vendredi 30 novembre 2007

DEMAIN LE PEUPLE EST AU RENDEZ-VOUS AVEC LA LIBERTE

Samedi, 1er décembre 2007, à 15h30 heure de Beyrouth, le peuple du Liban sera au rendez-vous sur les deux places de Riad El Solh et des Martyrs à l’occasion du premier anniversaire d’un jour de décembre 2006 pendant lequel plus d’un million et demi avaient manifesté pour le départ du despote retranché au Sérail

J'ai appris...

J’ai appris…

A l’ombre d’un cèdre
Guidé par des mots simples
De Joubrane, Nouaïmeh et Al Rihani
J’ai appris à aimer mon Peuple

A l’ombre d’un chêne
J’ai appris le mot Résistance
Branche d’olivier tendue à mon voisin
Fusil brandi face à l’occupant

Entre les mots
Prononcés par Farjallah
J’ai appris à me révolter
Contre les injustices
Et à préparer, pas à pas
Avec mon Peuple
Des lendemains meilleurs

Par eux j’ai appris
A renier en moi
Résignation et soumission
A me remettre debout
Chaque fois que je tombe

jeudi 29 novembre 2007

Ça suffit…Monsieur Saad Hariri

Hier vous vous étiez farouchement opposé à la candidature de Michel Soleimane et voilà qu’aujourd’hui vous l’acceptez…

Tantôt vous jouez la carte, tantôt vous l’abandonnez…Ainsi et encore une fois la preuve irréfutable du sens que vous avez de la démocratie…

Ceci dit, revenons à votre soudain retournement, comme on dit, à 180°.

Pourquoi ou plutôt comment ce revirement de votre part ?

La seule explication est votre comportement de « fuite en avant » face à ce déferlant mouvement démocratique initié ces jours-ci par l’autre Michel, le Général Michel Aoun.

Les syndicats de toutes les sphères de la vie dans notre pays, le monde des ouvriers et de tous les travailleurs, celui des entreprises, le monde des intellectuels, celui du journalisme, plusieurs responsables politiques, des responsables religieux…et la liste est loin de s’achever, affluent vers la demeure du candidat de l’opposition.

Oui Monsieur Hariri, c’est bien cette réalité qui vous effraie.
C’est encore une fois cette courageuse et responsable initiative du Général Michel Aoun qui fait trembler sous vos pieds votre cher Hariri’s Land…

Ainsi, je comprends mieux votre fuite en avant.

Je ne me tarderai pas trop à exprimer mon dégoût et ma révolte : à force, mes mots risquent de se faire polluer par vos pétro dollars et la nausée risque de m’envahir…

Pour conclure, je peux vous rassurer que, quelle que soit l’issue à la crise que vous-même aviez provoquée, la démocratie est en marche…



29 Novembre 2007
Raymond RICHA

mercredi 28 novembre 2007

NOUS, LIBANAIS...





Nous sommes un peuple pacifique...Mais aussi un peuple prêt à sacrifier ses plus chers pour la terre et le ciel qui nous abritent...




Dans le passé lointain, Tyr en a été témoin, face au conquérant Alexandre le Grand...




Dans le passé présent, Juillet 2006 a également témoigné...




Pour le futur, la résistance ne sera jamais une option pour nous; elle sera notre destin jusqu'à ce que les grands de ce monde reconnaissent notre droit à la souveraineté de notre pays et au libre choix d'un avenir meilleur pour nos enfants...
28 Novembre 2007
Raymond RICHA




FEU SUR NOS MARINS PECHEURS

SANIOURA ne s’est pas soucié…Il rêve d’Annapolis…



25 Novembre 2007, aux environs de 21 heures, des vedettes de l’armée israélienne ouvrent le feu sur trois bateaux de marins pêcheurs à Tyr, sans faire des victimes.

Les marins pêcheurs agressés sont Issam Al Samraa, Ibrahim Houmani, Haïdar Stambouli, Hussein Naïm et Fadi Tahhan.

Dommage que nos pêcheurs ne soient pas français : leur gouvernement aurait immédiatement et vivement réagi.


27 Novembre 2007
Raymond RICHA

ANNAPOLIS...FARCE

ANNAPOLIS AU SECOURS DE BUSH


Depuis plus de soixante ans l’Etat d’Israël nie le droit d’un peuple au simple retour dans son pays et à son autodétermination, en provoquant l’exil de millions de réfugiés par l’assassinat méthodique et systématique d’hommes, de femmes et d’enfants.

Depuis plus de soixante ans, sous l’œil encourageant des grandes puissances de ce monde, l’Etat d’Israël annexe des territoires, défait les espaces et propulse son armée jusqu’à occuper les territoires d’autrui en assassinant des vieillards, femmes et enfants.

Au jour d’aujourd’hui, l’Etat d’Israël détient dans ses geôles 11.700 palestiniens et arabes, privés des droits élémentaires, subissant la torture dans toutes ses formes, rappelant ainsi le sort d’hommes et de femmes résistants jetés dans les geôles de l’occupation allemande pendant la deuxième guerre mondiale, ou encore le sort d’hommes et de femmes libres tombés sous le joug du fascisme chilien ou de l’Apartheid de l’Afrique du Sud.

Et voilà que la farce se répète encore, et cette fois-ci à Annapolis…

Annapolis ne sera pas, malgré les quelques miettes qui seront lâchées par Bush, au rendez-vous avec la Palestine et l’Iraq libres, ainsi qu’avec la souveraineté du Liban retrouvée.

Annapolis est conçue dans le seul objectif de porter secours à l’équipe Bush pataugeant dans la marre de ses échecs répétés sur le sol iraquien ; échéance présidentielle américaine oblige.

Ainsi, Annapolis confirmera l’incompatibilité de l’esprit et de l’acte de son initiateur avec la noble idée qui se résume par :

1- le retour des réfugiés palestiniens dans leur pays
2- la reconnaissance par l’acte de la Palestine Libre, Démocratique, fière de ses fils musulmans, juifs et chrétiens
3- la libération de tous les prisonniers
4- le retrait total des forces d’occupation israéliennes de tous les territoires arabes
5- le retrait total des forces d’occupation américaines en Iraq

Cette noble idée ne verra jour que par l’acte résistant à l’occupation et à l’hégémonie impérialiste. Elle fraie son chemin et à chaque pas qu’elle fait, elle interpelle sans cesse cet acte, seul capable de lui donner chair un jour.


26 Novembre 2007
Raymond RICHA