mardi 12 février 2008

Joumblatt….ou le Pétain du Liban







Tous les libanais, appartenances religieuses, idéologies, éducations et générations, toutes confondues, connaissent parfaitement cette page historique de la France qui témoigna de la collaboration de Vichy avec l’occupant nazi.

Une frange de notre peuple sait très bien que la logique joumblattiste s’identifie parfaitement à celle du Maréchal Pétain.

Mais alors qu’en est-il de l’autre frange ? Lui faudra-t-il un effort supplémentaire pour qu’elle en soit convaincue ?

Qu’est-il cet individu qui, à travers les longueurs d’onde, les micros tendus, les pages de journaux et la fibre optique, nous martèle avec ces menaces, tantôt d’une nouvelle guerre civile, tantôt de confiscation de l’arme résistante ou d’anéantir en nous l’esprit et l’acte résistants ? Qui est cet homme si ce n’est une parfaite réplique de Pétain.

Qui est cet homme qui, pas plus qu’hier, en 2006, suppliait l’ennemi de garder à perpétuité nos prisonniers dans les geôles de l’ennemi, si ce n’est encore le copié collé de cet infâme collaborateur avec l’ennemi, donneur d’ordre d’arrêter les résistants, de les fusiller ou de les acheminer tout droit vers les camps de la mort.

Qui est cet homme qui s’acharne avec haine contre le chef de notre Résistance, si ce n’est le même qui, ayant bafoué la souveraineté de son pays, combattait farouchement le Général Résistant.

L’Histoire se répète, mais cette fois-ci sur notre sol, avec toutes ses particularités.

Les jeux sont faits, Joumblatt a depuis longtemps opté pour la collaboration avec l’ennemi ; mais alors qu’attendons-nous pour choisir, à notre tour, notre camp ?

Certes le choix de la résistance, non seulement par l’esprit, mais aussi par l’acte, est difficile ; mais notre Liban ne mérite-t-il pas cet effort d’abnégation et de tous les sacrifices ?

Nous le devons à notre patrie comme l’avaient justement pensé, environ soixante cinq ans en arrière, les résistantes et résistants français face à leur Pétain.



12 février 2008
Raymond RICHA








Aucun commentaire: