dimanche 7 septembre 2008

comme l'a bien dit...

Les trois ennemis intérieurs de la Résistance








Le premier ennemi est le Confessionnalisme Politique qui empêche l’émergence de groupes parlementaires fidèles à notre Résistance, ainsi que l’avènement d’un nouvel État Démocratique soucieux de la Souveraineté de notre Liban.

Comme l’a bien dit récemment notre Président de la République, la loi électorale dite « 1960 » est loin d’être notre finalité ; l’objectif final est d’aboutir dans l’avenir à une nouvelle loi électorale.



Le second ennemi est le néo-libéralisme. En effet, tout en jetant la majorité de notre Peuple dans la pauvreté absolue, il se permet d’aggraver encore la situation économique et sociale en imposant à cette majorité de sacrifices supplémentaires imposés par les grandes puissances de l’ordre capitaliste mondial ; cette aggravation poussée jusqu’au bout, provoquera de conflits sociaux et des confrontations qui nuiront à notre Résistance.

Pour preuve, les épisodes ou les tentatives de privatisation des sociétés nationales, sapant à la fois notre économie nationale et le Service Public, avec comme arguments :

1- Ceci permettra d’assurer prestations et services à tous
2- Les sociétés privées restitueront à l’État une part de leurs bénéfices, lui permettant d’enrayer la fameuse dette de 40 milliards de dollars

Le premier argument ne tient pas car en réalité les couches populaires déjà plongées dans la pauvreté, avec un pouvoir d’achat quasi nul, ne pourront pas acheter ces prestations et services, du fait des pratiques desdites sociétés : flambée des prix récurrente, de surcroît et à terme accompagnée d’une dégradation des services et prestations, l’unique objectif étant le profit.

Quant aux couches petite et moyenne bourgeoisies, elles auront à supporter cette flambée, pourtant elles aussi fouettées par la crise.

A propos du second argument, il faudra se rappeler que la dette, avec l’accord des politiques se succédant, fut générée par le diktat des différents « Paris » enfonçant de plus en plus notre pays dans l’endettement.

Et voilà qu’actuellement on impose à notre Peuple des sacrifices en vue d’enrayer cette dette, sacrifices que les foyers pauvres et modestes, sans exception et toutes confessions confondues, ne pourront pas supporter.


En conclusion, une telle situation s’aggravera jusqu’au seuil de la révolte, la confrontation et la répression et comme toujours sous l’éventail du confessionnalisme. Ainsi, la Résistance assistera sous ses yeux à l’hémorragie de sa ressource humaine. Quoi de plus précieux comme cadeau à l’ennemi sioniste qui attend le moment opportun.

Comme l’a bien dit récemment notre Président de la République, un des grands sujets sur lequel nous devons dans l’immédiat nous mobiliser est « le Pain », entendez par là les premières nécessités permettant une vie digne.



Le troisième ennemi est notre incapacité de mettre un terme aux activités de groupes à la solde de l’entité sioniste, ainsi qu’à celles des groupuscules terroristes dont l’unique objectif est de saper, de l’intérieur, notre unité autour de notre Résistance et de notre Armée, ceci préalablement à une offensive généralisée liquidant définitivement notre Résistance.

Comme l’a bien dit récemment notre Président de la République, le deuxième grand sujet qui devra nous mobiliser est « la Sécurité ».


4 septembre 2008
Raymond RICHA

Aucun commentaire: