mercredi 10 juin 2009

PARADOXE, REALITE….QUELLE PERSPECTIVE ?




Si on traduit les résultats des élections législatives du 7 juin, en nombres de voix respectivement obtenus par la Majorité et l’Opposition, on obtient le tableau suivant :


Majorité : 693.931 voix, soit 45,3%
Opposition : 839.371 voix, soit 54,7%


Il faut d’abord noter que ce résultat a été obtenu malgré l’armada de la corruption, d’achat de voix, des diverses intimidations et restrictions opposées à notre peuple, d’ingérences et d’utilisations illégales des institutions officielles, armada déployée par la Majorité.

Par conséquent, dans des conditions optimales de démocratie, l’Opposition aurait pu facilement obtenir un pourcentage encore plus important.

Par ailleurs, tout citoyen a le droit de se poser la légitime question : comment se fait-il que l’Opposition, ayant eu la majorité des voix, ne puisse pas obtenir la majorité des sièges ?
Il n’est pas nécessaire d’avoir fait des études en sciences politiques pour deviner la réponse : La loi électorale appliquée le 7 juin 2009 est la première responsable.

Si la proportionnelle était appliquée, grâce à un pouvoir démocratique qui l’aurait instaurée, et qui aurait concrètement créé les conditions interdisant l’ingérence, l’utilisation de l’argent politisé, les fraudes, la corruption, le harcèlement confessionnaliste et la terreur fascisante, non seulement l’Opposition, mais aussi l’ensemble des petits partis, auraient eu une majorité écrasante des voix et par conséquent la majorité des sièges au Parlement.

Le paradoxe est ainsi levé cédant la place à la brute réalité émergeante.

Des patriotes comme Saad et Chatila ont bien saisi cette réalité et mettent en exergue cette indispensable condition historique qui assure une solide protection à notre Résistance. Ils ont saisi l’intime et l’incontournable lien entre l’acte résistant et le combat pour l’abolition du confessionnalisme politique et l’instauration d’un pouvoir patriotique et démocratique.

Plus encore, Ossama Saad a mis le doigt sur la responsabilité du pouvoir capitaliste dans son rôle logique de préservation des privilèges au détriment des aspirations au progrès et à la Justice Sociale du peuple de la Résistance. Encore plus, il a su nous montrer l’infâme besogne de ce capitalisme sauvage générant l’extrême pauvreté et profitant par la suite de cette même pauvreté pour acheter les consciences lors d’une échéance électorale !!! Il a su également nous montrer cette abjecte logique qui consiste à diviser pour régner en exacerbant la haine confessionnelle !!!


Mais alors, que faire ? Quelle perspective pour l’Opposition ?

Faut-il encore naïvement parier sur la logique de fausse entente nationale ?

Faut-il encore opter pour cette logique de partage du pouvoir avec des forces politiques que l’Histoire a déjà condamnées pour leur collaboration avec l’ennemi, pour leur souhait de voir enfin notre Résistance écrasée ou encore pour leur acharnement à protéger un système archaïque car préservant leurs privilèges, face aux légitimes aspirations de notre Peuple à la justice sociale et à la démocratie ?

Notre Peuple persiste et signe et les chiffres le prouvent ; la seule issue est le changement aboutissant à un pouvoir patriotique et démocratique abolissant le confessionnalisme dans toutes ses formes, instaurant une Justice Sociale et protégeant notre Résistance en lui ouvrant la voie franchissant les frontières confessionnelles pour atteindre la moindre potentialité humaine dans le moindre recoin de nos dix milles…

Seul ce changement pourra ; le temps des réformes est révolu.

Ossama Saad nous a montré le chemin, celui d’un large front populaire à bâtir, un front muni d’un solide programme pour le changement et rompant définitivement avec la thèse récurrente des "embrassades d’en haut" ou de "partage du pouvoir" avec les fossoyeurs de la démocratie, les vautours attendant le moment opportun pour s’abattre sur notre Résistance et les caméléons de la politique politicienne qui se fichent complètement du destin de notre Liban.


Je dédie cette page à mon fils Aurélien à l’occasion de son 15ème anniversaire
10 juin 2009
Raymond RICHA

Aucun commentaire: