dimanche 2 mars 2008

FEMMES ET HOMMES LIBRES D’EGYPTE

Les hôpitaux et les centres de secours sont complètement débordés du fait de l’ampleur des pertes humaines causées par l’holocauste perpétré par le sionisme.

Premières nécessités en soin, médicaments, sang et matériels font défaut.

Les ambulances, en manque de carburant, ne peuvent plus intervenir pour porter les premiers secours aux blessés qui, parmi eux, on compte des femmes, des enfants et des bébés.

Le temps n’est plus aux sentiments et à la solidarité dans les discours, ni même à la solidarité des rues ; le peuple frère d’Egypte devra dans l’immédiat agir en vue de l’ouverture de la frontière à Rafah.

Ouvriers, paysans, étudiants, médecins, techniciens et ingénieurs, intellectuels et soldats de tout rang,…bref toutes les femmes et tous les hommes libres d’Egypte devront sans tarder imposer la chute du blocus sur la façade séparant l’Egypte de Gaza.

Ils devront contribuer à l’organisation des secours et des convois humanitaires devant dans l’urgence transiter par cette frontière en vue de porter secours aux blessés et de porter main forte aux personnels médicaux gazaouis.
La fluidité de toutes les énergies, tout particulièrement l’essence, de tous les types de matériels médicaux manquants à Gaza, les médicaments, le sang,…, la fluidité de toutes les grandes nécessités faisant défaut à Gaza, devront être assurées dans l’immédiat et sans aucune condition préalable.

Face au silence et à la complicité des régimes arabes, face à la résignation et à la peur, face au néo nazisme des dirigeants d’Israël et de leurs protecteurs à travers le monde, le peuple d’Egypte, dans toute sa diversité, dans toutes ses franges sociales, devra dans l’immédiat écrire la plus belle page de solidarité envers un peuple meurtri jusqu’à son enfance et son innocence.


Le sionisme et l’Occident ont promis la Shoah au peuple frère de Gaza ; le peuple d’Egypte ne devra pas se taire ou pire, se contenter de mots ou de rues bondées de monde, solidaires


2 mars 2008
Raymond RICHA

Aucun commentaire: