samedi 29 novembre 2008

Dans la toile d'Araignée

Par Al Haq

La toile d’Araignée est un documentaire de 47 minutes produit en 2004 par Al-Haq et réalisé par Hannah Musleh.

Le film fait partie de la campagne d'Al-Haq pour mettre fin à la punition collective imposée par les forces d'occupation israéliennes aux civils palestiniens dans les territoires palestiniens occupés.

Nous vous présentons ici l’intégralité de ce documentaire sous-titré en français.

Partie 1

A travers ce documentaire, la Toile d’Araignée, Al-Haq fournit un aperçu des mesures punitives contre les civils palestiniens. Alors que le film montre surtout les témoignages de deux femmes, il met également en lumière l'impact des punitions collectives sur la population civile tout entière.




Partie 2




Partie 3




Partie 4

Le film montre également la vie quotidienne des élèves d’une école de filles à Hébron.




Partie 5

Le documentaire cherche aussi à faire connaitre certaines des conséquences désastreuses de la construction du Mur d'annexion et des expropriations de terres pour la construction.

vendredi 28 novembre 2008

De Lille à Marseille en passant par tous les massifs,
de Calais à Biarritz, en passant par Bordeaux, Toulouse, Narbonne, Montpellier et Perpignan

Des plus hauts sommets des Alpes et du grand plateau de notre Résistance : le Vercors

Avec nos bougies, avec nos pas qui doivent battre les pavés partout dans les villes, villages et hameaux

Crions haut et fort en cette fin d'année :

LE BLOCUS DE GAZA
DOIT IMMEDIATEMENT TOMBER

jeudi 27 novembre 2008

homothétie interne...



seule la Résistance Nationale Palestinienne pourra briser cette immonde homothétie interne...
Raymond RICHA








22/11/2008


Des Nazis par excellence
Par Khaled Amayreh




Je ne comprends vraiment pas comment les Juifs, qui ont produit des hommes brillants comme Albert Einstein, se permettent de se comporter de cette manière visiblement barbare ?



Est-ce qu'ils se sentent particulièrement virils quand ils regardent des bébés succomber à la mort en raison de l'absence de médicaments ou de soins de santé ?



Ont-ils le sentiment qu’en affamant et en tuant des innocents à Gaza, ils punissent indirectement les Nazis ?


Les propagandistes israéliens rejettent systématiquement les comparaisons entre l'Allemagne Nazie et Israël comme étant « dépravées » et « tirées par les cheveux. »
Certains sionistes soutiennent même que seuls des antisémites pathologiques osent faire de telles comparaisons.











Cependant, à la lumière de ce que fait Israël aux Palestiniens, y compris l’actuel impitoyable blocus de la bande de Gaza, et la mort lente et douloureuse infligées aux innocents de Gaza, toute personne honnête ne devrait pas manquer d'observer la similitude frappante entre la mentalité nazie et la façon collective de voir les choses des Israéliens.



Les Nazis considéraient leurs victimes comme des « Untermenschen », alors que les Juifs sionistes font référence à leurs victimes tout aussi tourmentées comme des « terroristes »ou des « terroristes potentiels ».



Même un écolier palestinien de 7 ans est souvent qualifié en Israël d’« enfant terroriste ».


Inutile de dire que la diabolisation, le langage déshumanisant sont destinés à faire détester les victimes par les lecteurs, les téléspectateurs et les auditeurs. C’est exactement ce que faisaient les Nazis pendant la Seconde Guerre mondiale.
Par exemple, quand un combattant de la résistance juive a été tué dans l'une des nombreuses communautés juives dans l'Europe occupée par les nazis, la presse allemande et d’autres média dociles rapportaient l’évènement en disant « un bandit est mort » ou « un bandit sort de sa cachette. »


Beaucoup de combattants se tuaient en sautant d’un quatrième ou cinquième étage plutôt que de se rendre aux SS, comme beaucoup de combattants de la liberté palestiniens le font ces temps-ci.


Aujourd'hui, l'armée israélienne et les médias utilisent des épithètes presque identiques lorsqu’ils font référence aux victimes palestiniennes du nazisme israélien. Ils ne font que remplacer le mot « bandit » par le mot « terroriste ». Le reste est presque une traduction mot pour mot de l'allemand à l'hébreu.



Mais, bien entendu, la question va au-delà de la sémantique.




Israël impose aujourd'hui un siège manifestement brutal aux 1,5 millions d'habitants de la bande de Gaza, qui ressemble étonnamment au siège imposé par les Allemands aux 350.000 habitants juifs du ghetto de Varsovie en 1942.


Photo à gauche : 1943, des gamins juifs font entrer une vache dans le ghetto de Varsovie

Photo à droite : 2008, un Palestinien fait entrer une vache dans la Bande de Gaza



Oui, les modalités et les circonstances peuvent être quelque peu différentes. Mais la mentalité, la laine et désir de vengeance sont sans aucun doute les mêmes.



Les Israéliens coupe la nourriture, l'électricité, le carburant et l'approvisionnement en gaz à la bande de Gaza, provoquant une catastrophe humaine à très grande échelle.
Les Allemands ont fait de même au ghetto de Varsovie, mais sur une relativement plus petite échelle.


Cette semaine, le Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Navi Pillay, a parlé d'une véritable catastrophe humanitaire dans la bande de Gaza où des centaines de milliers de personnes sont affamées pour des raisons politiques.
« Nous parlons d'environ 1,5 millions de Palestiniens, hommes, femmes et enfants qui sont privés de leurs droits les plus fondamentaux depuis des mois. »
Les mots utilisés par Pillay sont en deçà d’une pleine description de la gigantesque catastrophe humaine subie par la population de Gaza, où tout un peuple est poussé au bord de l'extermination physique seulement parce qu’ils désirent se libérer du nazisme israélien.



Malheureusement, Israël, un pays gouverné par des politiciens fascistes et d’anciens généraux de l'armée qui sont des criminels de guerre par excellence, est constamment encouragé par le silence honteux ou l'acquiescement des puissances occidentales, y compris les États-Unis et l’Europe.
Cet Etat du type nazi continue sans broncher sa politique sadique qui affame les habitants de Gaza dans l'espoir qu'ils se soulèveront contre leur gouvernement élu démocratiquement et rejoindront le régime de Ramallah soutenu par les Américains, que de nombreux Palestiniens voient maintenant comme une entité de collaboration, exactement comme le Judenrate ou Conseils Juifs qui dirigeaient les communautés juives pour le compte des Nazis en Europe Occupée.


Je ne comprends vraiment pas comment les Juifs, qui ont produit des hommes brillants comme Albert Einstein, se permettent de se comporter de cette manière visiblement barbare ?




Est-ce qu'ils se sentent particulièrement virils quand ils regardent des bébés succomber à la mort en raison de l'absence de médicaments ou de soins de santé ?



Ont-ils le sentiment qu’en affamant et en tuant des innocents à Gaza, ils punissent indirectement les Nazis ?



Je soulève ces questions parce que je sais qu’il y a des centaines de milliers de Juifs israéliens et Juifs non-israéliens qui apprécient avec une joie les souffrances macabres de centaines de milliers d'innocents de Gaza, aux mains de leur « armée juive », « l’armée la plus morale au monde ».


Eh bien, une véritable armée morale ne se comporte pas comme ça.




Seule une armée de voyous, de gangsters, de vils criminels et de psychopathes interdit la nourriture et des médicaments à des enfants mourants !
Seule une armée du type Wehrmacht et des dirigeants politiques de l’acabit d’Hitler peuvent refuser d'autoriser des hommes et des femmes malades, recherchant d’urgence les traitements médicaux nécessaires, à se rendre en Cisjordanie et en Jordanie ?



Est ce qu’empêcher des gens malades à se rendre à l’étranger pour s’y faire soigner a quelque chose à voir avec la sécurité ?



Est-ce que sauver la vie d’un enfant est une grave menace à la sécurité d'Israël et à son intégrité territoriale ?



Est ce qu’empêcher un camion chargé de farine ou de blé d'atteindre la bande de Gaza a quelque chose à voir avec la sécurité ?



Eh bien, c’est le vieil adage : la criminalité et le mensonge vont de pair.
Oui, ce sont les personnes qui ont fait de l'holocauste leur religion, les gens qui pensent que les atrocités nazies pendant la seconde guerre mondiale justifient le lent génocide infligé aux Palestiniens sans défense.



Les gouvernements européens ont aussi honte en regardant la tragédie dans la bande de Gaza, mais ils ne disent et ne font pratiquement pour y mettre fin.
Des diplomates européens, comme le ministre des Affaires étrangères britannique, David Miliband, semblent accorder beaucoup plus d'attention à Sderot et aux autres colonies juives en bordure de la bande de Gaza qu’à Gaza qui a été transformé en camp de la mort comme celui de Dresde grâce à l'incapacité de l’Occident à maîtriser son gosse monstrueux.





En 1948, Harry Truman, qui a joué un rôle dans la création d'Israël, écrivait le texte suivant:« Je crains beaucoup que les Juifs soient comme tous les défavorisés. Quand ils obtiennent le dessus, ils sont tout aussi cruels et intolérants que les gens l’étaient envers eux lorsqu’ils étaient opprimés. Je regrette vraiment beaucoup cette situation parce que ma sympathie a toujours été à leurs côtés. »



Eh bien, je crains que la prophétie de Truman soit accomplie. Certaines personnes diront qu'elle a été accomplie il y a de nombreuses années.







Traduction : MG pour ISM

mercredi 26 novembre 2008

CLIN D’ŒIL AU PEUPLE FRERE DE FRANCE




De la part de Rima
Sans commentaire !




Que peut-il ? Tout. Qu'a-t-il fait ? Rien.

Avec cette pleine puissance, en huit mois un homme de génie eût changé la face de la France, de l'Europe peut-être.

Seulement voilà, il a pris la France et n'en sait rien faire.

Dieu sait pourtant que le Président se démène : il fait rage, il touche à tout, il court après les projets ; ne pouvant créer, il décrète ; il cherche à donner le change sur sa nullité ; c'est le mouvement perpétuel ; mais, hélas ! Cette roue tourne à vide.

L’homme qui, après sa prise du pouvoir a épousé une princesse étrangère est un carriériste avantageux.

Il aime la gloriole, les paillettes, les grands mots, ce qui sonne, ce qui brille, toutes les verroteries du pouvoir. Il a pour lui l'argent, l'agio, la banque, la Bourse, le coffre-fort.
Il a des caprices, il faut qu'il les satisfasse.
Quand on mesure l'homme et qu'on le trouve si petit et qu'ensuite on mesure le succès et qu'on le trouve énorme, il est impossible que l'esprit n’éprouve pas quelque surprise.
On y ajoutera le cynisme car, la France, il la foule aux pieds, lui rit au nez, la brave, la nie, l'insulte et la bafoue !

Triste spectacle que celui du galop, à travers l'absurde, d'un homme médiocre échappé ".


Victor HUGO,
dans " Napoléon, le petit " (Réédité chez Actes Sud)


A qui d'autre pensiez vous...?!?

mardi 25 novembre 2008




Notre Résistance se maintiendra jusqu’à sa victoire





La clique de Bush, ses alliés occidentaux allant des néo libéraux jusqu’à l’Internationale Socialiste, sans oublier leurs alliés fidèles arabes, notamment libanais, jouent en ce moment leurs dernières et ultimes cartes, après avoir constaté leur cuisant échec dans leur tentative d’imposer à nos peuples leur très cher Grand Moyen Orient.

D’abord, en Cisjordanie, la logique de collaboration, malgré les dollars et euros que lui injectent en permanence l’Occident et ses alliés de toutes les couleurs, éprouve de grandes difficultés à éradiquer l’esprit et l’acte résistants palestiniens.

A Gaza, malgré le blocus sioniste fortement soutenu par l’Occident et ses alliés et qui nous fait penser à celui du ghetto de Varsovie, un million cinq cent mille palestiniens refusent de renoncer à la résistance.

En Iraq, malgré leurs tentatives de faire perdurer l’Occupation ou tout au moins de soumettre définitivement le pays à leur diktat, malgré les blessures infligées à nos pères, mères et enfants par la terreur qu’ils ont eux-mêmes fabriquée et financée, la Résistance grandit de jour en jour.

Au Liban, en ce moment la clique bat ses dernières cartes : négocier le retrait des forces d’occupation de nos terres occupées en échange d’une politique intérieure d’éradication de notre Résistance.

Ils n’ont pas encore compris que notre Résistance, dans toutes se composantes et sa diversité, à travers toutes les formes qu’elle embrasse, est non seulement bien enracinée dans nos cœurs, mais surtout bien ancrée dans notre conscience collective.

Cette résistance là se maintiendra car il est de son devoir patriotique de libérer non seulement les collines de Kfarshouba, les fermes de Chebaa, Ghajar et Abbasieh, mais aussi Tarkikha, Abil Al-Qamh, Hunin, Al-Malikiyya, Al-Nabi Yusha, Qadas et Saliha.

Notre Résistance se maintiendra tant que, au-delà de nos frontières sud, une entité expansionniste et fondamentalement néo nazie perdure.

L’arc-en-ciel de toutes les couleurs, jaune, rouge, verte, orange et tant d’autres…, de toutes les croyances et de toutes les différences se maintiendra et vaincra.


25 novembre 2008
Raymond RICHA


mercredi 19 novembre 2008

Il faut faire vite et bien…


18/11/2008 - 17:25




En ce mardi 18 novembre 2008, 3 solidaires étrangers et 16 pêcheurs palestiniens qui se trouvaient dans la mer, près des plages de la bande de Gaza, furent arrêtés par l’occupation sioniste et conduits vers une direction inconnue…




Par ailleurs, une délégation de soutien à Gaza, représentant 20 organisations internationales fut interdite d'entrer dans la bande de Gaza…





Au même moment, plusieurs blindés militaires de l'armée d’occupation envahirent la région d'Al-Matbaq, à l'est de Rafah, dans la bande de Gaza, et ouvrirent le feu de manière inconsidérée sur les maisons résidentielles.

Quant aux bulldozers qui les accompagnaient, ils furent mis à contribution en détruisant et rasant de grandes surfaces de terres agricoles…




Pour sa part, Tzipi Livni, ministre sioniste des affaires étrangères, déclara vouloir assassiner des dirigeants de Hamas, une des composantes de la Résistance, ceci en réponse au lancement de roquettes.

Il faut savoir que ces roquettes étaient la réponse aux raids meurtriers de l’aviation sioniste sur Gaza qui tuèrent 16 palestiniens en moins de 2 semaines.

Le ministre sioniste du transport, Shaul Mofaz, appelait également à l'assassinat des dirigeants du Hamas, en évoquant un projet d'action d'urgence présenté au conseil sécuritaire qui, en ce moment, s’attèle à trouver la manière la plus appropriée pour traiter la nouvelle situation.



Il faut faire vite et bien, avant la fin du mandat de G.W. BUSH qui s’approche…, ceci, pour mettre devant le fait accompli le nouveau mandat présidentiel américain qui aura ainsi à charge d’assurer la continuité de la politique étrangère des Etats-Unis vis-à-vis de la Palestine…
N’est-ce pas Madame la Ministre des Affaires Etrangères ?


19 novembre 2008
Raymond RICHA

mardi 18 novembre 2008



Les retombées d’Annapolis…La chasse aux partisans…
Ainsi-soit-il





Selon un rapport de l'institut des recherches exécutives "Arij", l'occupation sioniste a démoli plus de 90 maisons palestiniennes dans diverses villes de la Cisjordanie, au moment où elle propose des plans de construction de dizaines d'unités coloniales dans les colonies sionistes installées sur les terres agricoles des Palestiniens.



Le même rapport ajoute que le prétexte avancé justifiant cette vague de démolitions est le permis de construire ; quant au but recherché est d’expulser les Palestiniens à l'extérieur de leurs propriétés, dans le cadre des plans coloniaux sionistes.



Rien que dans la ville occupée d’Al Qods, l'occupation sioniste a démoli 55 maisons, ceci depuis le congrès d'Annapolis.
21 autres maisons furent démolies dans la ville d'Al-Khalil, ainsi que plusieurs autres dans toutes les autres villes de la Cisjordanie.



La colonisation sioniste, ayant été amorcée à l’aube de 1948, se poursuit aujourd’hui…








Au même moment, "Vichy" de la Palestine occupée intensifie sa chasse aux partisans de la Résistance dans toute la Cisjordanie.




18 novembre 2008
Raymond RICHA

lundi 17 novembre 2008


En Iraq, presque quotidiennement, le terrorisme, financé par l’Occupation, et avec ses véhicules piégés, assassine des dizaines d’innocents…

Quant à La Résistance, elle se poursuit et grandit de jour en jour, malgré les blessures que lui inflige le terrorisme…

samedi 15 novembre 2008

L'association Badil nous apprend que Shimon Perez est invité à Balliol College, la plus ancienne faculté de l'université d'Oxford

le 18 novembre 2008

pour intervenir sur le thème :

"Globalisation de la Paix"

Une série de conférences qui portera son nom sera inaugurée à cette occasion


PROTESTONS
auprès de Andrew Graham, recteur de cette faculté
par email :
andrew.graham@balliol.ox.ac.uk

et en lui transmettant le message qui suit :



Dear Dr Graham,

I am appalled to learn that Oxford University's Balliol College has decided to honor Shimon Peres and the apartheid state of Israel by inviting him to speak in Oxford, and by planning to establish a lecture series in his name on Tuesday, 18 November 2008 under the title "The Globalization of Peace"!!

Could you possibly have overlooked the atrocious record of Mr Peres who played a leading personal role in the 1948 ethnic cleansing of Palestine, is the father of the Israeli nuclear project, actively participated in the 1956 tripartite aggression against Egypt, was implicated in the Lavon affair, was an enthusiastic supporter of the settlers/colonists that established the early settlements in the West Bank in the 1970's, was responsible for the Qana massacre of 1996, was responsible for a vast expansion in illegal Israeli settlements constructed over occupied Palestinian lands, was Foreign Minister in Sharon's cabinet that inflicted death, injury, and imprisonment on tens of thousands of Palestinians during the most recent intifada ?

The reputation of one of the world's oldest and most prestigious university is at stake.

Please reconsider this horrifying decision.

Best regards,



Nom :

Prénom :

Profession :

Adresse :




LE DIALOGUE DES RELIGIONS

ILS ONT VOULU LE DIALOGUE…
ET LE DIALOGUE SE RETOURNERA CONTRE EUX





Ils l’on souhaité et l’ont organisé seulement dans un seul but de tenter de mettre en place la première pierre angulaire d’une Sainte Alliance entre l’entité sioniste et les régimes arabes connus pour leur collaboration, en vue d’un bassin méditerranéen exempt de tout acte résistant et du moindre mouvement patriotique et révolutionnaire.


Cette logique qui consiste à chercher solidarité en prétextant la Religion et la Paix, reflète en réalité leur crainte d’une conscience populaire grandissante dans leurs pays respectifs et qui, de jour en jour, se focalise sur quatre points essentiels de notre Histoire Contemporaine en marche :



1- Il ne peut y avoir d’autres logiques que l’esprit et l’acte résistants face à une entité qui, depuis plus de soixante ans, occupe la terre, opprime un peuple et jette dans les tentes et taudis de l’extrême pauvreté et de l'indifférence plusieurs centaines de milliers de réfugiés ;



2- La convergence des intérêts économiques qui lient ces régimes à l’entité sioniste mène, non seulement à l’abandon de notre cause : la Palestine, mais aussi et surtout à la parfaite collaboration dans la chasse à la résistance des peuples dans notre région, cette résistance en quête d’un espace de Liberté, de Démocratie, de Justice Sociale et de Solidarité, autour de la mer Méditerranée ;



3- De jour en jour, la Résistance met en exergue cette formidable alliance entre deux répressions, l’une est l’expression de ces régimes hybrides de capitalisme et de féodalisme qui surexploitent nos peuples jusqu’à ne pas hésiter à franchir les frontières, bafouent les libertés, répriment et assassinent les opposants, massacrent des innocents souvent par le terrorisme interposé qu’ils financent et l’autre est l’expression d’une entité qui n’aspire qu’à l’expansion spatiale niant ainsi les patries, bafouant à la fois et maintes fois le Droit International et la Justice ; les deux ont intérêt à se rallier car l’anéantissement de l’une provoquera la chute et l’anéantissement de l’autre ;



4- La bi-dimensionnalité de la Résistance s’affirme et s’impose de jour en jour : résister pour libérer le moindre mètre carré de notre terre, c’est simultanément résister pour rompre les chaînes de la surexploitation capitaliste camouflée par des logiques d’obscurantisme, et pour l’avènement de la Justice Sociale, de la Démocratie, de la Paix et de la Solidarité entre les peuples, et vice-versa.




Pauvre esprit sa Majesté le Roi qui, à New York, prêche la Tolérance et la Paix, alors que dans son royaume, les Droits de l’Homme et la liberté d’expression sont quotidiennement bafoués.



Pauvre esprit ce Prix Nobel de la Paix qui ose prononcer des mots comme « tolérance » ou « combat contre le terrorisme », alors que, pas plus qu’hier, il fut un des responsables de massacres d’enfants et de leurs mamans à Cana et qu’aujourd’hui il affame un million cinq cent mille âmes à Gaza, en n’hésitant pas à donner ordre d’assassiner non seulement nos jeunes résistants, mais aussi nos enfants.





ILS ONT VOULU LE DIALOGUE…
ET LE DIALOGUE SE RETOURNERA CONTRE EUX




15 novembre 2008
Raymond RICHA

mercredi 12 novembre 2008

Proche-Orient : le Quartette veut poursuivre les négociations dans le cadre d’Annapolis



Dimanche 09 novembre 2008 – Extraits agences de presse

Le Quartette pour le Proche-Orient a pressé dimanche Israéliens et Palestiniens de poursuivre le processus de paix dans le cadre fixé à Annapolis en dépit de leurs difficultés politiques internes et des obstacles qui demeurent après un an de négociations….

Les représentants du groupe (Etats-Unis, Russie, Union européenne et ONU) réitère leur appel aux parties pour une application entière de leurs obligations conformément à la première phase de la Feuille de route, dont le gel de l’activité de colonisation et le démantèlement de l’infrastructure du terrorisme….

La secrétaire d’Etat américaine, Condoleezza Rice, s’est réjouie de ce soutien du Quartette à sa stratégie de négociations globales. "Nous avons maintenant une stratégie internationale pour parvenir enfin à la solution à deux Etats dont le président (George W.) Bush a fait un objectif il y a quelques années", a-t-elle déclaré.

"Le processus d’Annapolis est désormais la réponse de la communauté internationale et des parties à la question de savoir comment nous allons mettre fin au conflit entre Israéliens et Palestiniens", a-t-elle ajouté.




Non Madame, le démantèlement de la Résistance ne se fera pas…L’Occupation aura à subir ses frappes jusqu’au démantèlement de l’entité terroriste sioniste sur chaque mètre carré de la Palestine



Madame, la Paix ne pourra s’instaurer que le jour où naîtra un seul Etat démocratique pour les juifs, musulmans et chrétiens de Palestine


Madame, Annapolis n’est pas la réponse de la communauté internationale à la question de la Palestine ; elle est votre réponse et cessez de vous vous identifier à elle
12 novembre 2008
Raymond RICHA

dimanche 9 novembre 2008

"Dignité", solidaire et résistant est arrivé...


Gaza - 08-11-2008
Par Free Gaza Movement


Le SS Dignité est entré dans le port de Gaza à 9h15 (heure de Gaza) après un voyage sans incident, en provenance de Larnaca, à Chypre.


Les 23 passagers et membres d'équipage à bord étaient fatigués mais ravis d’être arrivés.
Les 11 parlementaires européens qui avaient initialement été refusés d'entrer par la frontière de Rafah ont fait la traversée par mer sur le bateau briseur de blocus du Free Gaza Movement, le troisième voyage pour cette organisation des Droits de l’Homme.


«Je suis ici pour évaluer la situation humanitaire dans la bande de Gaza et en particulier la situation médicale. Nous avons des médicaments et du matériel médical à livrer." a déclaré la baronne Jenny Tonge, l'un des parlementaires. "Ce que fait Israël est scandaleux quand il viole toutes les lois internationales. Aucun autre pays ne pourrait faire ce qu'Israël fait."



En plus d’apporter des médicaments et du matériel médical, le Dignité a apporté du courrier provenant d’amis et de familles vivant dans le monde entier, adressé aux habitants de Gaza.
C'est la première fois depuis de nombreuses années que le courrier arrive en Palestine, sans passer par des mains israéliennes.



La brillante journaliste israélienne, Amira Hass, était également à bord. En regardant les passagers débarquer, on pouvait voir la joie sur son visage, alors qu’elle revenait à Gaza après avoir essuyé des refus d'entrée depuis deux ans.



Juste avant d'arriver dans les eaux territoriales de la bande de Gaza, un navire de guerre de la marine israélienne s’est approché, a coupé la trajectoire du bateau, puis s’est laissé distancer et l’a suivi pendant environ une heure.
Enfin, le navire de guerre a contacté par radio le SS Dignité pour leur demander qui ils étaient et où ils allaient.
Après qu’Huwaida Arraf ait répondu, le navire de guerre a demandé la liste des passagers. "La liste de nos passagers est accessible à tout le monde sur le site internet du Free Gaza », a répondu Mme Arraf, "Vous êtes invités à le consulter à tout moment. ... Et pendant que vous y êtes, n'hésitez pas à faire un don."

Après une pause, puis un rire, une voix dans le fond a déclaré : «Passez une bonne journée" et il a laissé le Dignité entrer dans le port de Gaza sous les acclamations de la foule et commencer l’agenda très rempli des parlementaires.




samedi 8 novembre 2008

Qu'est-ce que la Bourse ?

FRANÇOIS FERRARA

Vous avez été assez nombreux à nous demander comment fonctionne la Bourse, les subprimes, etc... Voici une explication toute simple...



1. Qu’est-ce que la Bourse ?

La bourse est une institution qui peut être privée ou publique. On peut y faire des échanges (achat-vente) d’actifs ou de biens et y fixer le prix par un système de cotation.

Il existe deux types de bourses : les bourses de commerce où se traitent les marchandises et les bourses des valeurs où s’échanges des titres d’entreprises, par exemple les actions.

Dans le cas de la crise financière, c’est essentiellement de la bourse des valeurs que l’on parle.

La valeur des actions est surtout fixée par la loi de la demande et de l’offre.

Donc, plus il y a d’acheteurs pour une action, plus celle-ci prendra de la valeur monétaire.

Moins il y a d’acheteurs pour une action, moins celle-ci aura de la valeur monétaire.

Les principales bourses du monde sont des bourses privées : Wall-Street, Londres etc…


2. Les produits financiers, c’est quoi ?

Il existe une multitude de produits financiers. Ils sont divisés en deux catégories :

a) Les titres financiers tels que les actions, les obligations et les titres de créances.

b) Les produits dérivés : Futures, Swaps, forwards etc..

L’action est censée représentée une part du capital réel de l’entreprise.

L’action a une durée de vie illimitée et son propriétaire court le risque total de l’entreprise.

Il ne perçoit aucun revenu si l'entreprise va mal et en cas de faillite l'actionnaire passe après le créancier dans la répartition du produit de la vente des actifs, autrement dit la plupart du temps, il ne peut rien récupérer.

Mais l’action donne droit chaque année à une participation au bénéfice de l’entreprise qu’on appelle le dividende.

En principe, chaque actionnaire a un droit de vote à l’assemblée générale des actionnaires au prorata du nombre d’actions de l’entreprise qu’il détient.

Comme la valeur monétaire d’une action monte avec la loi de l’offre et de la demande, elle représente rarement la valeur réelle d’une entreprise et permet, comme l’expliquait Karl Marx, la constitution d’un capital fictif.

Autrement dit : la valeur monétaire Vm totale des actions d’une entreprise est très souvent bien supérieure à sa valeur réelle Vr :
Vm > Vr


3. Quel est le rôle des banques dans le système financier ?

Le rôle essentiel des banques est :

a) De collecter et de centraliser le capital argent.

b) De mettre à disposition ce capital argent aux entreprises et aux particuliers.

Cette mise à disposition se fait par l’intermédiaire du crédit.

En analysant le rôle du crédit dans la société capitaliste on peut y déceler ceci :

à l’origine, il a permis une formidable explosion des forces productives (usines, machines,…) en concentrant et centralisant le capital permettant l’investissement nécessaire à l’expansion industrielle : « Les prêts permettent à l’industriel d’élargir la production, d’augmenter le nombre des ouvriers et, par conséquent, d’accroître la masse de la plus-value (ce qui est en gros le bénéfice, ndlr) », a dit Karl Marx.

En effet, il est illusoire de croire qu’un seul capitaliste économise afin d’investir sa fortune personnelle et prendre le risque de la perdre.

Les capitalistes empruntent aux banques les capitaux nécessaires à l’investissement et, comme leur profit dépasse le taux d’intérêt, ils sont gagnants.

De plus avec les différentes formes de société (Société Anonyme, SPRL, etc…) ils ne prennent aucun risque.
Si ça tourne mal (faillite), les banques ne peuvent jamais saisir leur patrimoine personnel. Contrairement aux travailleurs qui se voient saisir leur maison lorsqu’ils ne peuvent rembourser.

Les capitalistes jouent aussi avec le capital amassé sur les marchés financiers. Ils utilisent donc en Bourse la richesse produite par les travailleurs qui est transformée en forme argent.

Lorsque les spéculateurs jouent cette richesse à la bourse, c’est comme si le travail accumulé par les travailleurs qu’ils jouent au casino.


4. Qu’est-ce que le subprime ?

Le nom complet de ce type de crédit hypothécaire est :
« subprime mortgage ».

Subprime parce qu’il est accordé à un emprunteur qui n’offre pas les garanties nécessaires, vu leurs faibles revenus, avec des taux variables (c’est important) peu élevés les deux premières années et ensuite très élevés ce qui apporte de gros bénéfices au prêteur.

Ces prêts sont accordés pour de longues périodes : 40 ou 50 ans. Le profit important sur de longues périodes explique l’empressement des banques US à les généraliser.

Celles-ci notent leurs clients en subprime, prime et non-prime.

Le risque de non remboursement du candidat emprunteur est coté suivant le système du « credit scoring », une cotation en point qui évalue l’âge, la profession, l’adresse, le revenu, la situation familiale, la totalité des crédits en cours, l’historique de défaut de remboursement, parfois même l’extrait de casier judiciaire.

Ce « credit scoring » est élaboré par des bureaux privés dont le plus célèbre est Fico.

Si le client se révèle être défaillant, c’est-à-dire lorsque son score est inférieur à 620, il est placé dans la catégorie subprime.

La catégorie prime concerne les clients avec peu de risques cotés à 650, et les non-primes sont les candidats présentant une solvabilité absolue, autrement dit, les riches.

Donc, le « subprime » s’adresse en premier lieu à des pauvres ou des travailleurs pauvres.

On estime à 25%, le nombre d’Américains ayant contracté un « subprime Mortgage » car ce mot découle du vieux français.
C’était une servitude féodale qui contraignait le paysan à un endettement à vie. D’où « Mort Gage ».

Les banques spécialisées dans ces crédits hypothécaires incorporent d’ailleurs le terme dans son nom. Par ex : American home mortgage.


5. Pourquoi la crise des subprimes aux États-Unis a une influence ici ?

Afin d’augmenter la possibilité de faire des prêts, les banques US vont procéder à la titrisation de ces prêts.
Ceci bien entendu pour pouvoir faire plus de profit et non pour rendre plus de travailleurs US propriétaires de leur logement.

Sans rentrer dans les termes techniques et afin d’être le plus clair possible, la titrisation consiste donc, pour les banques, à sortir les crédits de leur bilan pour les revendre à d’autres investisseurs ou d’autres banques.

Ces acteurs financiers (banques, fonds d’investissements, hedges funds et même les fonds de pension) dans leur soif de profit vont être tout heureux de les acheter car ces crédits ont un rendement très élevé car la prime de risque est très importante.

C’est la définition même du subprime.

Ces investisseurs sont non seulement américains mais aussi étrangers.

Donc, les banques américaines accordent ces crédits et les revendent dans le monde entier.

La mondialisation a bien sûr permis cela.

Récupérant du cash, les banques US pouvaient accorder de nouveaux crédits et les revendre à nouveaux.

La machine s’est donc emballée.

Bref, si une banque sait que si elle accorde un crédit, ce crédit peut immédiatement être revendu et sortir du bilan avec un transfert de risque à l’acheteur, cela induit automatiquement deux conséquences :

La première est que cette titrisation ne vise en fait qu’à extraire plus de valeur d’un actif financier.

La seconde permet une prise de risque plus importante.

C’est ce qui explique la possibilité d’avoir pu prêter à des clients insolvables.

Si le banquier avait dû garder ces crédits dans son bilan, il aurait étudié beaucoup mieux la solvabilité de l’emprunteur.

Les banques par ce procédé se débarrassent des risques.

En Anglais le terme est « securisation » ce qui exprime bien la finalité.

Ceci est un point essentiel pour comprendre la crise.

La titrisation des créances est une possibilité technique créée au début des années 80.

Il a fallu une législation particulière pour le permettre.

Le gouvernement US de l’époque a mis donc en place le cadre légal pour permettre aux banques d’encore augmenter leur profit.

Ce n’est donc pas un avatar du système mais une décision délibérée du système néolibéral.

Cette technique est apparue plus tard en Europe. Et s’est généralisée à partir de l’an 2000.

Grosso modo la technique consiste pour la banque à découper ses créances en « part de saucisson » et à les transformer en titres négociables.

Elle met une part de crédit à haut risque, une à moyen risque, une à bas risque etc.

Et en fait un tout pour le revendre. Il est bien évident que, dans la réalité, c’est bien plus compliqué, c’est très technique mais le principe est celui-là.

Comme ces créances titrisées ont été revendues dans le monde entier, les banques européennes sont concernées.








Il ne gouvernera pas son pays selon les grandes idées de justice du Martin Luther King car déjà les lobbys de toutes les sortes sont à l’œuvre.

Le capitalisme international, la corporation de la grande spéculation, les toutes puissantes multinationales de l’industrie du pillage des richesses et de la guerre, ainsi que le tout puissant du dernier des apartheids : le lobby sioniste, tous tissent en ce moment leur toile autour de lui.

Pour commencer, il ne constituera pas une commission d’enquête pour incriminer les banquiers de Wall Street ; en tout cas, cette commission d’enquête, si elle est constituée, n’ira pas jusqu’à incriminer les puissants du néolibéralisme.

Ils lui dicteront mot par mot ce qu’il devra faire pour résorber la crise qui frappe de plein fouet le capitalisme international et il y parviendra en faisant supporter cette crise non seulement par son peuple, mais aussi par tous les peuples, particulièrement les peuples de l’hémisphère sud.

Ils le manipuleront par le mensonge et l’hypocrisie, médias interposés, afin qu’il poursuive cette politique de soutien à l’entité sioniste dans son œuvre criminelle d’apartheid et d’occupation sur la terre de Palestine.
Sur ce point particulier, il ne mettra pas en exergue les vraies causes de toutes ces souffrances qui perdurent depuis plus de soixante ans dans cette région du monde.

Ils l’acculeront à admettre le fait accompli en Afghanistan et en Iraq.

Ils tenteront de l’opposer à l’Iran car :

1- les richesses naturelles, toutes les richesses, devront enfin tomber entre leurs mains

2- la main d’œuvre sans aucune contre partie salariale les intéressent ; qu’appelle-t-on déjà cela ? Esclavage !

3- leur logique géo militaire oblige à l’encerclement d’un pays pour qui la méfiance est toujours de mise, à savoir la Russie

4- le soutien iranien aux résistances des peuples palestiniens et libanais compromet gravement leur visée, à savoir un grand bassin méditerranéen sous la domination militaire et économique de l’entité sioniste ; quelle aubaine pour eux ce grand potentiel en main d’œuvre quasi gratuite et ces richesses, notamment l’or bleu que représente ce bassin




Espérance brutalement transformée en une série de mirages, avec la même brutalité des effets de la Bourse, voilà ce qui nous attend dans les années à venir.




Quant à nous, peuples des deux Amériques, d'Europe, d’Afrique et d’Asie, nous devons cesser de parier et le mot « naïveté » devra être dorénavant supprimé de notre dictionnaire.

Notre seul salut ne pourra venir que par notre détermination à résister, à la lumière de Gandhi, de Martin Luther King, des grands Hô Chi Minh et Che Guevara, mais aussi et surtout par la solidarité mutuelle de nos résistances et par notre conscience collective de l’avènement inéluctable d’un nouveau monde de Justice Sociale et de Paix.

Par cette détermination à résister, cette solidarité entre les peuples, cette conscience collective et notre amour de nos futures générations, nous imposerons ce nouveau monde.





8 novembre 2008
Raymond RICHA

vendredi 7 novembre 2008



Gaza - 06-11-2008

Des dignitaires sur le « Dignité »
Free Gaza Movement



Larnaca

Demain, à 17h, le Dignité partira pour la troisième fois pour les rives de la bande de Gaza.
Cette fois, 11 anciens et actuels membres du Parlement Européen seront à bord, avec des journalistes d’Al Jazeera International et de The Independent.

Ces personnalités faisaient partie des 53 parlementaires à qui l’Egypte a refusé l’entrée par le passage de Rafah.
"L'Egypte ne nous a pas autorisés à entrer dans Gaza par le terminal de Rafah, mais cela ne va pas nous empêcher de visiter la région", a déclaré Lord Ahmed Nazir, le chef de la délégation de l'Union Européenne.
Il poursuivit : «Nous allons naviguer jusqu’à Gaza, nous sommes déterminés à briser le siège ".

Le député, Mme Clare Short, a souligné : "Le refus de l’Egypte à nous autoriser à passer par le passage de Rafah est insultant pour nous tous, et l'Égypte devrait ouvrir le passage maintenant."

Ils participeront à une mission d’information de trois jours organisée par le Free Gaza Movement et par la Campagne Européenne Contre le Siège ainsi que par plusieurs organisations dans la bande de Gaza qui ont travaillé avec le Free Gaza Movement au cours des deux dernières voyages.

Au cours des derniers voyages, Israël a menacé d’arrêter le Dignité, d’arrêter ses passagers et de remorquer le bateau en Israël. Cette fois-ci, le gouvernement n’a pas fait part de ses plans, peut-être par respect pour les dignitaires participant à ce voyage.

Les membres des deux organisations soulignent que le Dignité n'a pas l'intention de s’approcher des eaux territoriales israéliennes, mais il entrera dans Gaza par ses propres eaux territoriales.

Les autorités portuaires ont demandé à ce que les médias viennent entre 15h30 et 17h dans le port de Larnaca pour voir le bateau partir et effectuer des interviews.



Les passagers :

Lord Ahmed Nazir (Pakistan/Grande Bretagne),

Christopher Andrews (Irlande),

Eva Bartlett (Canada),

Nikolas Bolos (Irlande),

Denis Healey (Grande Bretagne),

Sami Moheildin Mohamed Elhag (Soudan),

Derek Graham (Irlande),

Pauline McNeill (Ecosse),

Fernando Morena (Espagne),

Mohamed Nacer (Grande Bretagne),

Hugh O'Donnell (Ecosse, Grande Bretagne),

Aengus ÓSnodaigh (Irlande),

Fernando Rossi (Italie),

Huwaida Arraf (Etats-Unis),

Rob Sharp (Grande-Bretagne),

David Schermerhorn (Etats-Unis),

Dr Arafat Shoukri (Palestine, Grande Bretagne),

Clare Short (Grande Bretagne),

Thomas, Rhodri Glyn (Ecosse, Grande Bretagne),

Dr Jenny Tonge (Grande Bretagne),

Sandra White (Ecosse, Grande-Bretagne),

Josef Zisyadis (Suisse).




Contact: Mary Hughes, Chypre +357 96 75 00 59
Greta Berlin, Chypre: +357 99 08 17 67
Osama Qashoo, +44 78 33 38 16 60
Angela Godfrey Goldstein, Jerusalem: +972 547 366 393

Source : http://www.freegaza.org/

Traduction : MG pour ISM

jeudi 6 novembre 2008

Les droits humains des Palestiniens sont niés






Tariq Ramadan

Le rapporteur spécial des Nations Unies pour les Droits de l’Homme (Droits Humains), Richard Falk, n’a pas eu à forcer le trait dans son rapport publié cette semaine. En rendant compte de ce qui se passe aujourd’hui à Gaza et en Cisjordanie, il conclut que le gouvernement israélien viole les Conventions de Genève et soumet Gaza a un état de siège effectif et terrible.



mercredi 29 octobre 2008
Les checkpoints et les interventions sécuritaires se multiplient en Cisjordanie alors que le nombre d’autorisations de construire octroyées aux colonies de peuplement s’est multiplié par trois depuis les « accords » d’Annapolis qui stipulaient pourtant qu’il fallait que l’expansion de ces dernières cesse.
Plus de 800 morts à Gaza dont une centaine d’enfants, des exécutions ciblées, et sommaires, un blocus qui affame une population entière…après que les autorités israéliennes aient « promis » de lever le siège, de permettre l’assistance humanitaire et de mettre un terme à la politique de peuplement.
Qu’y a-t-il de nouveau au fond ?
Rien, toujours les mêmes mensonges, toujours la même hypocrisie, toujours la même stratégie : gagner du temps, tromper les instances internationales et l’opinion publique, opprimer un peuple pour le forcer à l’étouffement, à l’abandon et enfin à la reddition.
La stratégie israélienne a partiellement réussi sur un point ce faisant. Transformer la question palestinienne en question « humanitaire ».
Il faudrait donc « assister » le peuple affamé (dont la situation n’aurait pour cause que ses « dirigeants extrémistes et terroristes »), lui offrir le pain, le maintenir en état de survie.
Les inondations d’hier confortent cette idée qu’il s’agirait, pour les Palestiniens, de se voir offrir une « compassion internationale » pour un peuple faisant face à « une catastrophe humanitaire » multiforme.
Quel mensonge. Quelle hypocrisie... qui permet, au demeurant, de faire croire que sur le plan politique, on aurait affaire à deux adversaires également responsables, également coupables ?

Le souci « humanitaire » légitime permet ainsi une neutralité politique illégitime, et surtout lâche de la part de la communauté internationale.
Car enfin l’oppression continue, la mort des innocents, le déni de droits, les exécutions, les humiliations…l’occupation au jour le jour de la Cisjordanie et le siège féroce et inhumain de Gaza.
Et pourtant, la stratégie globale est vouée à l’échec. Le peuple palestinien ne plie pas, ne disparaît pas et les consciences qui s’éveillent se répandent à travers le monde. 73%¨des Européens soutenaient Israël au début des années soixante-dix… 67% soutiennent désormais les Palestiniens. Une inversion.

On ne peut pas mentir indéfiniment. L’Histoire parle et parlera

Sur le terrain, la politique israélienne est en train de mettre un terme, dans les faits, à une possible solution de deux Etats.
Bientôt, il faudra regarder la réalité en face, celle qu’un grand nombre parmi nous a défendue depuis tant d’années :
un Etat, un Etat de droit, avec une citoyenneté égalitaire pour tous, juifs, chrétiens, musulmans ou autres et la vraie transparence démographique et démocratique…
Pour l’heure, les voix dans l’Histoire doivent rappeler le sens de l’Histoire et de la dignité des femmes, des hommes et des enfants.

La défense des droits de la Palestine et des Palestiniens est un impératif moral, un ordre de la conscience, une condition de la dignité.

Notre engagement et notre soutien, dans nos cœurs et nos esprits, ne doivent pas se traduire comme des actes de charité mais des revendications de justice.
Il n’est pas question de s’agenouiller pour réconforter le mendiant, ses besoins et ses larmes mais de se lever pour confronter politiquement l’oppresseur, ses mensonges et ses armes.