Occupation sioniste de la bande de Gaza

2- la levée totale et sans conditions du blocus

La Résistance poursuivra le combat jusqu’au départ de notre sol du dernier soldat de l’Occupation et la levée totale du blocus

samedi 17 janvier 2009

Une Troïka au secours des néo nazis israéliens...

Le Premier ministre britannique Gordon Brown a déclaré samedi, 17 janvier 2008, que Londres avait proposé de fournir des moyens navals pour la lutte contre le trafic d'armes à destination de la Bande de Gaza, dans le cadre d'un éventuel cessez-le-feu. La France et l'Allemagne ont avancé des offres similaires, a-t-il ajouté….

Et voilà que la troïka de l’Europe solidaire des dirigeants néo nazis israéliens qui s’agite à nouveau.


Sachez aussi qu’un des points forts de l’entente américano-israélienne prévoit une zone de surveillance englobant pratiquement toute la région moyen-orientale, avec le concours des forces de l’OTAN et de la Collaboration Arabe, ceci pour empêcher tout soutien militaire à la Résistance Palestinienne.


Le pire est que leur armada et leur aviation de reconnaissance utiliseront en permanence les bases militaires américaines implantées sur le sol arabe, et de surcroît, leur aviation violera en permanence les espaces aériens des pays limitrophes à Gaza, comme l’Egypte par exemple.

QUATRE EN UNE...





1, 2, 3, 4

Une suite mathématique ferme et indivisible

1- arrêt immédiat des bombardements

2- retrait total de l’envahisseur de Gaza

3- levée totale du blocus

4- un président résistant et un gouvernement résistant pour Gaza et la Cisjordanie

RESISTANCE...RESISTANCE




LE TEMPS EST VENU POUR FAIRE EMERGER SUR LE SOL DE GAZA ET DE CISJORDANIE :


UN PRESIDENT RESISTANT
ET
UN SEUL GOUVERNEMENT RESISTANT





AUX DIRIGEANTS ARABES NOUS CRIONS HAUT ET FORT :


LE TEMPS EST VENU
POUR
LA FERMETURE DES VANNES DE L'OR NOIR

jeudi 15 janvier 2009

15 JANVIER 2009

LA RESISTANCE VIENT DE DECLARER :
LE MINIMUM REQUIS POUR UN CESSEZ-LE-FEU EST :
1- L'ARRET IMMEDIAT DES BOMBARDEMENTS
2- LE RETRAIT IMMEDIAT DE L'ARMEE ISRAELIENNE DE TOUT LE TERRITOIRE DE GAZA
3- LA LEVEE TOTALE ET IMMEDIATE DU BLOCUS SUR GAZA
ELLE POURSUIT EN DECLARANT QUE L'INDEMNISATION DU PEUPLE DE GAZA EST UNE EXIGENCE QUI DEVRA DORENAVANT SE POSER

Où sont-ils les Kouchner, champions des Droits de l'Homme ?

Où sont-ils les Sarkozy qui pas plus qu'hier décrétaient la lecture de la lettre du jeune résistant Guy Môquet dans toutes les écoles ?

Où sont-ils les Aubry et les Royal qui se gargarisent avec leurs discours sur la Démocratie, la Justice Sociale, la Paix dans le monde et la solidarité internationale ?

GAZA - 1.500.000 habitants

1033 tués dont plus de 335 enfants, 95 femmes et 108 personnes à mobilité réduite
4850 blessés dont 50% d'enfants et de femmes

Cette réalité rapportée à l'échelle de la France se traduit par :

41320 tués dont plus de 13400 enfants, 3800 femmes et 4320 personnes à mobilité réduite
194000 blessés dont 50% d'enfants et de femmes

LEUR SEULE REPONSE A L'HOLOCAUSTE DE GAZA :

SILENCE ET INERTIE

COMPLICITE AVEC L'ETAT D'ISRAEL

DESINFORMATION ET PROPAGANDE MENSONGERE A TRAVERS LES MEDIAS QUI LEUR SONT SOUMIS

LA SEULE REPONSE A LEUR DONNER :

SOLIDARITE AVEC LE PEUPLE DE GAZA ET SA RESISTANCE DANS TOUTES SES FORMES, MATERIELLE, HUMANITAIRE ET POLITIQUE

EXIGER LA RUPTURE DE TOUTES LES RELATIONS, ECONOMIQUE COMPRISE, AVEC L'ETAT D'ISRAEL

BOYCOTT ECONOMIQUE DE L'ETAT D'ISRAEL ET DE TOUTES LES ENTREPRISES ET SOCIETES IMPLANTEES SUR NOTRE SOL ET FINANCANT LA MACHINE MILITAIRE ISRAELIENNE

PLUS AUCUNE VOIX POUR EUX AUX PROCHAINES ECHEANCES ELECTORALES A TOUS LES NIVEAUX ET AUX PROCHAINES SUFFRAGES UNIVERSELLES

CE SONT LA LES MOTS D'ORDRE DE NOTRE FRANCE, CELLE DE GUY MOQUET, DE JEAN MOULIN ET DE LUCIE AUBRAC


PREMIERE VICTOIRE DE LA RESISTANCE




Ils tremblent sur leurs trônes respectifs ; ils tremblent car le tsunami populaire et résistant de la Nation Arabe grandit, prend de plus en plus de l’ampleur et par ses amplitudes commence à ébranler l’ordre établi depuis plus d’un demi siècle.


Le catalyseur de ce puissant tsunami qui n’est qu’à son début fut Gaza la belle et rebelle, Gaza la résistante.


Pour eux, il n’y a plus de temps à perdre ; chaque seconde perdue comptabilise le temps qui les sépare de cet ultime rendez-vous avec l’Histoire qui témoigne déjà de la faillite des régimes prônant l’abandon national et la Collaboration, mais aussi qui annonce leur inéluctable chute.


Le chaos les bouscule au point que leurs boussoles ne servent plus qu’à être exposées dans les musées ; il les poursuit jusqu’à dans leur sommeil à peine perturbé par l’évènement qui marquera notre XXIème Siècle : l’holocauste du Peuple de Gaza.


Voulant contenir la colère de leurs peuples respectifs, ils décident alors de multiplier leurs sommets et leurs rencontres : trois sommets sont déjà prévus avec pour seul objectif, le maintien de l’ordre établi et sa terrible conséquence, la Collaboration.


Nos peuples ne sont plus dupes et savent à l’avance qu’aucun de ces sommets ne décrétera la fermeture des vannes qui arrosent en or noir l’Occident et, de par là, l’aviation qui faucha plus de quatre cent enfants et qui assassina plus de mille âmes.
Aucun d’eux ne prendra la décision de rompre avec la logique de collaboration ni même osera décréter la rupture des relations diplomatiques, comme l’ont déjà faite le Venezuela et la Bolivie.


L’Histoire est en marche et ne s’arrêtera pas aux frontières de la Bande de Gaza car elle est le mouvement à la fois résistant et révolutionnaire qui sans cesse amplifiera ce tsunami jusqu’au démantèlement de l’entité sioniste et l’écroulement des régimes collaborateurs.


GAZA LA RESISTANCE DEVRA ETRE FIERE DE SA PREMIERE VICTOIRE

Le 15 Janvier 2009
Raymond RICHA

mercredi 14 janvier 2009

quelle qu'en soit l'issue, la Résistance vaincra...

Extrait de Israël-Gaza : Combien de divisions
AVNERI Uri
10 janvier 2008


Un crime effroyable a été commis à Leningrad, il y a soixante dix ans, pendant la seconde guerre mondiale. Pendant plus de mille jours, un groupe terroriste, « l’armée rouge » a tenu en otage des millions d’habitants de la ville et a provoqué la réplique de la Wermacht allemande contre des lieux où se trouvait la population. Les allemands n’ont pas eu d’autre choix que de bombarder et de pilonner la population et d’imposer un blocus total, qui a causé la mort de centaines de milliers de personnes.


Quelque temps auparavant, le même crime a été commis en Angleterre. Le groupe Churchill s’est caché parmi la population de Londres, utilisant des millions de citoyens comme des boucliers humains. Les allemands ont du envoyer leur aviation, la Luftwaffe, et , à leur corps défendant, ont réduit la cité en cendres. Ils ont appelé cette opération « le Blitz ».


Voilà ce qu’on aurait pu lire dans les livres d’histoire si les allemands avaient gagné la guerre.


C’est absurde ? Pas plus que ce que nos medias écrivent jour après jour, répétant jusqu’à la nausée : les terroristes du Hamas ont pris les habitants de Gaza en otages et se servent des femmes et des enfants comme de boucliers humains, ne nous laissant pas d’autre choix que de lancer des bombardements massifs, lors desquels, à notre grande tristesse, des milliers de femmes, d’enfants et d’hommes sans armes sont tués et blessés.


Dans cette guerre, comme dans toutes les guerres modernes, la propagande joue un rôle primordial. La disparité entre les forces, entre l’armée israélienne – avec ses avions, ses vedettes, ses drones, ses bateaux de guerre, son artillerie, ses tanks – et les quelques milliers de combattants du Hamas dotés d’armes légères, est de l’ordre de 1 pour 1000, voire de 1 pour 1000000. Sur le plan politique l’écart est peut-être encore plus grand. Mais, pour ce qui est de la propagande, il est presque infini.


Presque tous les medias occidentaux ont d’abord répété la ligne officielle de la propagande israélienne. Ils ont presque entièrement ignoré le versant palestinien de l’histoire, sans parler des manifestations quotidiennes du camp de la paix israélien. Le discours du gouvernement israélien (« un état doit défendre ses citoyens contre les missiles qassams ») a été accepté comme la vérité vraie. Le point de vue de l’autre camp, que les qassams n’étaient que la réponse au siège qui affamait un million et demi d’habitants de la Bande de Gaza, n’était mentionné nulle part.


Ce ne fut qu’au moment où les images d’horreur venant de Gaza commencèrent à apparaître sur les écrans occidentaux que l’opinion publique mondiale se mit à changer. A dire vrai, les télévisions en Israël et en Occident ne montrèrent qu’au compte goutte les évènements effroyables qu’Aljazeera, la chaîne arabe, diffusait 24 heures sur 24, mais la photo d’un enfant mort dans les bras de son père terrifié a plus de pouvoir de conviction qu’un millier de belles phrases sortant de la bouche du porte- parole de l’armée israélienne. Et finalement, ce fut décisif.


La guerre – toute guerre – est faite de mensonges. Qu’on l’appelle propagande, ou guerre psychologique, on accepte qu’un pays en guerre ait le droit de mentir. Quiconque parle vrai peut-être considéré comme un traître.
Le problème est que la propagande convainc d’abord le propagandiste. Et quand l’on s’est convaincu que le mensonge est la vérité et la falsification la réalité, on ne peut plus prendre de décision rationnelle.


Prenons l’exemple de l’atrocité la plus choquante de cette guerre, du moins jusqu’à aujourd’hui : le bombardement de l’école de l’ONU de Fakhura, dans le camp de réfugiés de Jabaliya.


Dès que le monde a connu cet incident, l’armée a « révélé » que les combattants du Hamas avaient lancé des obus de mortier à partir d’une position proche de l’entrée de l’école. Pour preuve, ils ont produit une photo aérienne qui montrait, en effet, l’école et le mortier. Mais il n’a pas fallu longtemps pour que le menteur officiel de l’armée admette que la photo datait d’un an au moins. Bref, une falsification.


Le menteur officiel déclara ensuite que « nos soldats avaient subi des tirs qui venaient de l’intérieur de l’école ». Un jour passa avant que l’armée ne doive admettre devant le personnel de l’ONU que c’était un autre mensonge. Personne n’avait tiré depuis l’école, il n’y avait pas de combattants du Hamas mais des réfugiés terrifiés.


Mais, cet aveu fit difficilement la différence. Le public israélien, pendant ce temps, fut totalement convaincu qu’ « ils avaient tiré depuis l’intérieur de l’école », et les journalistes de la télévision firent comme si c’était un fait acquis.


Il en fut de même pour les autres atrocités. Tout bébé fut métamorphosé, par sa mort, en terroriste du Hamas. Toute mosquée bombardée devint une base du Hamas, tout appartement une cache d’armes, toute école un poste de commandement, tout bâtiment public « un symbole du pouvoir du Hamas ». Ainsi l’armée d’Israël préserva la pureté de « l’armée la plus morale du monde ».


La vérité est que les atrocités sont le résultat direct du plan de guerre. Elles reflètent la personnalité d’Ehud Barak, un homme dont la façon de penser et les actes ressortent à l’évidence de ce qu’on appelle « un désordre moral », un trouble sociopathique.


Le but réel (si l’on exclut le gain de sièges lors des prochaines élections) est d’en finir avec la domination du Hamas sur la Bande de Gaza. Dans l’imagination des concepteurs, le Hamas est un envahisseur qui s’est emparé d’un pays étranger. La réalité, bien sûr, est tout à fait autre.


Le mouvement Hamas a remporté la majorité des votes lors d’élections éminemment démocratiques qui ont eu lieu en Cisjordanie, à Jérusalem Est, et dans la Bande de Gaza. Il a gagné parce que les Palestiniens sont arrivés à la conclusion que la stratégie pacifiste du Fatah n’avait permis d’obtenir rien de tangible d’Israël – ni un gel de la colonisation, ni la libération des prisonniers, ni aucun pas significatif vers la fin de l’occupation et la création d’un état palestinien….


Pour la population, les combattants du Hamas ne sont pas un corps étranger, mais les enfants de chaque famille de la Bande et d’autres régions de Palestine. Ils ne se “cachent pas dans la population”, mais la population les voit comme ses seuls défenseurs.


Ainsi, toute l’opération est basée sur des présomptions fausses. Faire de sa vie un enfer n’amène pas la population à se lever contre le Hamas, mais au contraire, la rassemble derrière lui, et renforce sa détermination à ne pas se rendre. La population de Leningrad ne se leva pas contre Staline, pas plus que les Londoniens ne se levèrent contre Churchill.


Celui qui a donné l’ordre de mener une telle guerre, avec de telles méthodes dans une zone si densément peuplée, savait qu’il allait provoquer le massacre épouvantable de civils. Apparemment ça ne lui faisait ni chaud ni froid. Ou, croyait-il, “ ils changeront leurs manières” et “ cela leur fera prendre conscience”, et dans le futur, ils ne résisteront pas à Israël.


La priorité des priorités pour les concepteurs était d’obtenir qu’il y ait le moins de morts possibles parmi les soldats, compte tenu du fait qu’une large partie de l’opinion favorable à la guerre pourraient changer d’avis si elle savait qu’il y avait des pertes. C’est ce qui est arrivé lors des deux guerres du Liban.


Ces considérations ont d’autant plus joué, que la guerre est une pièce maîtresse de la campagne électorale. Ehud Barak, que les sondages donnaient vainqueurs aux premiers jours de la guerre, savait très bien que ses pourcentages pourraient s’effondrer si les écrans se remplissaient de soldats morts.


Donc on a appliqué une nouvelle doctrine : éviter les pertes parmi nos soldats par la destruction totale de toute chose sur leur route. Les concepteurs étaient prêts à tuer non pas 80 palestiniens pour sauver un soldat israélien, mais 800. Eviter les morts de notre coté est l’ordre suprême, qui cause dans l’autre camp un nombre record de morts de civils.


Cela veut dire la décision consciente d’une guerre particulièrement cruelle – ce qui a été le talon d’Achille.


Une personne dépourvue d’imagination comme Barak (son slogan électoral : “Pas un type bien, mais un chef”) ne peut imaginer comment les gens qui ont une conscience partout dans le monde réagissent à des actes comme le massacre de toute une grande famille, la destruction de maisons sur la tête de ceux qui les habitent, les files de garçons et de filles dans leurs linceuls blancs attendant qu’on les enterre, les récits de la mort de gens vidés de leur sang parce que les ambulances ne peuvent arriver jusqu’à eux, la mort de personnels de santé et médecins allant sauver des vies, l’assassinat de chauffeurs de l’ONU lors du transport de vivres. Les photos des hôpitaux, avec les morts, les mourants et les blessés étendus par terre, emmêlés par manque de place ont choqué le monde. Aucun argument n’a la force de l’image d’une petite fille blessée étendue au sol, se tordant de douleur et hurlant “maman, maman !”.


Les concepteurs pensaient qu’ils pouvaient empêcher le monde de voir ça en en interdisant de force la couverture par la presse. Les journalistes israéliens, pour leur grande honte, ont accepté de se contenter des rapports et des photos fournies par le porte parole de l’armée, comme s’il s’agissait d’informations authentiques, tout en restant eux-mêmes à des kilomètres des évènements en cours.


La presse étrangère aussi ne fut pas autorisée à pénétrer à Gaza, jusqu’à ce qu’à force de protestations, les journalistes aient droit à de petites excursions par groupe sélectionnés et contrôlés.


Mais dans la guerre moderne, une telle conception aseptisée ne peut en exclure complètement d’autres – il y avait des caméras dans la Bande, au cœur de l’enfer, incontrôlables. Aljazeera a filmé à toute heure et a été vue dans toutes les maisons.


La bataille des écrans est une des batailles décisives de la guerre.


Des centaines de millions d’arabes, de la Mauritanie jusqu’en Iraq, plus d’un milliard de musulmans du Nigéria jusqu’en Indonésie, voient ces images et sont horrifiés. Cela a un impact énorme sur la guerre. Beaucoup de ceux qui voient ça considèrent les dirigeants de l’Egypte, de la Jordanie et de l’Autorité Palestinienne comme des collaborateurs d’Israël qui perpètre ces atrocités contre leurs frères Palestiniens.


Les services de sécurité des régimes arabes ont enregistré une fermentation dangereuse dans leurs peuples. Hosny Moubarak, le leader arabe le plus menacé à cause de la fermeture du Passage de Rafah devant des réfugies terrorisés, commence à faire pression sur les décideurs à Washington, qui jusqu’à lors avaient toujours bloqué les appels à un cessez-le-feu. Ceux ci commencent à comprendre la menace qui pèse sur les intérêts vitaux américains dans le monde arabe et changent soudainement d’attitude – à la consternation des diplomates israéliens auto satisfaits.


Les gens qui ont des troubles du sens moral ne peuvent comprendre les motivations des gens normaux et doivent deviner leurs réactions. “Le pape, combien de divisions” se moquait Staline. “Les gens qui ont une conscience, combien de divisions ? “ pourrait bien se demander Barak.


A l’évidence, plusieurs. Pas énormément. Pas très réactives. Pas très fortes ni très organisées. Mais, quand les atrocités gonflent le nombre de protestataires et qu’ils se regroupent, cela peut décider du sort de la guerre.


Le manque à comprendre la nature du Hamas a entraîné le manque à comprendre les résultats pourtant prédictibles. Non seulement Israël ne peut pas gagner la guerre, mais le Hamas ne peut pas la perdre.


Même si l’armée israélienne pouvait réussir à tuer tous les combattants du Hamas jusqu’au dernier, le Hamas gagnerait pourtant. Les combattants du Hamas seraient des exemples pour la nation arabe, les héros du Peuple Palestinien, des modèles qui provoqueraient l’émulation pour chaque jeune du monde arabe. La Cisjordanie tomberait entre les mains du Hamas comme un fruit mur. Le Fatah sombrerait dans une mer de mépris, les régimes arabes seraient menacés d’effondrement.


Si la guerre se termine avec un Hamas toujours debout, exsangue mais invaincu, face à la toute puissante machine de guerre israélienne, cela sera une victoire fantastique, une victoire de l’esprit sur la matière.


Ce qui marquera la conscience du monde sera l’image d’un monstre assoiffé de sang, Israël, toujours prêt à commettre des crimes de guerre et incapable d’être retenu par quelque considération morale que ce soit. Ceci aura des conséquences graves sur notre avenir à long terme, notre place dans le monde, notre chance de faire la paix et d’obtenir le calme.


En fin de compte, cette guerre est un crime contre nous mêmes, un crime contre l’État d’Israël.

mardi 13 janvier 2009

UN BEBE DE GAZA CALCINE PAR LE PHOSPHORE BLANC

LA VIDEO EST FORMELLEMENT INTERDITE AUX MOINS DE 18 ANS ET NON CONEILLEE AUX PERSONNES SENSIBLES OU SUSCEPTIBLES
Malheureusement cette vidéo a été supprimée par Youtube; la preuve ?
http://www.youtube.com/watch?v=rVlzdrtW4D0
Devant la participation active des gouvernements européens au blocus et à leur parti-pris assumé pour l’entité sioniste criminelle,


Devant la collaboration de la plupart des gouvernements arabes qui laissent un peuple se faire massacrer sans intervenir de façon dissuasive pour contrer l’agression israélienne,


L’Association des Palestiniens en France appelle la Société Civile, associations et individus, a envoyer des fonds destinés aux hôpitaux de Gaza, qui seront acheminés dans la Bande par un militant d’ISM, mi-janvier 2009


Que tous ceux qui le souhaitent, et qui le peuvent, adressent leur participation, aussi minime soit-elle,



- par chèque à :
Association des Palestiniens en France AL JALIYA
Maison des Associations du 13eme
11 rue Caillaux 75013 Paris - Boite no 101




- ou par virement au compte :
Banque Postale n° 0741007N 030
en mentionnant : Dons Gaza.



Nous vous en remercions par avance

Pour 4.000.000.000 de dollars...

Des crimes commis contre des civils, notamment des enfants et des femmes…
pour quatre milliards de dollars :
Pillage des richesses naturelles de Gaza, le gaz naturel

PAGE POIGNANTE...

URGENT


Mardi 13 Janvier 2009, 06h03 (heure de Paris)

URGENT
A VOS CONTACTS, VOS ELUS ET VOS GOUVERNANTS
FAXS
TELEPHONES
MESSAGERIES...
TOUT DOIT ETRE MIS EN OEUVRE POUR ENFIN ARRETER LE DEFI QUE LANCENT LES SIONISTES A L'HUMANITE

Après GAZA, un bateau...
La Paix dans le monde est menacée :

LORSQUE LA VERITE SORT DE LA BOUCHE D'UN JUIF...




DES JUIFS D'AMERIQUE ET DE GRANDE BRETAGNE
DE PLUS EN PLUS NOMBREUX

APPELLENT :

1- AU DEMANTELEMENT PACIFIQUE DE L'ETAT D'ISRAEL

2- A LA DECOLONISATION

3- A L'EMERGENCE DE LA PALESTINE LIBRE ET DEMOCRATIQUE

4- AU RETOUR DE TOUS LES REFUGIES PALESTINIENS EN PALESTINE

De cet appel émerge également leur cri pour :

1- L'arrêt immédiat des bombardements sur Gaza

2- Le retrait immédiat et total de l'envahisseur

3- La levée immédiate du blocus

4- Des sanctions économiques et un blocus contre l'Etat d'Israël





Laboratoire à ciel ouvert...

BOMBES A SOUS MUNITIONS
PHOSPHORE BLANC
GBU39
DIME

Gaza est devenue un laboratoire à ciel ouvert
pour expérimenter leurs nouvelles technologies de la mort

Dites-nous, vous qui êtes allergiques à la qualification de néo-nazie d'un tel acte, comment peut-on alors le qualifier ?

QUE L'EUROPE ET L'AMERIQUE SACHENT :
LA RESISTANCE EST DESORMAIS BIEN ENRACINEE DANS CHAQUE METRE CARRE DE LA PALESTINE

LA RESISTANCE VAINCRA

lundi 12 janvier 2009

Marwan Barghouti, secrétaire général du Fatah, a lancé, du fond de sa prison israélienne, un appel à l’unité de son peuple.

PILLAGE EN VUE...?

Dense Inert Metal Explosive

Des blessés d'un type nouveau – adultes et enfants dont les jambes ne sont plus que des trognons brûlés et sanguinolents – ont été montrés ces derniers jours par les télévisions arabes émettant de Gaza.


Dimanche 11 janvier, ce sont deux médecins norvégiens, seuls occidentaux présents dans l'hôpital de la ville, qui en ont témoigné.
Les docteurs Mads Gilbert et Erik Fosse, qui interviennent dans la région depuis une vingtaine d'années avec l'organisation non gouvernementale (ONG) norvégienne Norwac, ont pu sortir du territoire la veille, avec quinze blessés graves, par la frontière avec l'Egypte.

Non sans ultimes obstacles : "Il y a trois jours, notre convoi, pourtant mené par le Comité international de la Croix-Rouge, a dû rebrousser chemin avant d'arriver à Khan Younès, où des chars ont tiré pour nous stopper", ont-ils dit aux journalistes présents à Al-Arish.
Deux jours plus tard, le convoi est passé, mais les médecins, et l'ambassadeur de Norvège venu les accueillir, furent bloqués toute la nuit "pour des raisons bureaucratiques" à l'intérieur du terminal frontalier égyptien de Rafah, entrouvert pour des missions sanitaires seulement. Cette nuit-là, des vitres et un plafond du terminal furent cassés par le souffle d'une des bombes lâchées à proximité.



"A 2 MÈTRES, LE CORPS EST COUPÉ EN DEUX; À 8 MÈTRES, LES JAMBES SONT COUPÉES, BRÛLÉES"

"A l'hôpital Al-Chifa, de Gaza, nous n'avons pas vu de brûlures au phosphore, ni de blessés par bombes à sous-munitions. Mais nous avons vu des victimes de ce que nous avons toutes les raisons de penser être le nouveau type d'armes, expérimenté par les militaires américains, connu sous l'acronyme DIME – pour Dense Inert Metal Explosive", ont déclaré les médecins.
Petites boules de carbone contenant un alliage de tungstène, cobalt, nickel ou fer, elles ont un énorme pouvoir d'explosion, mais qui se dissipe à 10 mètres. "A 2 mètres, le corps est coupé en deux; à 8 mètres, les jambes sont coupées, brûlées comme par des milliers de piqûres d'aiguilles. Nous n'avons pas vu les corps disséqués, mais nous avons vu beaucoup d'amputés. Il y a eu des cas semblables au Liban sud en 2006 et nous en avons vu à Gaza la même année, durant l'opération israélienne Pluie d'été. Des expériences sur des rats ont montré que ces particules qui restent dans le corps sont cancérigènes", ont-ils expliqué.


Un médecin palestinien interrogé, dimanche, par Al-Jazira, a parlé de son impuissance dans ces cas : "Ils n'ont aucune trace de métal dans le corps, mais des hémorragies internes étranges. Une matière brûle leurs vaisseaux et provoque la mort, nous ne pouvons rien faire."


Selon la première équipe de médecins arabes autorisée à entrer dans le territoire, arrivée vendredi par le sud à l'hôpital de Khan Younès, celui-ci a accueilli "des dizaines" de cas de ce type.


Les médecins norvégiens, eux, se sont trouvés obligés, ont-ils dit, de témoigner de ce qu'ils ont vu, en l'absence à Gaza de tout autre représentant du "monde occidental" – médecin ou journaliste : "Se peut-il que cette guerre soit le laboratoire des fabricants de mort ? Se peut-il qu'au XXIe siècle on puisse enfermer 1,5 million de personnes et en faire tout ce qu'on veut en les appelant terroristes ?"


Arrivés au quatrième jour de la guerre à l'hôpital Al-Chifa qu'ils ont connu avant et après le blocus, ils ont trouvé un bâtiment et de l'équipement "au bout du rouleau", un personnel déjà épuisé, des mourants partout. Le matériel qu'ils avaient préparé est resté bloqué au passage d'Erez.
"Quand cinquante blessés arrivent d'un coup aux urgences, le meilleur hôpital d'Oslo serait à la peine, racontent-ils. Ici, les bombes pouvaient tomber dix par minutes. Des vitres de l'hôpital ont été soufflées par la destruction de la mosquée voisine. Lors de certaines alertes, le personnel doit se réfugier dans les corridors. Leur courage est incroyable. Ils peuvent dormir deux à trois heures par jour. La plupart ont des victimes parmi leurs proches, ils entendent à la radio interne la litanie des nouveaux lieux attaqués, parfois là où se trouve leur famille, mais doivent rester travailler… Le matin de notre départ, en arrivant aux urgences, j ai demandé comment s'était passé la nuit. Une infirmière a souri. Et puis a fondu en larmes."
A ce moment de son récit, la voix du docteur Gilbert vacille. "Vous voyez, se reprend-il en souriant calmement, moi aussi…"



Sophie Shihab - LeMonde.fr -
Lundi 12 janvier 2009

LE MAGMA LYONNAIS
Cheikh Yassine, Jean Moulin, Sayyed Nasrallah, Lucie Aubrac, Guy Môquet et tant d'autres étaient là, en ce samedi 10 janvier 2009, pour exprimer leur solidarité avec Gaza la résistante...
Ils étaient 20.000 en tout

Le Parti Socialiste n'était pas au rendez-vous; il devait sans doute confronter d'autres soucis

http://fr.youtube.com/watch?v=dkwVOLD0yhI


Extrait de cette vie qu’ils bombardent, arrosent de phosphore et de gbu39

samedi 10 janvier 2009

Premières images de terroristes abattus ou blessés





Le premier terroriste, membre actif des cellules de la Résistance


Zoom sur lui




La seconde terroriste : L'Armée a pu l'abattre ainsi que tous les membres de sa famille



Le troisième est le plus dangereux des KASSAM


La quatrième : une militante très active des Ktaeb Al Aqsa


D'autres, heureusement, furent abattus par les bombes intelligentes



avec nos remerciements car sans vous Israël serait aujourd'hui anéanti